Rapport final de surveillance de la sécurité de la vaccination des jeunes de 20 ans et moins contre le méningocoque de sérogroupe B au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Afin de réduire une incidence d’infections invasives à méningocoque de sérogroupe B plus élevée dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean que dans le reste du Québec, une campagne de vaccination ciblant les jeunes de 2 mois à 20 ans a été menée dans cette région à partir de mai 2014.

Pour évaluer en temps réel l’apparition de manifestations cliniques inhabituelles (MCI) après la vaccination avec le nouveau vaccin à quatre composantes (4CMenB), la surveillance a été rehaussée en ajoutant une surveillance active à la surveillance passive déjà existante au Québec (ESPRI). Cette surveillance active a été faite principalement par questionnaire électronique envoyé aux parents d’enfants vaccinés qui avaient fourni une adresse courriel.

  • Globalement, le vaccin contre le méningocoque de sérogroupe B (4CMenB) a montré un bon profil de sécurité. La surveillance n’a pas identifié de problème de santé grave ou inhabituel associé au vaccin.
  • La vaccination était rarement suivie d’une température élevée (≥ 40,5 °C).
  • La surveillance a confirmé que le vaccin causait des réactions locales douloureuses, de la fièvre ou des malaises généraux débutant dans les 48 heures suivant la vaccination.
  • Ces effets secondaires ont entraîné de l’absentéisme en garderie, à l’école ou au travail chez 3 % des vaccinés après la première dose et 5,7 % après la deuxième dose. Dans près de la moitié de ces cas, un adulte a aussi dû s’absenter pour s’occuper de l’enfant
  • Malgré les effets secondaires, la couverture vaccinale lors de la deuxième dose est demeurée élevée, passant de 83 % après la première dose à 77 % après la deuxième dose.
  • La surveillance n’a identifié aucun groupe de cas souffrant d’un même problème de santé grave suggérant un lien avec la vaccination et le vaccin n’a été mis en cause dans aucun décès survenu parmi les vaccinés.
  • La prise de médicament pour prévenir la fièvre (prophylaxie antipyrétique) a permis de réduire le risque de fièvre de 22 % à 44 % lors des trois premières doses de vaccin, mais n’a pas eu d’effets bénéfiques lors de la quatrième dose.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-75269-1

Notice Santécom: