Le suicide au Québec : 1981 à 2019 — Mise à jour 2022

 

Faits saillants

  • Selon les données pour l’année 2019, 1128 personnes se sont enlevé la vie au Québec. C’est un taux brut de suicide de 13,3 par 100 000 personnes.
  • Le taux de suicide semble atteindre un plateau après avoir diminué depuis plusieurs années.
  • Au Québec, le suicide représente 1,7 % de tous les décès pour les années 2017-2019. Il est au 7e rang des causes de décès dans la province.
  • Le taux de suicide est trois fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes.

Plus spécifiquement chez les hommes

  • Le taux de suicide le plus élevé s’observe chez les hommes âgés de 50 à 64 ans.
  • Après avoir atteint un sommet en 1999, le taux de suicide chez les hommes a constamment diminué pour atteindre en 2017 le taux le plus bas observé.
  • Pour 2018-2019, il semble que le taux de suicide soit légèrement en hausse chez les hommes.

Plus spécifiquement chez les femmes

  • Le taux de suicide le plus élevé chez les femmes s’observe chez celles âgées de 50 à 64 ans.
  • Après avoir atteint un sommet en 1999, le taux de suicide chez les femmes demeure en baisse.

Plus spécifiquement chez les adolescentes et adolescents

  • Comparativement au reste de la population, les jeunes filles et les adolescentes du Québec font davantage appel aux urgences pour tentative de suicide ou idées suicidaires. Elles sont aussi davantage hospitalisées pour ces raisons.
  • Les hospitalisations et les visites aux urgences pour tentative de suicide ou idées suicidaires sont en essor chez les garçons âgés de 14 à 19 ans.
  • En 2021, le taux de visites aux urgences et d’hospitalisation en raison de comportements suicidaires est plus élevé que les années précédentes pour les jeunes Québécois et Québécoises.

Moyens utilisés pour s’enlever la vie

  • Pour 2017-2019, le moyen le plus commun pour s’enlever la vie chez les hommes et les femmes au Québec était la pendaison, la strangulation et la suffocation. Ce fait soulève l’importance de réfléchir aux actions de prévention autour des moyens qu’utilisent les personnes pour s’enlever la vie.

Le suicide en 2020, 1re année de la pandémie de la COVID-19

  • Selon les données provisoires émises par le Bureau du coroner en chef du Québec, il y aurait eu 1016 suicides en 2020. Ce nombre est sous-estimé et doit être utilisé avec précaution. Il semble tout de même indiquer qu’une augmentation ne devrait pas être observée.
  • À plus long terme, la situation pandémique pourrait se traduire ou non par une augmentation des taux de suicide selon la disponibilité des soins en santé mentale, le sentiment d’espoir de la population et les effets sur l’économie à moyen et à long terme1.
  • En 2020, on observe une diminution de l’utilisation des services hospitaliers. Il est possible que les mesures sanitaires mises en place en raison de la pandémie de la COVID-19 aient découragé les personnes de visiter les urgences et que cela ait eu des répercussions sur les hospitalisations.

1 Gunnell, D. et al. Suicide risk and prevention during the COVID-19 pandemic. Lancet Psychiatry 7, 468–471 (2020).

Le suicide au Québec : 1981 à 2019 — Mise à jour 2022

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-91080-0

ISSN (électronique): 

2562-3400

Notice Santécom: