Le déploiement des programmes de type Naître égaux – Grandir en santé au Québec

Dans le cadre du bilan d'implantation des Priorités nationales de santé publique : 1997-2002, la Table de coordination nationale en santé publique s'est penchée sur les actions prioritaires à conduire en matière de développement et d'adaptation sociale des enfants et des jeunes, plus particulièrement sur les programmes de type Naître égaux – Grandir en santé (NÉ–GS). Rappelons que ce programme intégré pré et postnatal vise à réduire les inégalités sociales et de santé ainsi qu'à améliorer la santé et la qualité de vie des nouveau-nés et de leurs parents. Il comporte plusieurs cibles, de l'individu à l'environnement global, et fait appel à trois stratégies d'intervention : le renforcement du potentiel individuel, le renforcement du milieu et l'influence (action médiatique ou politique). Enfin, il vise l'ensemble des déterminants de la santé des familles en situation d'extrême pauvreté (les conditions et les habitudes de vie, le réseau de soutien, l'accessibilité des services, etc.).

L'Institut national de santé publique du Québec a obtenu le mandat de répondre aux attentes de la Table de coordination nationale en santé publique concernant l'état des connaissances sur les bénéfices connus et potentiels de NÉ–GS de même que sur les enjeux liés à l'implantation au Québec de ce programme. Les attentes de la Table concernant le financement de NÉ–GS ont été confiées aux autorités du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Cet avis vise à fournir des informations à la Table de coordination nationale en santé publique concernant le programme NÉ–GS de manière à soutenir la prise de décision au regard du déploiement, au Québec, de ce programme.

Quatre grands constats émergent de l'état actuel des connaissances.

  • Aucun programme d'intervention précoce auprès des familles ayant de jeunes enfants ne peut à lui seul prévenir et compenser les effets dévastateurs immédiats et intergénérationnels de la pauvreté sur la santé et le développement des enfants.
  • Les programmes pré et postnatals évalués rigoureusement obtiennent des résultats d'une envergure modeste et limités à certaines sous-populations. Malgré cela, les recommandations de la communauté scientifique vont toutes dans le sens :
    • de maintenir en place les programmes pré et postnatals;
    • d'augmenter leur efficacité en misant sur des éléments de programme dont la pertinence fait déjà consensus (ex. : les suppléments alimentaires durant la grossesse);
    • de poursuivre la recherche afin de comprendre plus finement les problèmes de santé et de bien-être des familles ayant de jeunes enfants.
  • Les résultats, présentement disponibles, des études associées au programme NÉ–GS s'inscrivent en continuité avec les constats précédents : il rejoint la population en situation d'extrême pauvreté et les effets observés sont modestes. De plus, il réussit à mobiliser les principaux acteurs, sauf les médecins.
  • Le passage d'un « programme OLO » à un programme « de type NÉ–GS » est un choix fondamental qui implique une volonté explicite de rejoindre les plus démunis des démunis et de mettre en œuvre un programme intégré pré et postnatal. L'implantation de ce programme exerce une pression importante sur les ressources professionnelles et communautaires, en exigeant des changements de pratiques tant qualitatifs que quantitatifs.

En dépit des limites des programmes pré et postnatals, il existe un solide consensus tant québécois qu'international à l'effet qu'il n'y a pas de meilleur moment pour intervenir énergiquement qu'au cours de la grossesse et des premières années de vie de l'enfant. De là se dégagent trois orientations :

  • intervenir sur les causes structurelles de la pauvreté, à l'origine des inégalités sociales et de santé;
  • poursuivre le déploiement des programmes de type NÉ–GS au Québec, à la lumière des bénéfices connus et potentiels de cette intervention de périnatalité et de réduction des inégalités;
  • adapter la stratégie de recherche et de transfert des connaissances en tenant compte de la réalité des régions du Québec pour maximiser l'efficacité du programme NÉ–GS et en soutenir le déploiement.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (imprimé): 

2-550-35514-8

Notice Santécom: