Projet pilote : rehaussement du fichier des tumeurs du Québec : rapport final

Actuellement, le Fichier des tumeurs du Québec (FiTQ) est alimenté presque exclusivement par les données d'hospitalisation et de chirurgie d'un jour. Cette source de données (Med-Écho) restreint la qualité du Fichier en termes d'exhaustivité de la déclaration des tumeurs malignes. En effet, le Fichier doit évoluer afin de s'adapter aux transformations qui ont marqué le système de soins de santé québécois. Ces transformations réfèrent à la réduction des admissions hospitalières et à l'utilisation de plus en plus fréquente de techniques diagnostiques et de procédures chirurgicales peu invasives par le personnel médical. Ainsi, plusieurs tumeurs malignes localisées à des sièges facilement accessibles, de stade précoce ou même avancé, peuvent être diagnostiquées et traitées en externe, sans que la personne ne soit hospitalisée, ni même vue en chirurgie d'un jour. Il en résulte que ces tumeurs ne sont pas inscrites au FiTQ ou le sont à un stade plus avancé de la maladie qui nécessitera alors l'hospitalisation ou la chirurgie d'un jour.

Une solution possible à ce problème, qui constitue l'orientation proposée dans ce rapport, inclut l'utilisation des informations disponibles aux rapports des laboratoires provenant des activités des cliniques externes et privées, afin d'identifier les nouveaux cas de cancer qui ne seraient pas présents au FiTQ. Par ailleurs, d'autres sources d'information telles les bases de données des registres locaux de cancer et des centres de radio-oncologie ont été consultées.

Notre étude poursuit plusieurs objectifs. Le premier consiste à évaluer, en projet pilote, le nombre de nouveaux cas pouvant être identifiés par l'enregistrement de tous les cas de cancer confirmés en laboratoire d'histopathologie, de cytologie ou d'hématologie, ainsi que les cas de cancer enregistrés aux registres locaux de cancer et aux centres de radiothérapie. Un second objectif consiste à évaluer la faisabilité de colliger de nouvelles informations nécessaires à la lutte contre le cancer au Québec; un troisième vise à évaluer les impacts de l'implantation de la solution proposée pour les sites pilotes et pour le FiTQ.

Cette étude a montré que l'identification de nouveaux cas de cancer à partir des rapports de laboratoires issus des activités des cliniques externes et privées, peut améliorer l'exhaustivité du FiTQ de 6,8 % à 44,5 %, en pathologie et de 1,6 % à 2,2 % en cytologie, selon les centres participant à notre étude. Cependant, cette amélioration varie énormément selon le siège de cancer et le site pilote choisi. Par exemple, l'exhaustivité des nouveaux cas de cancer au FiTQ s'améliore de 33,0 % à 81,8 % selon le site pilote pour le mélanome et de 32,1 % à 198,5 % pour le cancer de la prostate.

Nos résultats ont aussi démontré que l'enrichissement du FiTQ par l'ajout des rapports de pathologie était possible. Pour tous les sites pilotes participant à notre étude, environ une vingtaine de variables portant sur l'identification du patient, sur le diagnostic de la tumeur, la topographie, la morphologie et la latéralité peuvent être saisies, quoique, à l'heure actuelle, l'information recueillie n'est pas uniforme dans les laboratoires de pathologie.

Au regard des impacts liés à l'implantation de la solution proposée sur le processus de travail pour collecter les informations nécessaires à la caractérisation du cancer au FiTQ, nous convenons qu'au même titre que le processus d'alimentation actuel du FiTQ, les données provenant des laboratoires de pathologie issues des activités des cliniques externes et privées pourraient être inscrites à Med-Écho et ensuite transmises au FiTQ, ce qui permettrait un gain d'exhaustivité surtout pour les cancers de la prostate et le mélanome, et un gain en précision de certaines variables comme la date du diagnostic qui est d'une importance capitale pour l'estimation de la survie et de la prévalence qui sont des indicateurs importants pour la surveillance du cancer.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-50464-1

ISBN (imprimé): 

978-2-550-50465-8

Notice Santécom: