Le bruit en milieu de travail : une analyse des coûts pour le régime d'indemnisation

Des recherches récentes indiquent que, tant le travail en milieu bruyant que la perte auditive, sont des facteurs qui contribuent à l'augmentation du risque d'accident du travail. Ce faisant, il est plausible d'avancer l'hypothèse que le coût total du bruit en milieu de travail augmente de façon importante le coût associé à la surdité reconnue comme ayant été acquise en milieu de travail.

Cette étude s'intéresse au coût du bruit en milieu de travail pour le régime d'indemnisation du Québec. Elle porte plus précisément sur le coût associé à la surdité et à celui des accidents du travail attribuables au bruit ou à une perte d'audition acquise en milieu de travail. La population source est composée de travailleuses et travailleurs québécois dont l'activité professionnelle se déroule en milieu bruyant (≥ 80 dBA) et dont l'audition a été examinée au moins une fois au cours de la période couverte entre 1983 et 1996 dans les laboratoires mobiles de l'INSPQ. L'échantillon étudié est issu de la population source et compte 57 732 travailleurs et travailleuses qui ont une audition normale ou qui présentent une atteinte caractéristique d'une exposition au bruit en milieu de travail. Dans ce contexte, une atteinte auditive apparaît comme un indicateur d'une longue exposition au bruit en milieu de travail. Le niveau de bruit auquel le travailleur est exposé, l'audition, l'âge, l'expérience dans le bruit, l'accident du travail, le secteur d'activité économique, la surdité d'origine professionnelle sont les variables considérées. Le coût de la surdité est établi à partir de données de la CSST. Le coût des accidents est calculé à partir de données portant sur les coûts de l'ensemble des 420 086 accidents du travail survenus au sein de la population du Québec au cours de la période de référence (1993, 1996 et 1998), reconnus et indemnisés par la CSST.

Le coût de la surdité au sein de l'échantillon de travailleurs a été calculé à partir des données relatives aux cas de surdité d'origine professionnelle acceptés par la CSST au cours des trois années de référence. Pour l'étude des accidents attribuables au bruit ou à une perte auditive, la fraction étiologique a permis d'établir le nombre d'accidents attribuables au bruit (≥ 90 dBA) et à l'audition (perte moyenne ≥ 16 dB HL aux fréquences 3, 4 et 6 kHz) au sein de l'échantillon.

Par la suite, on a estimé le coût moyen de ces accidents attribuables au bruit ou à l'audition en fonction de caractéristiques de l'accident. L'estimation du coût total du bruit en milieu de travail pour l'ensemble des 400 000 travailleurs québécois exposés au bruit en milieu de travail comprend le coût de la surdité et celui des accidents attribuables au bruit et à l'audition. Il a été calculé en posant différentes hypothèses quant à la proportion de travailleurs exposés à des niveaux de bruit qui excède la norme en vigueur parmi les 400 000 des travailleurs québécois exposés. Toutes les sommes sont calculées en dollars de 2005.

Le déboursé moyen de la CSST pour une surdité professionnelle est de 3 943 $ pour les cas répertoriés au sein de l'échantillon étudié, alors qu'il est de 5 468 $ pour ceux de la population de référence. Le coût annuel de la surdité professionnelle pour le régime d'indemnisation est donc de 1,06 M$ pour l'échantillon étudié alors qu'il est de 8,4 M$ pour l'ensemble des travailleurs du Québec.

Au chapitre des accidents, on estime qu'au moins 5 428 (12,0 %) des 45 375 accidents survenus aux hommes et aux femmes de l'échantillon durant la période d'observation sont attribuables à l'effet du bruit ou à une perte auditive. Le déboursé moyen est de 3 729 $ par accident. Le coût des accidents attribuables au bruit au sein de l'échantillon étudié durant le suivi est de l'ordre de 20,24 M$ ce qui représente un coût moyen de 4,05 M$ par année d'observation. Cette somme représente 3,8 fois le coût estimé de la surdité au sein du même échantillon. Parmi les quelque 400 000 travailleurs et travailleuses québécois exposés au bruit dans leur milieu de travail, on ignore la proportion exacte de ceux qui sont exposés à des niveaux qui excèdent la norme. Les différentes hypothèses à cet égard permettent néanmoins d'estimer que le coût total du bruit en milieu de travail peut varier entre 23,03 M$ (si 10 % d'exposés) et 42,75 M$ (si 90 % d'exposés). Dans l'hypothèse où 60 % de travailleurs sont exposés à des niveaux qui excèdent la norme, ce qui correspond à la proportion observée au sein de l'échantillon étudié, on estime que le coût total du bruit pour le régime d'indemnisation est de l'ordre de 35,4 M$.

Les accidents attribuables au bruit en milieu de travail augmentent de façon importante le coût perçu du bruit en milieu de travail. Il est plausible d'avancer l'hypothèse que toute réduction du bruit en milieu de travail peut se traduire par une diminution mesurable des accidents du travail et, incidemment, du coût du bruit en milieu de travail. L'évaluation des coûts du bruit ou de la perte d'audition d'origine professionnelle ne doit pas se limiter aux coûts des déboursés versés aux travailleurs atteints de surdité professionnelle. Elle devrait également en considérer les impacts sur la sécurité et, éventuellement, sur la santé globale des individus.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-51295-0

ISBN (imprimé): 

978-2-550-51296-7

Notice Santécom: 

21501