Utilisation du fichier des paiements à l'acte de la RAMQ pour identifier les cas de cancer non déclarés au Fichier des tumeurs du Québec : étude de faisabilité - Volet : cancer de la prostate

Le Fichier des tumeurs du Québec (FiTQ) est actuellement l’unique source de données qui vise à recueillir tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués annuellement au Québec. Ce fichier est alimenté presque exclusivement par les dossiers d’hospitalisation et de chirurgie d’un jour. Les cas de cancer diagnostiqués dans un cabinet médical et traités en clinique externe ou en service ambulatoire ne sont pas déclarés au fichier. De plus en plus, des méthodes de diagnostic simplifiées et des procédures chirurgicales peu invasives font en sorte que certaines tumeurs facilement accessibles, ou à un stade précoce, peuvent être diagnostiquées et entièrement traitées sans nécessiter d’hospitalisation, ni de chirurgie d’un jour. Ces cas ne sont jamais déclarés au Fichier des tumeurs ou ne le seront qu’à un stade plus avancé de la maladie qui nécessitera une hospitalisation. L’ampleur de la sous-déclaration que cette situation génère a été estimée tout récemment par une étude d’évaluation de l’exhaustivité de la banque (Brisson et al. 2003). L’étude consistait à retrouver au Fichier des tumeurs entre 1996 et 1998 des cas de cancer chez les adultes diagnostiqués en 1996 et sélectionnés à partir des rapports de pathologie dans un échantillon de 33 laboratoires de pathologie des hôpitaux du Québec. L’étude portait également sur tous les cas pédiatriques de tumeur maligne de trois principaux établissements pédiatriques.

Dans le but d’améliorer l’exhaustivité du Fichier des tumeurs du Québec, l’objectif général de cette étude est d’identifier les cas de cancer non déclarés au Fichier des tumeurs du Québec à partir du fichier des paiements à l’acte de la RAMQ pour chaque siège de cancer étudié. Les sièges de cancer visés par cette étude sont : la prostate, la vessie, le mélanome et le poumon. Le présent volet porte sur le cancer de la prostate.

Cette étude démontre que l'utilisation du Fichier de paiements à l'acte de la RAMQ semble une approche complémentaire prometteuse pour récupérer les cas de cancer de la prostate qui ne font pas l'objet d'une hospitalisation ou d'une admission en chirurgie d'un jour et qui ne sont donc pas déclarés au Fichier des tumeurs du Québec au moment du diagnostic.

Par ailleurs, nous avons aussi constaté que le Fichier de paiements à l’acte de la RAMQ pouvait apporter de l’information supplémentaire utile, même pour les cas déjà déclarés au FiTQ, en précisant la date du diagnostic.

Il sera utile de développer des stratégies similaires pour identifier les autres principaux sièges de cancer à l’aide du Fichier de paiements à l’acte de la RAMQ compte tenu des faibles coûts qu’implique une telle opération et du fait que les fichiers de la RAMQ sont disponibles presque en temps réel. Même les sièges de cancer moins susceptibles d’être sous-déclarés (selon l’étude d’exhaustivité réalisée sur les cas déclarés en 1996 confirmés par histologie) pourront bénéficier de cet exercice, que ce soit par la précision du moment du diagnostic, par la récupération de cas non confirmés par histopathologie, ou tout simplement pour confirmer la capacité de la procédure à identifier les cas.

En définitive, le FiTQ doit trouver des sources d’information complémentaires aux données d’hospitalisation et de chirurgie d’un jour pour s’assurer de recueillir tous les cas de cancer qui se déclarent dans la population. Toutefois, le Fichier de paiements à l’acte de la RAMQ ne constitue pas une solution de remplacement à l’utilisation des rapports de laboratoires, qui demeurent la source la plus fiable pour enregistrer les cas de cancer. Par contre, il offre une perspective de complémentarité intéressante à cause des coûts raisonnables que son utilisation implique et de la faisabilité technique démontrée ici. Aussi, pour certaines personnes, les cancers ne sont pas traités, surtout chez les personnes âgées ou les personnes très malades. Il est possible que ces personnes aient fait l’objet uniquement d’une évaluation clinique. Alors le fichier des paiements à l’acte de la RAMQ reste la seule option pour récupérer ces cas. L’algorithme qui clôt cette étude de faisabilité, à la page suivante, illustre les voies que pourraient prendre une démarche de validation subséquente.

La prochaine étape consisterait donc à valider les cas retenus à l’aide de cette méthode en révisant les dossiers médicaux des personnes.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

2-550-47324-8

ISBN (imprimé): 

2-550-47323-X

Notice Santécom: