Créé à partir des transferts d'activités et de ressources déjà existances, l'INSPQ suscite des perceptions diverses autant à l'intérieur qu'à l'extérieur du réseau de santé publique.

Si la création de l'Institut fu en général saluée par l'ensemble du réseau comme un atout important pour l'évolution et l'amélioration de la santé publique au Québec, il persiste encore certaines ambiguïtés quant à la compréhension de sa mission, de son rôle ou de son statut, Cette méconnaissance de l'organisation peut parfois se transformer en crainte d'y voir un nouveau compétiteur, tout particulièrement dans les fonctions de recherche ou de formation.

L'Institut doit également faire face à des attentes importantes puisque la santé publique est de plus en plus confrontée à la persistance de problèmes sociosanitaires et à l'émergence de nouvelles problématiques qui peuvent avoir un impact majeur sur la santé de la population. Les principaux acteurs de la santé publique attendent de l'Institut qu'il joue son rôle d'expert et s'implique dans la définition et la compréhension des problèmes et des interventions jugées les plus efficaces et au développement des connaissances pour lutter contre ces problèmes.

L’Institut a, en effet, à tenir compte dans sa programmation des grands dossiers notamment :

  • les menaces à la santé de la population tels les maladies infectieuses et les nouveaux pathogènes en émergence;
  • les maladies chroniques et les incapacités; 
  • le vieillissement de la population et ses conséquences;
  • la détresse psychologique, particulièrement chez les jeunes;
  • le développement de saines habitudes de vie;
  • l’environnement et son impact sur la santé;
  • les inégalités sociales et la pauvreté et leur impact sur la santé et le bien-être de la population;
  • l’organisation et les conditions de travail sur la santé des individus;
  • les nouveaux phénomènes de société comme le jeu pathologique;
  • l’impact sur la santé et le bien-être de la population des changements technologiques (ex. : organismes génétiquement modifiés (OGM) et traitements géniques).

L’environnement externe de l’Institut est en pleine évolution. Les modifications touchant l’organisation et le système de santé québécois et les changements de pratiques professionnelles qu’elles supposent sont toujours susceptibles d’influencer les activités de l’Institut.

L’organisation et le financement de la recherche seront possiblement modifiés par la nouvelle politique du ministère de la Recherche, de la Science et de la Technologie. L’Institut pourrait y voir mieux campé son rôle dans le transfert des connaissances et les collaborations avec les organismes subventionnant la recherche et les différents réseaux thématiques seront ainsi facilitées.

Plusieurs universités sont à planifier le regroupement de leurs activités de recherche pertinentes à la santé publique dans des centres de recherche en santé de la population. Dans le cadre des partenariats qui s’établissent avec les universités, cette orientation ne peut être que bénéfique et permettra à l’Institut d’envisager des collaborations très fructueuses. 

Au cours des dernières années, les interventions du gouvernement fédéral dans le champ de la santé publique se sont développées par la mise en place d’initiatives, particulièrement dans les domaines de la surveillance de l’état de santé et de ses déterminants, ainsi que dans l’information à la population. De par sa mission, ses fonctions et son statut, l’Institut est particulièrement bien placé pour développer, dans le respect des politiques québécoises, les collaborations avec les organismes fédéraux dans ces secteurs d’activités.

La création de l’Institut national de santé publique du Québec a suscité un intérêt de la part d’organismes internationaux comme l’Organisation mondiale de la santé et l’Organisation panaméricaine de la santé. Les demandes de participation ou de consultation sur des projets d’organisation de la santé publique dans différents pays en voie de développement sont nombreuses et exigent beaucoup de réserve de la part de l’Institut, organisme encore en voie d’implantation. 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (imprimé): 

2-550-37446-0

Notice Santécom: