Consommation d’alcool en période périnatale chez les femmes autochtones : interventions préventives

En raison des répercussions qu’elle a sur la santé des familles et des générations futures, la consommation de substances psychoactives pendant la période périnatale est une préoccupation de santé publique pour l’ensemble de la population. La Commission de vérité et réconciliation du Canada, dans son appel à l’action no 33, soulignait l’importance de la prévention du trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale et de l’élaboration de programmes adaptés aux réalités des peuples autochtones. En réponse, un groupe d’experts canadiens a rédigé un consensus sur les huit principes pour la mise en œuvre de cet appel à l’action. Cette présente synthèse des connaissances concerne l’efficacité en contexte autochtone d’interventions préventives de la consommation d’alcool en période périnatale.

  • Les interventions recensées s’inscrivent majoritairement dans une logique de prévention sélective. Elles ciblent les femmes autochtones en âge de procréer qui consomment de l’alcool ou enceintes. Rappelons toutefois que le partenaire, l’ensemble de la famille ou le cercle social peuvent influencer les comportements de consommation et offrir du soutien aux futures et aux nouvelles mères.
  • Les effets des interventions sur la consommation d’alcool sont d’ampleur modeste dans le petit nombre d’études retenues. De plus, plusieurs lacunes méthodologiques appellent à la prudence dans l’interprétation des effets.
  • Les programmes de visite à domicile et la stratégie communautaire sont les types d’intervention qui appliquent le plus grand nombre de principes pour la mise en œuvre de l’appel à l’action no 33. De plus, l’évaluation de ces interventions témoigne d’une possible diminution de la consommation d’alcool et d’autres substances psychoactives en période périnatale.
  • Les programmes de visites à domicile visent plusieurs substances psychoactives, dont l’alcool, mais aussi l’amélioration des pratiques parentales et de la relation parent-enfant. Ces programmes sont déployés à long terme; ils se poursuivent après la naissance de l’enfant. Soulignons que les interventions éducatives sont réalisées en complémentarité aux services offerts aux femmes, aux enfants et aux familles (p. ex., aide à l’emploi, lien avec les services de santé, transport vers les centres de soins).
  • Les interventions multiniveaux, comme la stratégie communautaire australienne recensée, sont basées sur la prémisse que la prévention va au-delà des interventions éducatives sur les risques de la consommation. Plusieurs interventions sont mises en place : la sensibilisation de l’ensemble de la population et non seulement des femmes, des pratiques qui aident les femmes à améliorer leur santé et celle de leurs enfants ainsi que la création d’un environnement social favorable, entre autres, par des politiques publiques qui réduisent l’accessibilité à l’alcool.
  • Les huit principes sont appliqués irrégulièrement dans les interventions recensées. Par contre, un est appliqué unanimement : la conception et l’orientation des interventions par les communautés autochtones. Par contre, cette collaboration se traduit de différentes manières allant de la prise en charge par la communauté à des consultations communautaires d’ampleur variable lors de la conception de l’intervention.
  • Une combinaison d’interventions qui visent les individus et les environnements apparaît le plus pertinent pour prévenir les conséquences sociales et de santé de la consommation d’alcool en période périnatale. À cet égard, les peuples autochtones doivent être des acteurs clés dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation de cette combinaison d’interventions. Une relation de confiance basée sur des notions de mutualité, de collaboration, de réciprocité et de respect est alors essentielle.
Consommation d’alcool en période périnatale chez les femmes autochtones : interventions préventives

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

Notice Santécom: