Articles de août 2018

Le niveau de végétation des milieux résidentiels et l’accessibilité aux parcs sont des facteurs pouvant réduire l’impact des changements climatiques sur la santé des populations, principalement lors des épisodes de chaleur. La variation dans le niveau de végétation des milieux urbains et l’accessibilité aux parcs sont peu documentées au Québec et les informations disponibles pour soutenir la prise de décision sont limitées. Ce manque de connaissances limite la capacité d’action de décideurs des domaines de la santé et de l’aménagement du territoire.

Au-delà de la lutte contre les îlots de chaleur, le projet Espaces verts urbains et santé mentale, vaste étude à laquelle l'INSPQ collabore, aidera à quantifier les effets bénéfiques des espaces verts sur la santé mentale et à identifier les éléments qui facilitent leur utilisation par des populations vulnérables.

Il s'agit d'un vaste projet couvrant tout le Québec ayant pour objectif de recueillir les témoignages de 8000 répondants.

Toutes les personnes de 18 ans et plus qui résident dans une municipalité de plus de 10 000 habitants au Québec sont invitées à participer à cette étude.

Le projet fournira, pour la première fois, une cartographie détaillée des niveaux de végétation et des parcs pour l’ensemble des milieux urbains au Québec et des indicateurs d’accessibilité aux parcs. Ces informations pourront servir à l'aménagement d’espaces verts répondant mieux aux besoins, notamment ceux de différents groupes vulnérables de la population.

Pour participer : https://espacesverts.uqam.ca

Informations détaillées sur l’étude : https://www.ouranos.ca/publication-scientifique/FichePhilibert_Houle2016_fr.pdf

Catégories: 

Le Comité d’éthique de santé publique (CESP) cherche une personne pour y siéger à titre de représentant de la population. Le rôle de ce membre sera d’apporter un point de vue citoyen dans l’examen de dimensions éthiques touchant des enjeux de santé publique.

Le CESP, formé par l’INSPQ, joue un rôle-conseil auprès des instances en santé publique qui y font appel au regard de projets, programmes ou actions en santé publique. Son analyse met en relief les valeurs en présence dans le contexte des activités ou des projets examinés, aborde les conflits ou tensions possibles entre différentes valeurs et soutient la prise de décision, notamment en proposant des pistes d’action. Son processus d’examen éthique se réalise à travers la délibération des membres.

Le CESP compte huit membres, dont trois issus de la population. Ces derniers ne doivent avoir aucun lien professionnel avec le réseau de la santé et des services sociaux. Les membres du Comité doivent être en mesure d’exprimer leur point de vue et de partager leurs arguments. Ces membres possèdent les qualités requises pour la délibération, notamment l’ouverture d’esprit, la capacité à réviser ses points de vue à la lumière de nouveaux arguments et le respect des personnes.

Le CESP se réunit au plus une journée par mois, pour un total de 10 rencontres par an. Les membres de la population reçoivent un dédommagement monétaire pour leur participation aux rencontres. Pour un aperçu du mandat du Comité, de son fonctionnement et de ses travaux, veuillez consulter le site Web du CESP

Si vous souhaitez devenir membre du Comité d’éthique de santé publique, veuillez faire parvenir votre curriculum vitae et un court texte signifiant votre intérêt à michel.desy@inspq.qc.ca, d’ici le 7 septembre 9 septembre 2018.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter M. Michel Désy au 514 864-1600 poste 3320.

Catégories: