Méthodes d’évaluation économique : quelles sont les implications éthiques pour les politiques publiques favorables à la santé?

La prise de décision concernant des politiques publiques favorables à la santé1, au même titre que d’autres types de politiques, implique souvent de prendre en considération l’efficience économique. L’efficience exprime à quel point les bénéfices recherchés peuvent être obtenus au plus petit coût possible, et les évaluations économiques en sont les outils de mesure. Toutefois, l’efficience n’est qu’un des nombreux critères potentiels selon lesquels les options politiques peuvent être jugées. Les politiques peuvent également viser toute une gamme d’autres valeurs et objectifs. Puisque choisir entre des valeurs parfois divergentes relève du domaine éthique, l’utilisation des évaluations économiques peut entraîner des conséquences éthiques importantes.

La première note documentaire de cette série présentait certains des enjeux éthiques généraux soulevés par l’utilisation des évaluations économiques dans le domaine des politiques publiques favorables à la santé2. Bien que les méthodes d’évaluation économique soient nombreuses, toutes reposent sur les mêmes hypothèses sous-jacentes ayant des implications éthiques. Parmi les plus importantes, on retrouve l’hypothèse méthodologique de l’individualisme et l’hypothèse éthique de l’utilitarisme. Pour simplifier, l’individualisme méthodologique est l’hypothèse selon laquelle tous les « nous » peuvent être définis comme des regroupements de « je ». Autrement dit, tous les phénomènes sociaux peuvent être expliqués en se basant uniquement sur les actions et les croyances des individus. Une telle hypothèse a tendance à favoriser des valeurs telle l’autonomie individuelle aux dépens d’autres valeurs, comme la solidarité sociale et l’autonomisation (empowerment) des communautés, qui sont basées sur une vision plus holistique de la communauté.


  1. Les politiques publiques favorables à la santé sont des politiques qui, habituellement, débordent le cadre du secteur de la santé, mais qui peuvent néanmoins apporter des avantages pour la santé de la population tout en poursuivant d’autres objectifs. Les politiques de logement social, les politiques d’apaisement de la circulation et les règlements de zonage restreignant le nombre de restaurants-minute près des écoles sont des exemples de politiques publiques favorables à la santé.
  2. Pour consulter la première note documentaire, cliquez ici : http://www.ccnpps.ca/150/publications.ccnpps?id_article=961
Méthodes d’évaluation économique : quelles sont les implications éthiques pour les politiques publiques favorables à la santé?

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-87863-6

Notice Santécom: