Effets du bruit en milieu de travail durant la grossesse : synthèse systématique avec méta-analyse et méta-régression

Objectifs
Synthétiser l'information scientifique disponible concernant les effets de l'exposition au bruit en milieu de travail durant la grossesse. Les effets sur la grossesse étudiés sont : l'avortement spontané (AS), la mortinaissance (MN), les anomalies congénitales (AC), l'accouchement avant terme (AAT), le faible poids à la naissance (FPN), l'insuffisance de poids pour l'âge gestationnel (IPAG), la pré-éclampsie (PE) et l'hypertension gestationnelle (HTG). L'effet du bruit en milieu de travail durant la grossesse sur l'audition de l'enfant y est aussi abordé.

Méthode
D'abord, deux recherches bibliographiques, une sur Medline et l'autre sur Embase, ont été effectuées pour identifier les études épidémiologiques originales qui ont évalué les effets du bruit en milieu de travail sur la grossesse. Les études publiées en français ou en anglais entre 1970 et août 2008, ont été retenues. Les bibliographies des articles et les dossiers personnels de l'auteure ont permis de compléter la liste des articles à consulter. Il n'y a pas eu de recherche systématique de matériel non publié. La présente revue porte sur 27 articles. Ensuite, une autre recherche sur Medline a permis d'identifier trois études ayant voulu estimer l'effet du bruit en milieu de travail durant la grossesse sur l'audition de l'enfant.

Chaque étude a subi une évaluation systématique des aspects suivants : - devis de l'étude et effectif, - validité externe, - population étudiée (mode de sélection, taux de participation), - effet sur la grossesse ou sur l'audition de l'enfant (définition et mesure) - exposition au bruit (définition, groupe de comparaison, méthode de mesure), et - contrôle de la confusion (facteurs personnels et autres expositions professionnelles). En plus d'un score de validité, ces aspects ont permis d'établir un niveau (faible, modéré ou élevé) pour les risques de biais de sélection, de biais d'information au niveau de l'exposition et de biais de confusion lié aux facteurs personnels ou aux autres expositions professionnelles.

Pour chaque effet (sur la grossesse ou sur l'audition de l'enfant), s'il était possible de combiner les résultats, une méta-analyse a été réalisée afin d'obtenir une mesure d'association synthèse (MAS), d'évaluer la présence d'hétérogénéité et d'effectuer des analyses de sensibilité (parfois des analyses par sous-groupes) utiles lors de l'évaluation de la validité et des sources d'hétérogénéité. Pour certaines dyades, lorsque le nombre d'études était suffisant, une méta-régression a été réalisée. Cette méthode complète la méta-analyse et permet d'obtenir une MAS ajustée simultanément pour les différents risques de biais. La recherche d'un biais de publication était effectuée par l'examen d'un graphique en entonnoir.

L'ampleur de l'effet correspondant à chaque dyade est estimée à partir de la MAS de la méta-analyse ou de la MAS ajustée par méta-régression, lorsque disponible. Enfin, la force de l'évidence est classée dans l'un des sept niveaux décrits plus loin, suite à l'évaluation des critères suivants : plausibilité biologique, précision statistique, validité et cohérence.

Résultats
Les résultats sont présentés au tableau sommaire, on peut y voir l'ampleur de l'effet, les critères utilisés et la classification de la force de l'évidence pour chaque dyade évaluée.

Pour les huit effets sur la grossesse, la plausibilité biologique est jugée bonne en présence d'un niveau sonore d'au moins 85 dBA ou d'un niveau sonore moindre si la tâche exige une grande concentration ou un effort mental important, sinon la plausibilité biologique est jugée moyenne. En présence d'une exposition qui correspond à une plausibilité biologique moyenne, la force de l'évidence sera modifiée pour l'AS et l'IPAG. Elle passera de III à IV pour l'AS et de II à III pour l'IPAG.

Conclusion
En présence d'exposition au bruit en milieu de travail, une évidence suffisante d‘augmentation du risque d'IPAG de 27 % a été constatée. Il existe une suspicion d'augmentation du risque pour quatre effets sur la grossesse : l'AS (6 %), l'AAT (13 %), la PE (12 %) et l'HTG (42 %). Enfin, les données ne permettent pas de conclure au sujet des risques de MN, d'AC, de FPN et de perte auditive chez l'enfant.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-57913-7

ISBN (imprimé): 

978-2-550-57912-0

Notice Santécom: