Mise à jour de l'Institut national de santé publique concernant la thérapie pédiculicide au 1er mars 2008

La pédiculose est un problème commun chez les enfants de 3 à 12 ans. Le nombre d’infestations semble augmenter ainsi que les rapports sur le terrain de l’émergence d’une résistance aux pédiculicides conventionnels1. Par ailleurs, depuis la publication du protocole d’intervention sur la pédiculose du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (juillet 2000) et de sa mise à jour (TCNMI, août 2002) des nouveaux pédiculicides ont été introduits et d’autres ont cessé d’être distribués. Devant ce contexte, l’Institut national de santé publique (INSPQ) a reçu la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux et de la Table de concertation nationale en maladies infectieuses de faire une révision de la thérapie contre les poux de tête. Le présent document fait état de cette révision.

Les données de réduction d’efficacité dont fait part la documentation scientifique concernant les pédiculicides traditionnels sont préoccupantes. Il est probable que les nombreux rapports d’échecs aux traitements pédiculicides reflètent l’émergence d’une résistance au Québec. Malheureusement, aucune donnée exacte n’est disponible pour estimer ce problème. Il reste aussi vrai que les échec au traitement peuvent être causés par des facteurs autres qu’une résistance aux pédiculicides.

Cette situation entraîne l’ajout d’un nouvel agent (myristate d’isopropyl) de mécanisme d’action différent, dont le profil d’innocuité est, selon les quelques études réalisées, sécuritaire ou équivalent à ceux déjà présents dans le protocole d’intervention sur la pédiculose. Cependant la documentation concernant le myristate d’isopropyl étant encore limitée, son emploi est suggéré comme mesure exceptionnelle après échec aux traitements conventionnels. Il serait donc justifié lors de résistance aux pédiculicides traditionnels, après la perméthrine et les pyréthrines naturelles qui demeurent les premiers choix thérapeutiques.

L’INSPQ recommande que le premier choix de traitement de la pédiculose chez la femme enceinte soit la perméthrine 1 %. Les pyréthrines synergisées deviennent un deuxième choix de traitement dans cette condition.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-53135-7

Notice Santécom: