L'intelligence artificielle comme outil de santé publique pour prévenir les impacts des chaleurs extrêmes

Date: Jeudi 11 avril 2024 11:00 - 12:00

Les événements météorologiques extrêmes, dont les chaleurs extrêmes, ont des impacts importants sur la santé physique, mentale et financière des populations. Ces effets seront exacerbés par les changements climatiques qui augmentent leur fréquence, leur intensité et leur durée. Traditionnellement, la modélisation des impacts de la chaleur extrême reposait sur des approches épidémiologiques et/ou statistiques. Or, ces dernières années ont vu l'émergence croissante de techniques basées sur l'intelligence artificielle (IA) à cette fin.

Dans cette présentation, les résultats d’un projet de recherche mené à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) en collaboration avec l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) seront présentés. Ce projet visait à revisiter les impacts de la chaleur extrême sur la santé grâce à différentes techniques d’IA. La présentation abordera aussi les concepts clés liés à l’IA. Finalement, une discussion avec un utilisateur de connaissances générées par l’IA explorera comment la santé publique peut s’approprier ces techniques afin de mieux comprendre les impacts passés de la chaleur et prédire ses impacts futurs.

Objectifs d’apprentissage

  • Connaître les différents concepts clés de l’intelligence artificielle (exemple : apprentissage automatique, apprentissage profond, réseaux de neurones, etc.);
  • Savoir comment ces techniques peuvent être utilisées en vigie et surveillance en santé publique, avec l’exemple concret des chaleurs extrêmes;
  • Comprendre les avantages et les désavantages de l’intelligence artificielle à cette fin par rapport aux autres approches couramment utilisées en santé publique.

Conférenciers

Jérémie Boudreault est candidat au doctorat sur mesure en science des données et santé environnementale à l’INRS, en collaboration avec l’INSPQ. Il est détenteur d’un baccalauréat en sciences actuarielles de l’Université Laval et d’une maîtrise en hydrologie statistique de l’INRS. Ses intérêts de recherches portent sur la modélisation des impacts des changements climatiques, tels que les chaleurs extrêmes et les inondations, sur les personnes et les écosystèmes en utilisant des méthodes de la science des données. Avant de commencer son doctorat, Jérémie a travaillé pendant plusieurs années comme chercheur scientifique en modélisation des risques climatiques dans une compagnie d’assurance canadienne.

Félix Lamothe est conseiller scientifique à l’INSPQ. Ses mandats consistent au développement et à l'analyse d'indicateurs de surveillance en santé environnementale. Ses travaux incluent notamment la surveillance des impacts sanitaires des vagues de chaleur extrême. Il est titulaire d'un baccalauréat en sciences biomédicales, d'une maîtrise en santé environnementale et santé au travail de l’Université de Montréal, en plus d'un diplôme de 2e cycle en stratégie de l'intelligence d'affaire de l’Université de Sherbrooke. Il a œuvré à titre d'agent de planification, de programmation et de recherche à la Direction régionale de santé publique de Montréal, notamment dans l'intervention et l'analyse des impacts sanitaires de l'importante vague de chaleur de juillet 2018.

Pour s’inscrire

Cliquez ici