Sous-lignée BA.2 du variant Omicron du SRAS-CoV-2

La présente revue rapide de la littérature vise à faire l’état des connaissances disponibles concernant les caractéristiques épidémiologiques de la sous-lignée BA.2 d’Omicron. En date du 11 avril 2022, il est possible de tirer les constats suivants :

  • Transmissibilité. BA.2 possède un avantage de transmissibilité intrinsèque par rapport à la sous-lignée BA.1 : i) le taux de reproduction effectif (Rt) était de 1,3 à 1,4 fois supérieur; ii) le temps de génération était 15 % plus court (selon une seule étude, Ito et coll.)(1); iii) le taux d’attaque secondaire parmi les contacts domiciliaires était environ 1,3 fois plus élevé, indépendamment du statut vaccinal; iv) l’intervalle sériel (délai moyen entre l’apparition des symptômes chez un cas primaire et l’apparition des symptômes chez un cas secondaire) était légèrement plus court (différence d’environ une demi-journée) (selon une seule étude(2); v) la charge virale était environ 2 fois supérieure (selon une seule étude(3)).
  • Virulence. Les risques d’hospitalisation ou de toutes autres maladies graves de la sous-lignée BA.2 étaient comparables à ceux de la sous-lignée BA.1.
  • Réinfection. Les cas de réinfection par BA.2 après une infection liée à BA.1 étaient rares et survenaient principalement chez les jeunes non-vaccinés (selon une seule étude, Stegger et coll.(4)). Une infection antérieure liée à BA.1 conférait une protection de 95 % contre une réinfection par BA.2 après ajustement pour le statut vaccinal (selon une seule étude, Chemaitelly et coll.(5)). Une infection antérieure liée à un variant pré-Omicron conférait une plus faible protection (46 %) contre une réinfection par BA.2 chez les individus non vaccinés (selon une seule étude, Altarawneh et coll.(6)). Le temps écoulé ou la différence d’antigénicité entre ces lignées pourrait expliquer pourquoi une infection à un variant pré-Omicron protègerait moins qu’une infection à BA.1 contre une réinfection à BA.2.
  • Efficacité vaccinale. La protection offerte par les vaccins pour prévenir les infections liées à BA.2 était comparable à celle pour BA.1 : i) l’efficacité vaccinale pour prévenir les infections symptomatiques liées à BA.2 était environ de 10-40 % dans les six mois qui suivaient la seconde dose. Une dose de rappel permettait de restaurer une efficacité vaccinale à 40-74 % (mesurée dans le mois suivant); ii) l’efficacité vaccinale pour prévenir les hospitalisations ou les décès liés à BA.2 demeurait élevée (77-85 %) même au-delà de sept mois après la deuxième dose. Une dose de rappel ou une infection antérieure (avec primovaccination) permettait d’atteindre une efficacité vaccinale de 98-100 % (mesurée dans les deux mois suivants) (selon une seule étude, Altarawneh et coll.(6)); iii) une infection antérieure pré-Omicron (avec primovaccination) offrait une protection de 48-55 % contre les infections symptomatiques. Cette protection était augmentée à 70-77 % avec une dose de rappel (selon une seule étude, Altarawneh et coll.(6)).
Sous-lignée BA.2 du variant Omicron du SRAS-CoV-2

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

Notice Santécom: