Perspectives pour une évaluation participative des Villes et Villages en santé

Le présent document explore la question de l'évaluation des initiatives Villes et Villages en santé (VVS), dans une perspective d'utilité pour les acteurs locaux. Pour mener à bien cet exercice, l'approche VVS a été décrite comme une stratégie de promotion de la santé qui allie santé et processus de développement dans une perspective d'amélioration des conditions de vie et du mieux être. L'espace local qu'est la communauté a été posé comme le lieu le plus susceptible d'agir sur les facteurs qui déterminent la santé des individus et des communautés. Une fois ces prémisses placées, il s'agit de préciser les moyens d'action qui, selon VVS, sont plus à même d'induire des processus de développement durables et efficaces dans une perspective d'amélioration de la santé globale, soit l'empowerment, la participation, la concertation intersectorielle et la mise en place de politiques publiques favorables à la santé.

Ancrée dans de tels principes et stratégies d'action, on constate que l'approche VVS se préoccupe avant tout de processus, ce qui n'est pas sans répercussion sur la façon d'aborder l'évaluation. Cette façon de concevoir VVS pose la question du rôle des acteurs dans la définition des critères de réussite de même que des éléments des processus qui peuvent être évalués. Il s'agit en fait de repenser la façon de démontrer que des processus aussi complexes que ceux dont il est question ici donnent des résultats concrets. L'objectif est également de montrer en quoi les approches plus qualitatives et participatives de l'évaluation sont plus à même de donner une vision riche et complexe d'une réalité parce qu'elles construisent les connaissances sur le sens qu'en donnent les acteurs, étant ainsi beaucoup plus utiles pour l'action en cours.

Une fois montrée l'importance des approches qualitatives et participatives, le propos consiste à préciser les objets qui peuvent être évalués, notamment les effets à court et à moyen terme. Ces derniers sont ici conçus non pas comme des indicateurs pouvant faire l'objet de mesures répétitives dans le temps, mais comme un enchaînement de petits résultats qui, en s'additionnant, changent de nature et deviennent de plus en plus significatifs, solides et durables dans le temps. On peut ainsi, en attendant que des impacts à long terme puissent être mesurés par des indicateurs socio-économiques et de santé plus classiques, montrer que les processus VVS provoquent des changements réels dans le milieu et décrire ceux-ci. Par ailleurs, si l'analyse de ces enchaînements des résultats est intéressante en soi, elle l'est d'autant plus qu'elle s'appuie sur la théorie de l'action qui anime les acteurs locaux.

Consciente de l'utilité d'une théorie de l'action pour fournir un argumentaire à l'évaluation, il semblait pertinent de proposer une théorie globale de l'action VVS. Bien qu'elle demeure à parfaire, cette théorie permet d'articuler les changements attendus, les principes d'action ainsi que les moyens pour y arriver. Elle propose ainsi des pistes pour décortiquer l'action, de façon à structurer l'évaluation autour de chemins plus restreints pour lesquels il est plus facile d'observer l'enchaînement des résultats. La théorie de l'action développée ici lance la réflexion autour de la nature de l'action VVS, et d'autres types d'initiatives fondés sur des principes d'action semblables, de manière à mieux la connaître pour mieux l'évaluer.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

2-550-45321-2

ISBN (imprimé): 

2-550-45320-4

Notice Santécom: