Plan d'action pour la promotion de la vaccination au Québec

En avril 2008, un comité scientifique regroupant des professionnels et médecins rattachés à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) soumettait une proposition pour l'élaboration et l'implantation d'un plan de promotion de la vaccination à la Table de concertation nationale en maladies infectieuses (TCNMI). La proposition a été acceptée par la TCNMI et un soutien financier a été accordé à l'INSPQ par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) pour l'élaboration de ce plan. Un comité consultatif, formé d'une dizaine d'experts québécois impliqués et intéressés par la promotion de la vaccination, a été créé pour soutenir les travaux du comité scientifique. Le Plan québécois de promotion de la vaccination a été publié en février 2010. Le présent plan d'action en constitue la suite logique.

But et objectifs

Le but de la démarche de promotion de la vaccination est de favoriser la mise en place des conditions permettant de s'assurer que les Québécois et Québécoises aient accès aux vaccins recommandés et qu'ils soient vaccinés aux moments opportuns, afin de bien les protéger contre les maladies évitables par la vaccination. En ce sens, les objectifs visés par le présent plan d'action sont :

  • D'établir un partenariat entre les paliers provincial, régional et local afin de structurer les efforts de promotion de la vaccination autour d'objectifs communs;
  • De créer un consensus sur un minimum d'actions et d'interventions pour promouvoir la vaccination à implanter idéalement dans toutes les régions;
  • De soutenir et suivre l'implantation des actions et interventions mises en place (évaluation).

Actions et interventions prioritaires

Dans le Plan québécois de promotion de la vaccination, neuf stratégies démontrées efficacesa pour : (1) augmenter la demande vaccinale par la population, (2) améliorer l'accessibilité aux services de vaccination et (3) bonifier l'offre vaccinale par les vaccinateurs avaient été retenues. De la centaine d'actions et interventions concrètes qui découlaient de ces stratégies, 12 ont été identifiées comme prioritaires par le comité consultatifb. La pertinence, la faisabilité, l'acceptabilité et l'utilisation de ces 12 actions et interventions ont été évaluées lors d'une consultation auprès de professionnels des directions de santé publique (DSP) et de gestionnaires et vaccinateurs en centres de santé et de services sociaux (CSSS)c. Cette consultation a permis d'identifier cinq actions et interventions prioritaires qui sont au coeur de ce plan d'action, soit :

  1. Rappeld de la vaccination prévue à 2 mois à tous les parents de nouveau-nés et prise du rendez-vous pour la vaccination prévue à 2 mois des parents qui souhaitent faire vacciner leur enfant en CSSS;
  2. Relancee des enfants non vaccinés à 2 mois après le rendez-vous manqué en CSSS;
  3. Ajout de plages horaires (incluant en début de soirée ou le samedi) en CSSS pour répondre aux demandes dans un délai optimal, afin de respecter le calendrier vaccinal;
  4. Rappel aux parents des élèves de 4e année du primaire n'ayant pas signé le formulaire de consentement. Relance pour les élèves de 4e année du primaire ayant un formulaire de consentement signé et qui n'ont pas reçu ou complété la vaccination;
  5. Rendre disponible, à court terme, une formation en ligne sur le Protocole d'immunisation du Québec (PIQ) et ses mises à jour.

La première partie de ce document résume donc la démarche, présente les acteurs clés et leurs rôles et rappelle les actions et interventions retenues comme prioritaires pour la première phase d'implantation. Dans la deuxième partie de ce document, d'autres interventions et actions découlant des neuf stratégies prioritaires, mais qui n'ont pas été retenues pour la première phase d'implantation, sont répertoriées. Ces interventions et actions sont présentées suivant l'organisation des services de vaccination et les clientèles ciblées par le Programme québécois de vaccination.

Évaluation

L'évaluation fait également partie du plan d'action. Un processus interactif d'évaluation menée en collaboration avec les partenaires sera donc mis de l'avant, afin de faire ressortir, au fur et à mesure de l'implantation, le point de vue des acteurs sur les orientations et le déroulement de l'implantation, et de faire les ajustements nécessaires au besoin. Rappelons que l'on vise à mobiliser les partenaires pour l'implantation des actions prioritaires, tout en étant sensible aux particularités locales et en adoptant l'approche la plus rigoureuse possible pour l'évaluation. Nous proposons une évaluation basée sur une approche descriptive. Nous voulons principalement répondre à la question suivante : est-ce que l'implantation des actions mises en priorité a été faite (évaluation opérationnelle)? La troisième partie de ce document présente les moyens qui seront mis en oeuvre, afin de soutenir et suivre l'implantation des actions/interventions mises en priorité de même que les indicateurs choisis.

Implantation

Les quatre premières actions prioritaires relèvent principalement de l'organisation locale des services. L'implantation de ces actions reposera donc sur l'engagement et la collaboration des partenaires des paliers régional et local. Des outils, dont l'objectif est d'informer et de mobiliser ces partenaires, seront créés par le comité scientifique, afin de soutenir l'implantation. En ce sens, un plan de diffusion a été élaboré et il fait l'objet de la quatrième section de ce document. Rappelons que, lors de la consultation, ce sont les actions de promotion de la vaccination qui touchaient les enfants âgés entre 0 et 5 ans qui étaient perçues comme les plus prioritaires. De plus, dans la plupart des organisations, ces actions pourraient être mises en place en réorganisant le travail et les ressources existantes, et aucune barrière majeure en ce qui a trait à leur acceptabilité et à leur faisabilité n'a été identifiée. Par ailleurs, à la suite de la consultation, il semble que les interventions de rappel et de relance en quatrième année du primaire soient déjà en place dans la grande majorité des CSSS. Il s'agira donc de s'assurer que les milieux poursuivent leurs efforts en ce sens. Enfin, un groupe de travail composé de médecins et professionnels de l'INSPQ, du MSSS et des DSP a été formé en lien avec la cinquième priorité. Des travaux se sont amorcés, afin de rendre disponible une formation en ligne dans un horizon d'environ deux ans.

Conclusion

Les cinq actions/interventions retenues comme prioritaires, l'approche envisagée pour leur implantation de même que les stratégies d'évaluation ont été approuvées par la TCNMI lors de la rencontre du 3 décembre 2010.

La mise en oeuvre de ce plan d'action implique des changements organisationnels; l'atteinte des objectifs reposera donc sur l'engagement et la collaboration de plusieurs acteurs des différents paliers local, régional et provincial. Afin de consolider l'organisation des services de vaccination au Québec, les cinq actions/interventions mises en priorité devront d'abord être implantées. Par la suite, une campagne d'information sociétale soutenue dans le temps devrait être réalisée, en tenant compte des initiatives nationales et des opportunités ou évènements qui se présenteront. Une stratégie de communication à long terme devra être développée. Cette stratégie s'appuiera sur l'évaluation de campagnes précédentes, sur une analyse de contenu de l'information sur la vaccination véhiculée dans les différents médias et sur les résultats des études psychosociales portant sur les attitudes et croyances de différents groupes de la population. Lors du bilan de ce plan d'action et de la préparation de la deuxième phase d'implantation, prévus au début de l'année 2013, des pistes d'action et un plan de travail en ce sens pourront être proposés.


aL'annexe 1 présente une courte définition, les objectifs principaux visés par ces stratégies de même que, lorsque pertinent, leur niveau d'implantation, leurs modalités de réalisation ainsi que les groupes visés.

bL'annexe 2 présente la grille utilisée par le comité consultatif pour identifier les actions et interventions prioritaires.

cL'annexe 3 présente un bilan des résultats de la consultation et les outils utilisés alors que l'annexe 4 détaille les commentaires recueillis.

dLe rappel est l'utilisation d'un moyen dans les semaines ou les jours qui précèdent la date de vaccination prévue pour rappeler au parent de faire vacciner son enfant.

eLa relance est l'utilisation d'un moyen après un rendez-vous de vaccination manqué pour signaler au parent l'importance de faire vacciner son enfant.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-61781-5

ISBN (imprimé): 

978-2-550-61780-8

Notice Santécom: