Programme de surveillance de l'infection (PSI) par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) au Québec : cas cumulatifs 2002-2006

Le Programme de surveillance de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) au Québec est basé sur la confirmation de l'infection par le laboratoire et sur le recueil de renseignements concernant la personne infectée auprès du professionnel de santé qui a prescrit le test. En tant que laboratoire de référence, le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) reçoit les spécimens réactifs au VIH que lui soumettent des laboratoires publics et privés et effectue toutes les analyses de confirmation. Pour tout test confirmé positif, une intervenante de santé publique téléphone au professionnel de santé ayant prescrit le test pour obtenir les informations épidémiologiques sur la personne infectée.

Le programme de surveillance comporte des limites liées au sous dépistage des personnes vivant avec le VIH, à l'impossibilité de procéder à la collecte épidémiologique pour certaines personnes trouvées infectées par le virus, notamment les réfugiés et les immigrants en attente de statut et à l'absence d'indicateur permettant de savoir si la séropositivité au VIH confirmée révèle une infection récente ou ancienne. Les données du programme de surveillance n'estiment ni le nombre total de personnes vivant avec le VIH au Québec, ni le nombre total de personnes qui ont été infectées pendant la période de référence.

Le présent rapport décrit certaines caractéristiques des cas confirmés par le LSPQ sur les spécimens prélevés pendant la période d'avril 2002 à décembre 2006 et dont la collecte épidémiologique a été complétée.

Les données suggèrent une augmentation du nombre de nouveaux diagnostics d'infection par le VIH parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes en 2006 comparé aux deux années précédentes.

Le nombre de nouvelles découvertes de séropositivité déclaré par an chez les utilisateurs de drogues par injection varie peu dans la même période.

Les femmes originaires de régions où prédomine la transmission hétérosexuelle du VIH sont à nouveaux les plus représentées parmi la population féminine vivant avec le VIH au Québec.

La surveillance du VIH gagnera à être revue pour donner une meilleure idée de la situation qui prévaut au Québec, en termes de nombre de personnes infectées et de nombre d'infections récentes dans les groupes de population à risque élevé.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-51400-8

ISBN (imprimé): 

978-2-550-51401-5

Notice Santécom: