Portrait de la surdité professionnelle acceptée par la Commission de la santé et de la sécurité du travail au Québec : 1997-2010 - Troubles de l'audition sous surveillance

Dans un contexte de surveillance de l'état de santé de la population des travailleurs et en lien avec l'objectif du Programme national de santé publique (PNSP) qui vise à diminuer l'incidence de la surdité professionnelle et les conséquences de cette maladie, le projet « Troubles de l'audition sous surveillance » vise essentiellement à documenter l'ampleur et la gravité de cette problématique. Il s'agit du second projet commun de surveillance du Réseau de santé publique en santé au travail, le premier concernait les troubles musculosquelettiques (TMS).

Les données utilisées proviennent du fichier des lésions professionnelles produit annuellement par la Commission de la santé et de la sécurité du travail. Elles correspondent aux lésions survenues entre 1997 et 2010.

Ce portrait décrit l'incidence de la surdité professionnelle, sa gravité, en termes d'atteintes permanentes à l'intégrité physique ou psychique, ainsi que les débours qui y sont associés. Les principales caractéristiques des travailleurs atteints sont également présentées, notamment l'âge, la région de résidence et le milieu de travail.

Au cours de la période observée, au Québec, 36 188 cas de surdité professionnelle ont été acceptés par la CSST. Une augmentation importante du nombre de cas est observée entre 1997 (1 540 cas) et 2010 (4 341 cas). Ainsi, le taux d'incidence est passé de 26,1 à 65,3 pour 100 000 personnes.

La surdité professionnelle touche presque qu'exclusivement les travailleurs masculins (98 %). Trois fois sur quatre, les travailleurs atteints sont âgés de 55 ans et plus.

Tous les travailleurs dont la surdité professionnelle est acceptée par la CSST ont accès à des services (aides auditives, réadaptation professionnelle, etc.). De ce nombre, 75 % dont l'atteinte permanente est suffisamment sévère pour rencontrer les critères d'indemnisation en vigueur reçoivent une indemnité.

Les coûts, bien que fortement sous-estimés dans la présente étude, sont en majeure partie (71 %) des indemnités pour préjudice corporel. Les autres coûts (29 %) proviennent des frais médicaux (ex. : honoraires des professionnels de la santé, prothèses auditives et frais de réadaptation) et de façon très marginale des indemnités de remplacement du revenu.

Malgré les limites liées aux données manquantes, le calcul des taux d'incidence chez les travailleurs âgés de 15 à 64 ans a permis d'identifier les secteurs d'activité économique les plus à risque. Ces secteurs sont ceux de la Première transformation des métaux, de l'Industrie du papier, des mines, carrières et puits de pétrole et de la Fabrication des produits minéraux non métalliques.

Ce portrait devrait notamment servir à soutenir les décisions de tous les partenaires en santé et sécurité du travail. Il servira lors de la réévaluation et de la planification des actions préventives reconnues efficaces à mettre en place afin de réduire l'incidence des surdités professionnelles dans les milieux de travail.

Note(s): 

Veuillez noter que, dans cette publication, les références 55, 56 et 69 ont été modifiées :

55- Gervais L. 2006. Opération Vision 2005 : Portrait des établissements de la Montérégie - Rapport d'analyse. Longueuil, Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie/Direction de la santé publique, 144 p.

56- Legris M., Boudreault H., Hains M. (2008). Bruit extrême en milieu de travail. Travail et santé. Juin 2008, 24 (2) : 42-44.

69- Girard, S.A., Picard, M., Courteau, M., Boisclair, D., Larocque, R., Leroux, T., Turcotte, F., Simard, M. (2007). Le bruit en milieu de travai  : une analyse des coûts pour le régime d’indemnisation. Québec. Institut national de santé publique du Québec (INSPQ); 43 p.

(16 septembre 2014)

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-69879-1

ISBN (imprimé): 

978-2-550-69878-4

Notice Santécom: