À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec, une étude visant à évaluer les coûts et l'efficacité du programme de vaccination des enfants de 0 à 2 ans au Québec a été réalisée. Ce document présente les résultats de cette étude effectuée selon une perspective sociétale, laquelle prend donc en compte les coûts assumés par l'ensemble des acteurs de ce programme de vaccination (MSSS, DSP, CLSC, médecins vaccinateurs et parents). L'étude vise également à comparer les coûts selon le lieu de vaccination, soit en CLSC ou chez le médecin, et à identifier les facteurs pouvant expliquer les variations éventuelles des coûts estimés entre les territoires de CLSC.

Le dispositif utilisé est mixte, soit quantitatif et qualitatif. Une approche de description détaillée des coûts, dite de «nbsp;micro-costingnbsp;», a été effectuée à l'aide de diverses sources de données, instruments de mesure et méthodes de collecte. L'évaluation des coûts a été réalisée sur la base de dix des 152 territoires de CLSC dont la sélection s'est faite à partir d'un profil type de mode de prestation des services de vaccination, de caractéristiques sociodémographiques et de zones territoriales (exclusivement urbaine, majoritairement urbaine et majoritairement rurale). Ce profil a été établi à partir des résultats d'une enquête postale, menée auprès des responsables de la vaccination des CLSC du Québec, qui portait sur les modes de prestation des services de vaccination aux 0-2 ans. Cette enquête a été effectuée au printemps 2003 comme étape préparatoire et essentielle à la réalisation de l'étude.

L'ensemble des données requises sur les coûts a finalement été obtenu pour huit des dix territoires échantillonnés. Les coûts totaux assumés par chacun des acteurs, correspondant à une seule année pendant la période 2003-2005, ont été colligés puis estimés pour chacun des territoires à l'étude en fonction de leur poids relatif respectif.

Les grandes catégories de variables à l'étude étaient généralement reliées aux coûts assumés pour les ressources humaines, les fournitures et les frais généraux (immobilisations, entretien, etc.). La source de données utilisée pour les coûts assumés par le MSSS a été un questionnaire spécifique élaboré sous forme de grille et administré à l'été 2005. Les données de l'étude «nbsp;Portrait des activités en maladies infectieuses dans les DSP du Québec 2003-2004nbsp;» ont été employées pour les coûts assumés par les DSP correspondant aux territoires de huit CLSC de l'échantillon. Quant aux coûts assumés par les CLSC, dix sources différentes de données ont été employées. Une étude «nbsp;temps et mouvementsnbsp;» du temps infirmier a été effectuée dans quatre des huit CLSC en employant une méthode d'autochronométrage à l'aide d'ordinateurs de poche. Des entrevues ont aussi été réalisées auprès des coordonnatrices et membres du personnel, et des consultations documentaires et interrogations de I-CLSC ont été faites. Les données ont été collectées à l'hiver et au printemps 2005. Les coûts assumés par les parents lors de la dernière visite de vaccination de leur enfant, et l'efficacité du programme de vaccination (évaluée par la couverture vaccinale contre le méningocoque du sérogroupe C), ont été estimés à l'aide d'une enquête postale menée à l'automne 2004 auprès d'échantillons aléatoires de parents d'enfants pour chacun des territoires des mêmes dix CLSC. Ces échantillons ont été sélectionnés, à partir du fichier des personnes assurées de la Régie d'assurance maladie du Québec (RAMQ), parmi les parents d'enfants âgés de 14 à 18 mois. Enfin, les coûts assumés par les médecins ont été estimés à partir des données sur les actes médicaux facturés à la RAMQ pour les visites de vaccination. Ces coûts correspondent à ce que la société, par l'entremise de la RAMQ, est prête à payer pour cette activité, et couvre l'ensemble des coûts assumés par les médecins pour la vaccination. Ces données de la RAMQ ont été obtenues à l'été 2005 selon les dates de vaccination fournies par les parents ayant, au préalable, donné leur autorisation pour ce faire.

Des estimations de coûts totaux sur un an ont été faites pour chacun des acteurs, soit d'emblée ou à partir de coûts unitaires. Des coûts unitaires moyens ou médians par visite ont été établis selon la distribution des variables, et ce, pour les coûts assumés par les CLSC, par les médecins et par les parents. Des estimés théoriques de coûts par dose ont aussi été calculés lorsque pertinents, des coûts réels par dose ne pouvant être évalués à cause d'incohérences dans les données de I-CLSC. Également, selon la perspective sociétale, des ratios coûts-efficacité, coûts par visite et coûts par dose ont été calculés. Enfin, une analyse de sensibilité est venue compléter le tout dans le but de tester la robustesse des estimés.

Résultats

Les premiers résultats sur les coûts se réfèrent à la perspective de chacun des acteurs, alors que l'analyse finale se réfère à la perspective sociétale. Le coût total annuel assumé directement par le MSSS (perspective MSSS) s'élève à un peu plus de 22 millions de dollars, dont 94 % du montant est consacré à l'achat des vaccins. Les coûts totaux annuels assumés directement par les DSP (perspective DSP) varient de 31 321 $ à 352 805 $, variation attribuable, entre autres, au poids démographique qui diffère d'une DSP à l'autre.

En ce qui a trait aux CLSC, l'enquête sur les modes de prestation montre une grande diversité dans les efforts déployés pour faciliter l'accès à la vaccination ou informer et sensibiliser les parents à l'importance de la vaccination de leurs enfants. Dans la plupart des cas, la vaccination des enfants de 0-2 ans s'effectue avec d'autres activités de périnatalité. Les rencontres durent en moyenne 27 minutes. Dans quatre CLSC ayant fait l'objet de l'autochronométrage temps et mouvements, on évalue que 57 % du temps infirmier est consacré aux rencontres de vaccination incluant l'acte vaccinal, soit des activités qualifiées de directes, alors que 43 % du temps est voué à des activités indirectes, soit se déroulant en dehors des rencontres de vaccination (ex. : déplacements, gestion des vaccins). On estime que pour chaque heure d'activités directes, 17,7 minutes de temps infirmier en activités indirectes sont nécessaires pour la mise en oeuvre du programme de vaccination en CLSC. Globalement, les modes d'organisation des CLSC sont adaptés aux particularités géographiques et sociodémographiques de leur territoire. En considérant uniquement le temps accordé aux activités liées à la vaccination, les coûts des services de vaccination assumés par les CLSC (perspective CLSC) sont les suivants : le coût unitaire moyen est estimé à 36,48 $ par visite de vaccination, variant de 26,60 $ à 46,21 $ (scénario de base) pour les huit CLSC étudiés. Selon divers scénarios explorés dans l'analyse de sensibilité, le coût unitaire par visite le plus faible est de 20,38 $, alors que le plus élevé est de 51,90 $. Le temps infirmier représente les deux tiers des coûts estimés. En excluant les frais généraux du calcul du scénario de base, le coût moyen par visite de vaccination a été estimé à 29,20 $ (80 % du coût moyen total). Bien que l'étude n'ait pas pour objectif d'évaluer précisément les facteurs pouvant expliquer les différences de coûts entre les CLSC, on constate, dans une perspective exploratoire, que l'utilisation du temps infirmier semble être le facteur explicatif le plus plausible à cet égard.

Toujours selon le scénario de base, et en se référant au programme de vaccination québécois de la période suivant décembre 2004, laquelle correspond à la date d'introduction du vaccin conjugué contre le pneumocoque (VCP) au calendrier, le coût moyen d'administration d'une dose de vaccin en CLSC (perspective CLSC) est estimé à 18,46 $. En se référant plutôt au programme de la période précédant décembre 2004 où le VCP n'était pas offert gratuitement, le coût moyen pour administrer une dose de vaccin en CLSC est estimé à 26,38 $. Dans le même scénario de base, mais en retirant les frais généraux des estimés précédents, on évalue que le coût moyen par dose varie de 14,77 $ (période suivant l'introduction du VCP) à 21,12 $ (période précédant l'introduction du VCP).

Le coût médian d'une visite de vaccination chez le médecin (perspective médecins) est évalué à 7,34 $.

Le coût total médian assumé par les parents (perspective parents) lors de la dernière visite de vaccination de leur enfant est estimé à 17,69 $. Ce coût varie de 0,60 $ à 475,56 $ (scénario de base). La plus grande part de ces coûts est reliée au temps investi par les parents, lequel dépend lui-même de la valeur qu'on lui accorde. Pour quelques-uns, les déboursés importants s'expliquent par l'achat de vaccins qui n'étaient pas offerts gratuitement par le programme de vaccination québécois. Là aussi, quelques scénarios ont été élaborés dans une analyse de sensibilité. De cette analyse, il faut retenir que le coût total médian assumé par les parents, selon le scénario où aucune valeur n'est attribuée au temps des parents, est de 6,05 $, alors que si on attribue au temps le salaire minimum, le coût total médian est de 13,85 $. De plus, peu importe le scénario, et même dans celui où aucune valeur n'est attribuée au temps des parents, le coût total médian assumé par ces derniers est toujours plus élevé lorsque la vaccination a lieu chez le médecin en comparaison avec la vaccination en CLSC. Cette différence est attribuable principalement au temps des parents, dans les scénarios où une valeur lui a été attribuée, ainsi qu'au transport, et ce, pour l'ensemble des scénarios. En effet, les parents faisant vacciner leur enfant chez le médecin doivent assumer des coûts de transport supérieurs et y allouer davantage de leur temps que les parents faisant vacciner leur enfant au CLSC.

La couverture vaccinale contre le méningocoque de sérogroupe C s'élève à 86 %, variant de 80 % à 100 % selon le territoire de CLSC de résidence. Il n'y a pas de différence statistiquement significative entre les territoires.

L'analyse finale qui met en relation les coûts du programme et les données de couverture vaccinale selon une perspective sociétale, montre un ratio coûts-efficacité de 149,73 $ par visite pour chaque point de pourcentage de couverture vaccinale obtenu avec le programme de vaccination des enfants de 0-2 ans au Québec. En excluant les déboursés pour l'achat des vaccins, le ratio n'est plus que de 64,33 $ par visite par pourcentage de couverture vaccinale. Avec une analyse de minimisation des coûts, mais toujours selon une perspective sociétale (c.-à-d. en considérant que la couverture vaccinale des enfants vaccinés en CLSC est identique à celle de ceux qui sont vaccinés chez les médecins), il est évalué qu'il en coûte 113,02 $ par visite pour vacciner un enfant en CLSC, alors qu'il en coûte 111,69 $ chez le médecin. En retirant les déboursés du MSSS pour l'achat des vaccins, tout en gardant la perspective sociétale, le coût par visite en CLSC est de 49,98 $, mais de 36,00 $ pour la vaccination chez le médecin. Selon la perspective sociétale, la vaccination chez le médecin est pratiquement toujours moins coûteuse, autant dans l'analyse de minimisation des coûts par dose de vaccin administré que dans les divers scénarios examinés dans l'analyse de sensibilité des coûts par visite.

Conclusion

Ces résultats suggèrent que la vaccination des enfants de 0 à 2 ans génère des coûts plus importants que les estimés disponibles jusqu'à maintenant. Ils confirment toutefois que les services de vaccination ne se résument pas à la simple exécution de cliniques de vaccination. Il s'agit d'actes professionnels complexes qui nécessitent une série d'activités de support essentielles et une adaptation des modes de prestation des services, laquelle est d'ailleurs faite par plusieurs CLSC.

Messages et pistes d'action

Les résultats et les constats de cette étude permettent de dégager des pistes d'action et des messages à adresser aux autorités de santé publique :

  • Revoir le financement des services de vaccination pour les enfants de 0-2 ans, autant en CLSC que chez les médecins, tout en considérant qu'il s'agit de services complémentaires qui répondent probablement à des besoins différents.
  • Prendre en compte le fardeau économique des parents, lequel semble varier selon le lieu de vaccination, dans les décisions de financement des services de vaccination.
  • Examiner les modes de prestation des services de vaccination afin d'identifier les raisons profondes des écarts de coûts importants constatés entre les CLSC.
  • Simplifier les processus dans le but de faciliter les méthodes de collecte de données administratives pour éviter, entre autres, d'avoir à consulter plusieurs sources.
  • Corriger les problèmes de I-CLSC relativement à la validité des données inscrites dans ce système.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

2-550-47996-3

ISBN (imprimé): 

2-550-47995-5

Notice Santécom: