Pratiques novatrices pour la création d'environnements favorables aux saines habitudes de vie et à la santé dans la MRC d'Argenteuil : étude de cas

Cette étude évaluative permet d’examiner, dans le contexte d’une municipalité régionale de comté (MRC), les conditions et les pratiques de mise en œuvre de l’action municipale pour des environnements favorables aux saines habitudes de vie et à la santé. Elle s’adresse aux différents acteurs engagés dans la démarche Prendre soin de notre monde de même qu’à tout professionnel, gestionnaire et décideur intéressé par les pratiques novatrices et la collaboration entre le milieu municipal et ses partenaires.

Le cas de la MRC d’Argenteuil est exemplaire à plus d’un titre. En plus de son engagement sur plus d’une décennie, cette entité supramunicipale se caractérise par son leadership et son esprit d’initiative, par son équipe pluridisciplinaire en soutien auprès des municipalités du territoire, par la complémentarité des stratégies utilisées, par la centralité et la diversité des partenariats ainsi que par la diversité des réalisations aux niveaux régional et local. En agissant non seulement sur l’environnement socioculturel, mais aussi sur les environnements politique, physique et même économique, les instances municipales se sont donné les moyens d’une action plus structurante pour des effets à plus long terme.

À la lumière de cette étude, certains facteurs semblent plus déterminants dans la réussite :

  • le leadership partagé impliquant tant les élus que les employés municipaux et les partenaires, dont ceux œuvrant en saines habitudes de vie et en santé publique;
  • la mise à disposition de ressources et un cadre de gestion qui offrent une marge de manœuvre et un incitatif à l’expérimentation;
  • une stratégie de réalisation par projets et à petite échelle bénéficiant d’ancrages formels, dont une planification stratégique sur plusieurs années, pour une continuité des efforts dans le temps;
  • des moyens d’assurer la présence et la disponibilité dans la durée d’expertises pertinentes à la coordination et au soutien auprès des acteurs locaux;
  • la présence de porteurs locaux, formellement reconnus et valorisés, qui contribuent à la mise en œuvre et au suivi localement;
  • une action à géométrie variable qui s’accompagne d’une souplesse et d’une capacité d’adaptation en fonction de la diversité des contextes et de l’émergence d’opportunités;
  • la qualité de la communication et des relations entre les diverses parties prenantes de l’action.

À l’inverse, d’autres facteurs représentent des défis, voire des obstacles majeurs :

  • les multiples obligations et priorités liées à la gestion des affaires municipales qui limitent la disponibilité des élus et des employés pour des dossiers « facultatifs » tels que ceux-ci;
  • la difficulté pour les acteurs municipaux d’obtenir de l’aide de certaines directions régionales des ministères qui tendent à se maintenir en position de contrôle et de vérification de conformité;
  • le besoin d’un soutien durable et parfois assez spécifique exprimé par des acteurs locaux disposant de capacités très inégales d’une municipalité à l’autre;
  • la difficulté d’établir ou de maintenir un partenariat avec certaines catégories d’acteurs organisationnels en raison de cultures organisationnelles et de préoccupations quant à leur propre existence;
  • l’ébranlement des dynamiques d’échanges et de collaboration au sein des dispositifs de concertation, du fait des changements structurels et des contraintes financières imposées à certains partenaires.

Malgré les limites et les différences observées d’un milieu à l’autre, selon les partenaires et dans le temps, une posture favorable à la collaboration est observée. En termes génériques, on peut décrire cette posture de la façon suivante :

  • une compréhension des besoins et des réalités en présence;
  • une flexibilité par rapport aux objectifs et aux priorités définis localement;
  • une valorisation des capacités des diverses parties prenantes;
  • un effort d’accompagnement et d’habilitation des acteurs locaux;
  • un souci de coordination et de communication par le milieu municipal lui-même;
  • et une sensibilité aux aspects relationnels, pour des collaborations harmonieuses.

Globalement, ce cas témoigne de la capacité à faire vivre à l’échelle d’une MRC de grands principes reconnus comme étant porteurs de changement pour la création d’environnements favorables aux saines habitudes de vie et à la santé : principes d’influence et de réseautage, de communication et d’accompagnement, d’évaluation et d’apprentissage. Ce cas illustre aussi l’importance de la posture adoptée par les parties prenantes.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-78325-1

Notice Santécom: