Rapport intérimaire de surveillance de la sécurité de la première dose du vaccin contre le méningocoque de sérogroupe B au Saguenay–Lac-St-Jean

Afin de contrôler une situation de transmission du méningocoque de sérogroupe B plus élevée dans la région sociosanitaire (RSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean (02) que dans le reste du Québec et qui perdure depuis 2004, une campagne de vaccination ciblée a été menée auprès des jeunes de 20 ans et moins qui résident ou qui fréquentent un établissement d'enseignement dans cette région. Une surveillance rehaussée a été mise en place pour monitorer en temps réel la survenue de manifestations cliniques inhabituelles (MCI) survenant après l'immunisation, afin de pouvoir informer rapidement le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et la Direction de santé publique (DSP) de la RSS 02 de l'émergence d'un problème de sécurité lié à ce nouveau vaccin à quatre composantes (4CMenB).

Méthodologie

Ce rapport couvre l'expérience des personnes domiciliées dans la RSS 02 ayant reçu leur première dose de 4CMenB entre le 5 mai et le 17 juin 2014. Cette surveillance comprenait une surveillance active faite par voie électronique auprès de tous les vaccinés ayant fourni une adresse courriel et la surveillance passive des manifestations cliniques inhabituelles (MCI) survenant après l'immunisation (ESPRI) déjà en place au Québec. Pour la surveillance active, toutes les personnes vaccinées qui avaient fourni leur adresse électronique sur le formulaire de consentement à la vaccination ont reçu un courriel sept jours après la vaccination pour les inviter à compléter un questionnaire électronique.

Résultats

Entre le 5 mai et le 17 juin 2014, 43 740 personnes âgées de 2 mois à 20 ans et domiciliées dans la RSS 02 ont reçu une première dose du vaccin 4CMenB. Parmi celles-ci, 29 853 (68 %) ont fourni une adresse courriel et 12 332 (28 % de tous les vaccinés, 44 % de ceux qui avaient une adresse courriel valide et qui ont reçu le questionnaire) avaient complété le questionnaire électronique au 2 juillet 2014. Parmi ces derniers, 9 % ont rapporté avoir commencé à présenter de la fièvre au cours des 48 heures suivant la vaccination et 1,9 % dans les jours 3 à 7. La fréquence de la fièvre était plus élevée chez les moins de 2 ans (14 %-15 %) que chez les enfants de 2 à 4 ans (12 %) et que chez les 5 ans et plus (6-8 %). Chez les enfants de moins de 2 ans, la prise de médicament en prophylaxie de la fièvre réduisait d'environ 50 % la probabilité de faire de la fièvre au cours des premières 48 heures par rapport aux enfants qui n'en avait pas pris. Au total, 6 % des répondants ont eu un problème de santé dans les sept jours suivant la vaccination qui a entraîné de l'absentéisme de la personne vaccinée ou d'un parent et 1,2 % ont consulté un médecin. Les problèmes les plus fréquemment rapportés étaient les malaises généraux (56 %), les réactions locales (49 %) et les problèmes digestifs (34 %) ou respiratoires (24 %). Un seul cas de convulsion fébrile a été identifié et aucune hospitalisation n'a été liée au vaccin. L'absentéisme attribuable aux réactions locales ou à la fièvre ou aux malaises généraux commencés au cours des 48 heures suivant la vaccination a été estimé à 4,4 % pour les jeunes de 5 à 16 ans et à 3,1 % pour les 2 à 4 ans. Des commentaires libres ont été écrits par 20 % des répondants, dont 83 % rapportaient de la douleur au site d'injection.

Parmi les 12 332 personnes qui ont rempli le questionnaire, 99 % ont indiqué qu'elles avaient probablement ou certainement l'intention de recevoir la prochaine dose de vaccin, alors que cette proportion est de 92 % parmi les 764 ayant rapporté de l'absentéisme ou une consultation médicale.

Pour la surveillance passive, 56 cas de MCI ont été signalés au programme ESPRI et parmi les cas de MCI saisis, 46 % étaient des problèmes d'allure allergique, 29 % de la fièvre et 19 % une réaction locale importante. Un cas de convulsion fébrile a été signalé.

Conclusion

Cette surveillance n'a pas identifié de problème de santé grave ou inhabituel associé au vaccin, mais a confirmé une fréquence significative de réactions locales douloureuses et de la fièvre et des malaises généraux causant de l'absentéisme.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-71345-6

Notice Santécom: