L'influence des politiques agroalimentaires à caractère économique sur l'alimentation et le poids

Depuis longtemps, les politiques agroalimentaires de la majorité des pays dits « industrialisés » se sont centrées sur le soutien à la production agricole dans l'objectif de fournir aux consommateurs des denrées en quantité suffisante, de maintenir des prix raisonnables sur le marché et d'assurer aux producteurs agricoles un revenu équitable et stable (Collins 1999). Ces outils se sont d'ailleurs avérés efficaces en permettant une augmentation soutenue de la productivité des fermes et supportant l'abondance de denrées agricoles que l'on retrouve sur les marchés d'aujourd'hui (Lobstein 2002). Dans la majorité des écrits sur le sujet, l'industrie agroalimentaire est souvent montrée du doigt pour avoir contribué à la « surconsommation alimentaire », à l'apparition de la « malbouffe », à la surutilisation des « logos » santé, à des pratiques de marketing abusives ciblant les enfants, à la valorisation de diètes riches en calories et faibles en nutriments ou même, à une inadéquation des politiques agroalimentaires et des politiques de santé.

L'objectif général poursuivi par le présent avis est de documenter l'influence des politiques agroalimentaires à caractère économique sur l'alimentation et le poids de la population. Plus précisément, la littérature sera analysée afin d'apporter un éclairage aux questions suivantes :

  1. Quel est l'impact des politiques agroalimentaires à caractère économique sur le prix, la disponibilité et la qualité nutritionnelle des aliments?
  2. Quels instruments économiques peuvent influencer l'alimentation ou le poids de la population?
  3. Quelles sont les pistes d'interventions les plus appropriées pour le Québec?

La question de l'impact des politiques agroalimentaires sur l'alimentation ou le poids de la population est souvent traitée de manière indirecte dans la littérature scientifique. La mise en place d'une politique agroalimentaire n'est généralement pas considérée comme un facteur pouvant influencer directement les habitudes de vie, mais bien comme une variable pouvant agir sur trois facteurs déterminants (prix, disponibilité et qualité nutritionnelle) des habitudes alimentaires. Le peu de données scientifiques disponibles ne permet pas non plus d'apprécier l'impact global des politiques agroalimentaires sur l'alimentation et le poids. Les effets de ces politiques publiques sur la santé sont difficilement quantifiables et l'arbitrage entre les bénéfices, les conséquences et le coût des interventions demeure très complexe. Néanmoins, il est clair que certaines politiques agroalimentaires à caractère économique ont eu un impact, anticipé ou non, sur l'alimentation de la population par leur influence sur le prix, la disponibilité ou la qualité nutritionnelle des aliments.

L'état actuel des connaissances scientifiques permet de dégager certaines orientations qui auraient avantage à être adaptées au contexte québécois :

  • Accroître la présence de marchés publics offrant des fruits et légumes pourrait avoir un effet positif sur la disponibilité de ces produits en saison, notamment dans les zones défavorisées en milieu urbain et rural.
  • Initier le développement d'une politique de la transformation cohérente avec les objectifs de santé publique pourrait avoir un impact positif sur la qualité nutritionnelle des produits alimentaires, permettant ultimement aux entreprises québécoises de se démarquer de la concurrence.
  • Développer un programme scolaire, basé sur une stratégie d'approvisionnement local, offrant des fruits ou des légumes et du lait aux élèves des écoles primaires et secondaires québécoises.

Bien entendu, il n'existe pas une seule mesure qui soit suffisante pour stabiliser la croissance de l'excès de poids dans la population québécoise. Comme plusieurs travaux le mentionnent (Beydoun et collab., 2008; Drewnowski and Darmon, 2005; Schimdhuber, 2004), c'est la combinaison de plusieurs interventions sanitaires, politiques, réglementaires et économiques qui offre la meilleure chance de succès pour améliorer les habitudes alimentaires et ultimement, l'état de santé de la population. L'apport des politiques agroalimentaires à cette problématique est alors tributaire de la complémentarité de ces outils avec les autres stratégies mises en place pour soutenir la promotion de saines habitudes de vie et la prévention de l'obésité.

Note(s): 

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-63135-4

ISBN (imprimé): 

978-2-550-63134-7

ISSN (électronique): 

1919-174X

ISSN (imprimé): 

1919-1731

Notice Santécom: