Le cadrage des quartiers centraux : les inégalités de santé et la pauvreté dans les quartiers à faible revenu de Saskatoon

Le texte qui suit est une analyse descriptive des cadrages politiques utilisés pour interpréter les principales préoccupations de deux organisations dans leur travail visant à améliorer le bienêtre physique, économique et social de la population de certains des quartiers les plus défavorisés de Saskatoon, en Saskatchewan. L’objectif central est de voir comment des cadres différents influent non seulement sur la définition des problèmes à résoudre, mais aussi sur les solutions à favoriser. Être conscient de ces cadres et de la façon dont ils influencent les approches peut être utile pour ceux qui cherchent à former des partenariats entre des acteurs et des institutions en santé publique et des groupes non gouvernementaux. Choisir de se concentrer sur les domaines où les cadres sont compatibles pourrait ainsi conduire à des collaborations plus fructueuses.

Bien qu’en surface, et souvent en pratique, l’intégration de cadres différents dans les objectifs communs puisse être éprouvante, il pourrait fort bien s’agir de l’une des clés pour intervenir dans des contextes sociaux complexes comme ceux posés par la pauvreté et les difficultés qui en découlent. Les partenariats et la coordination intersectorielle (horizontale comme verticale) sont perçus comme des ingrédients déterminants pour agir dans un domaine aussi complexe que la santé publique, et particulièrement les inégalités de santé. D’autres études parlent de ce processus comme d’une intégration de deux approches ou de deux cultures d’intervention. Clavier et Potvin, par exemple, suggèrent que l’un des moyens d’aller de l’avant pour les acteurs en santé publique est de reconnaître la légitimité du savoir local ainsi que sa validité, au même titre que les études scientifiques (Clavier et Potvin, 2009), et de regarder ces deux approches comme deux façons de cadrer les problèmes ce qui contribuerait positivement à la discussion. Utiliser la notion de cadres et de cadrage comme pratique discursive pour tenter d’établir des bases communes à partir desquelles chacun pourrait avancer pourrait contribuer à des partenariats fructueux lorsqu’on travaille sur des politiques publiques épineuses comme la pauvreté et les inégalités de santé. Par exemple, dans le cas des deux organisations présentées ici, un champ de collaboration fructueux pourrait être leurs stratégies face au logement. Toutes les deux considèrent le logement abordable comme une mesure clé à adopter pour les quartiers centraux. Bien que l’une (l’Agence régionale de santé) priorise les politiques sur le logement et les allocations de loyer, et que l’autre (l’organisation de développement économique communautaire) vise à augmenter la proportion de résidents propriétaires de leur habitation et le contrôle local du parc locatif et privé, toutes les deux s’accordent sur le fait que le logement abordable et sécuritaire est un objectif clé. Les moyens que chacune suggère pour y parvenir ne sont pas incompatibles et pourraient bien être un domaine fructueux de collaboration. Choisir de focaliser sur les domaines où les cadres sont compatibles, ou du moins plus facilement négociables, serait sans doute plus susceptible de mener à des partenariats fructueux et à la résolution des problèmes.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-63211-5

ISBN (imprimé): 

978-2-550-63210-8

Notice Santécom: