Dépistage

  • 15 décembre 2015

    Dans le cadre de la mise à jour du Guide québécois de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (GQDITSS), le Service de lutte contre les ITSS du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a mandaté l’Institut national de santé publique du Québec afin de réviser la littérature et formuler des recommandations concernant les analyses de laboratoire à effectuer dans un contexte de dépistage de l’infection par le virus de l’hépatite C (VHC).

    • Les présentes recommandations s’appliquent dans un contexte de dépistage des ITSS. Il est sous-entendu que les personnes chez qui ces analyses seront prescrites ont une indication de dépistage de l’infection par le VHC, tel que défini dans le GQDITSS du MSSS. Le présent avis n’aborde pas les analyses à...
  • 15 décembre 2015

    La direction générale de santé publique (DGSP) du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a confié à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et à l’unité analyse des politiques de dépistage et de lutte contre les maladies chroniques plusieurs mandats en lien avec le dépistage des maladies chroniques applicables à la population du Québec.

    Tels que définis, ces mandats portent sur les maladies chroniques et incluent les dépistages des cancers et les dépistages anténatal et néonatal. Les mandats correspondent à :

    1. l’élaboration d’un processus standardisé d’analyse de pertinence et de faisabilité de tout nouveau programme de dépistage ou à l’ajout de toute nouvelle maladie chronique à un programme de dépistage existant;
    2. l’...
  • 10 novembre 2015
    • Le taux de référence observé au Québec ne cesse d'augmenter depuis les dernières années du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS).
    • La numérisation des appareils de mammographies des centres de dépistage ainsi que l'annonce de l'enquête menée par le Collège des médecins sont deux facteurs associés à une augmentation du taux de référence dans le PQDCS.
    • L'envoi de résultats personnalisés aux radiologistes semble être associé à une légère diminution dans le taux de référence.
  • 14 septembre 2015

    Le dépistage est un des moyens les plus efficaces d’atténuer le fléau que représente le cancer colorectal. Au Canada, ce cancer représente un fardeau particulièrement lourd puisqu’il arrive au deuxième rang des causes de décès liés au cancer. Plusieurs interventions peuvent être utilisées pour dépister le cancer colorectal et détecter le cancer à un stade précoce et plus facile à traiter, ce qui permet de réduire le taux de mortalité. Certaines interventions de dépistage permettent de détecter et de retirer les lésions avant que celles-ci ne deviennent cancéreuses, ce qui contribue à réduire le taux d’incidence de ce cancer. La sigmoïdoscopie flexible est l’une de ces interventions. C’est une intervention endoscopique qui permet une visualisation directe du rectum et de la partie...

  • 9 avril 2015

    Dans le cadre du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a la responsabilité de certifier les équipements de mammographie. C'est le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) qui réalise les travaux requis à cette fin. La certification est un élément normatif, soit le résultat positif de la rencontre des diverses exigences du contrôle de qualité des installations de mammographie au Québec.

    La mammographie est réputée conduire à une détection précoce d'anomalies de la glande mammaire avec une sensibilité supérieure à la palpation. Pour ce faire, les images mammographiques doivent être de grande qualité. Le propos du présent rapport est exclusif au contrôle de la qualité des installations radiologiques...

  • 25 septembre 2014

    Les Services cliniques de dépistage (SCD) de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) assurent le dépistage des pneumoconioses auprès des travailleurs du Québec depuis le début des années 1980. Le dépistage se fait par la radiographie pulmonaire argentique (RA), en suivant les directives du Bureau international du travail (BIT). Les radiographies sont interprétées par des médecins dont la compétence est identique à celle des lecteurs B du National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) et l'interprétation se fait en comparant l'image du patient avec les images radiographiques standardisées du BIT. Les SCD passeront sous peu de la technologie argentique à la technologie numérique. C'est pourquoi l'INSPQ a jugé utile de décrire les changements que pourrait...

  • 25 septembre 2014

    Les Services cliniques de dépistage (SCD) de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) assurent le dépistage des pneumoconioses auprès des travailleurs du Québec depuis le début des années 1980. Le dépistage se fait par la radiographie pulmonaire argentique (RA), en suivant les directives du Bureau international du travail (BIT). Les radiographies sont interprétées par des médecins dont la compétence est identique à celle des lecteurs B du National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) (Centers for Disease Control and Prevention, 2013) et l'interprétation se fait en comparant l'image du patient avec les images radiographiques standardisées du BIT. Les SCD passeront sous peu de la technologie argentique à la technologie numérique. C'est pourquoi l'INSPQ a...

  • 14 août 2014

    Depuis 2006-2007, les centres de dépistage du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) passent graduellement, comme partout dans le monde, d'appareils de mammographie Film (F) à une technologie ayant des détecteurs de type numérique, soit le type CR (pour « computed radiography ») ou le type DR (pour « direct radiography »). Une particularité cependant au Québec est que, dans les premières années de conversions à la technologie numérique, une grande majorité des centres ont opté pour la technologie CR.

    Les résultats d'une récente étude ontarienne montre que la conversion à la technologie numérique, et particulièrement de type CR, aurait nui à la performance d'un programme de dépistage du cancer du sein.

    Nos analyses des données du...

  • 14 juillet 2014

    Le modèle de services décentralisé avec porte d’entrée unique s’est avéré viable pour l’ensemble de la période couverte par le Projet-pilote (2 ans) dans la mesure où les six nouveaux sites de services sont demeurés en activité et ont respecté les modalités d’offre de services en vigueur.

    D’un point de vue organisationnel, l’offre de tests de porteur semble constituer une initiative réussie d’intégration de services génétique dans l’offre de services de première ligne. L’adhésion au Projet-pilote est élevée tant chez les infirmières que chez les professionnels de la santé concernés. Le mode d’organisation varie quelque peu d’un site à l’autre, mais les différences portent davantage sur la forme que le contenu et ne semblent pas affecter la nature et la qualité des services...

  • 18 mars 2014

    Dans le cadre du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) s'est vu confier la responsabilité de procéder à l'étude des demandes de certification des unités de mammographie et de procéder à l'émission des documents confirmant leur certification ou annulation.

    Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) rédige chaque année un rapport d'activités en lien avec ce mandat. Le présent document fournit un état de situation et des statistiques pour la période du 1er avril 2012 au 31 mars 2013.

    La certification dont le LSPQ est responsable est un élément fédérateur du contrôle de qualité des installations de mammographie au Québec. En effet, le PQDCS a été créé pour réduire de façon...

Pages

Souscrire à Dépistage