Promotion d'une saine alimentation et de l'activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Le Programme national de santé publique 2003-2012 invite le réseau de santé publique à inclure dans les plans d’actions au niveau national, régional et local des actions visant la promotion d’une saine alimentation et de l’activité physique. Les actions privilégiées comprennent l’organisation de campagnes de communication, la promotion et l’application de politiques, de lois et de règlements, l’organisation d’activités visant la promotion et la prévention dans les milieux de vie et, enfin, la promotion et le soutien de pratiques cliniques préventives1. La mise en oeuvre de ces actions est essentielle à l’atteinte des objectifs fixés par le Programme national de santé publique dont un concerne la prévention de l’obésité.

Puisque l’Institut national de santé publique du Québec a comme mission de soutenir la mise en oeuvre du Programme national de santé publique, notamment par la dispensation de programmes de formation, il était important d’identifier les besoins prioritaires de formation du réseau de santé publique en lien avec ce domaine d’intervention. Une étude de besoins a donc été menée auprès des coordonnateurs et des intervenants des équipes en habitudes de vie/maladies chroniques oeuvrant dans les directions de santé publique. Cette étude a permis de cerner les besoins de formation relatifs aux stratégies et méthodes d’intervention, en plus de documenter les besoins de formation générale en santé publique. Soulignons que ce projet a été réalisé dans le cadre d’un stage en vue de l’obtention d’une maîtrise en santé communautaire.

Les intervenants et les coordonnateurs ont exprimé des besoins de formation et d’outils pour mener les actions en habitudes de vie/maladies chroniques au cours des prochaines années. Il s’avère donc important de combler ces besoins afin d’assurer une mise en oeuvre fructueuse des actions de promotion d’une saine alimentation et de l’activité physique. Quelques recommandations ont donc été formulées.

Dans un premier temps, des formations sur les stratégies d’intervention efficaces et prometteuses en habitudes de vie/maladies chroniques devraient être offertes aux équipes travaillant dans ce domaine. Plus précisément, le matériel de formation devrait viser à faire connaître les stratégies pour favoriser la création d’environnements facilitant la saine alimentation et la pratique d’activités physiques.

Dans un deuxième temps, il faudrait mettre sur pied des mesures spécifiques de formation et de soutien aux professionnels en habitudes de vie/maladies chroniques en ce qui concerne les méthodes d’intervention. Il convient de souligner que la mise en oeuvre des stratégies en habitudes de vie/maladies chroniques exige une connaissance théorique et pratique de plusieurs méthodes d’intervention. Les intervenants et les coordonnateurs interrogés ont principalement exprimé des besoins au niveau de l’action communautaire, de l’action politique et du marketing social. Des besoins de formation sont également ressentis en ce qui a trait à l’évaluation d’intervention.

Dans un troisième temps, un cadre de référence ainsi que des outils pour les campagnes de communication et pour le volet alimentation devraient être élaborés et fournis aux régions afin d’éviter la duplication des interventions et pour maximiser l’utilisation des ressources au niveau régional.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (imprimé): 

2-550-42792-0

Notice Santécom: