Effets des principes d’égale énergie et d’égale nocivité sur les résultats de mesure de l’exposition des travailleurs au bruit

Résumé

La méthode utilisée pour mesurer l’exposition au bruit a une influence majeure pour identifier l’ensemble des travailleurs à risque de pertes auditives permanentes causées par le bruit et pour mettre en place les moyens visant la prévention de la surdité professionnelle.

Cet avis revoit les écrits scientifiques et pratiques relatifs à l’utilisation de deux méthodes pour la mesure de l’exposition quotidienne des travailleurs au bruit à partir des publications parues entre 1970 et 2016, dont plusieurs publications permettent de couvrir les années 1950.

La première méthode de mesure de l’exposition est reconnue internationalement depuis plusieurs décennies. Elle fait appel au principe « d’égale énergie » (doublement de l’énergie sonore à chaque 3 décibels, Q = 3 dB) et elle est déjà utilisée par le Réseau de santé publique en santé au travail (RSPSAT). L’autre méthode est celle actuellement en vigueur dans la réglementation québécoise jusqu’au 16 juin 2023 et réfère au principe « d’égale nocivité » (doublement à chaque 5 décibels, Q = 5 dB).

Un autre facteur associé au mesurage concerne le niveau de bruit le plus faible traité et analysé par les instruments et qui sera intégré dans le résultat affiché (seuil d’intégration). Certaines législations ne tiennent comptent du bruit que lorsqu’il dépasse un certain niveau seuil établi, par exemple à 70, 80 ou 85 dBA. Pour d’autres, un tel seuil n’est pas appliqué, et il correspond alors à la limite inférieure de la gamme de mesure sélectionnée sur l’instrument de mesure. Selon la revue effectuée, le Québec était l’une des rares nations et la seule province canadienne qui n’avait pas adopté le principe d’égale énergie et qui fixait un seuil d’intégration (85 dBA) pour la mesure de l’exposition au bruit.

Après l’analyse de l’influence de ces méthodes et du seuil d’intégration sur les résultats de la mesure de l’exposition quotidienne ainsi que de leurs limites, l’avis retient que le principe d’égale énergie est celui qui identifie le mieux les travailleurs présentant un risque de pertes auditives permanentes causées par le bruit. De plus, lorsqu’aucun seuil d’intégration n’est appliqué, tous les bruits qui contribuent à l’exposition des travailleurs sont alors inclus dans la mesure. En somme, le mesurage selon le principe d’égale énergie fournit aux milieux de travail des données plus représentatives pour mieux identifier et éliminer ou contrôler les risques pour l’audition.

Ainsi, à compter du 16 juin 2023, le règlement québécois sur le bruit appliquera le principe d’égale énergie pour la mesure de l’exposition des travailleurs au bruit sans aucun seuil d’intégration, se conformant aux normes préconisées dans le domaine. Le Québec rejoindra les autres législations canadiennes et internationales quant au mesurage de l’exposition de travailleurs au bruit dans l’environnement de travail.

Effets des principes d’égale énergie et d’égale nocivité sur les résultats de mesure de l’exposition des travailleurs au bruit

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-91354-2

Notice Santécom: