Rapport de recherche sur l'étude réalisée au Québec dans le cadre du projet pancanadien : Amélioration continue de la mesure de qualité dans les soins et services de première ligne en santé mentale (ACMQ)

Ce rapport de recherche décrit les contributions de l’équipe du Québec au projet intitulé l’« Amélioration continue de la mesure de qualité dans les soins et services de première ligne en santé mentale » (Continuous Enhancement of Quality Measurement in Primary Mental Health Care : Closing the Implementation Loop). Le but poursuivi par ce projet est de soutenir les efforts visant l’amélioration de la qualité des soins et services de première ligne en santé mentale. La détermination d’un ensemble restreint de mesures de qualité faisant largement consensus a été le moyen retenu pour habiliter les acteurs du terrain à mieux documenter leurs pratiques sur des aspects jugés cruciaux pour la qualité des soins et services. Les pratiques d’intervention ciblées ont d’emblée été cliniques et organisationnelles.

Les contributions au projet comprennent, d’une part, les activités entreprises pour soutenir le déroulement du projet pancanadien et, d’autre part, les activités de recherche reliées à la réalisation du volet complémentaire développé au Québec, plus précisément dans la région de Québec. Ce dernier visait à sensibiliser et mobiliser les acteurs concernés à l’importance d’améliorer la qualité dans les soins et services de première ligne en santé mentale.

Les deux premières sections du rapport présentent succinctement le projet pancanadien et son déroulement en trois étapes, en précisant la participation du Québec. Des informations plus détaillées se retrouvent sur le site Web consacré au projet : http://www.ceqmacmq. com. La troisième et dernière section constitue l’essentiel du rapport et porte sur les activités de recherche réalisées au Québec.

Puisque ce projet se préoccupe de qualité, d’amélioration de la qualité et de mesures de qualité, ces concepts ont été définis très tôt dans le déroulement du projet (annexe 1). La définition du concept de qualité utilisée dans le cadre du projet est celle retenue par l’«Institute of Medicine» en 1992. Elle réfère au « degré avec lequel les services de santé individuels et pour la population augmentent la probabilité d’effets désirés de santé et sont compatibles avec les connaissances professionnelles courantes » (traduction libre). Cette définition allie des préoccupations individuelles et de population et respecte le courant actuel préconisant l’utilisation de données probantes. Un avis publié en 2003 par le Conseil médical du Québec, « L’’imputabilité médicale et la gouvernance clinique » développe davantage ce concept de qualité en s’appuyant sur une autre publication de l’« Institute of Medicine », parue en 2001. La qualité y est définie à partir de plusieurs attributs. Elle implique un accès équitable et rapide à des traitements modernes et fiables, qui sont rendus de façon efficace en étant basés sur des données probantes ou des preuves scientifiques, en étant appropriés aux besoins et en étant fournis en temps opportun par des professionnels compétents. L’organisation de services promouvant la qualité est donc fondée sur les meilleures pratiques. Cette organisation de services vise l’efficience, soit un bon rapport coût-résultat, une productivité de la main-d’oeuvre et une bonne utilisation des ressources; elle vise des résultats de santé pour l’utilisateur se traduisant par une diminution des facteurs de risque, une diminution des taux de maladie, de complication et de handicap, une amélioration de laqualité de la vie et une diminution des décès prématurés. La présence de qualité implique également une expérience positive de l’utilisateur et de son aidant avec l’équipe de soins, notamment au regard des relations interpersonnelles, d’aspects telles l’attente, l’accessibilité et la continuité, de l’échange d’information, de la place accordée au choix et à la participation de l’utilisateur, des caractéristiques retrouvées dans l’environnement physique des soins.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (2003), l’amélioration de la qualité se définit comme un processus continu d’efforts visant l’amélioration de la performance et implique l’identification des problèmes, l’expérimentation de solutions et le suivi des solutions sur une base continue. L’ensemble de mesures recherché visait à cibler judicieusement les efforts d’amélioration tout en outillant les acteurs pour documenter leurs pratiques sur une base régulière. Il convient donc de préciser qu’aux fins de ce projet, l’amélioration visée ne procède pas par l’établissement de standard ou de cible, ne cherche pas à donner prise pour le blâme et implique typiquement une comparaison avec soi-même dans le temps.

La définition retenue pour décrire une mesure de qualité provient du Conseil canadien sur les services de santé et est la suivante : « un instrument de mesure, un filtre ou un signal utilisé comme un guide pour suivre, évaluer et améliorer la qualité des soins d’un client, des services cliniques de soutien ou des fonctions organisationnelles influençant les résultats ». En fait, les mesures de qualité recherchées sont des mesures standardisées, adaptées au contexte des services de santé mentale dans les soins primaires et utilisées pour faciliter l’amélioration de la santé.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-49907-7

ISBN (imprimé): 

978-2-550-49908-4

Notice Santécom: