Maladie de Lyme

  • 1 octobre 2010

    Le but de cette étude de terrain était d'améliorer notre connaissance de la répartition de la tique vectrice de zoonoses I. scapularis et des sites endémiques pour la maladie de Lyme et l'anaplasmose au Québec. Les objectifs principaux étaient les suivants :

    • déterminer l'étendue de la zone d'établissement de la tique I. scapularis dans le sud-ouest du Québec;
    • documenter la présence de B. burgdorferi et A. phagocytophilum dans les tiques et les souris du genre Peromyscus;
    • faire une étude pilote sur la validation des cartes de risque en comparant la prévalence des populations de tiques entre les secteurs à risque élevé et modéré de maladie de Lyme dans le sud-ouest du Québec;
    • fournir le matériel...
  • 1 octobre 2010

    Ce document présente les résultats du deuxième volet d'une étude épidémiologique sur les zoonoses transmises par les tiques, plus particulièrement la maladie de Lyme. Cette étude, débutée en 2007, s'est déroulée dans le sud-ouest du Québec. Elle est le fruit d'une collaboration entre l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC), l'Université de Sherbrooke et l'Université de Montréal. Le but était d'améliorer notre connaissance de la répartition de la tique vectrice Ixodes scapularis et des sites endémiques pour la maladie de Lyme (Borrelia burgdorferi) et l'anaplasmose (Anaplasma phagocytophilum) dans le sud-ouest du Québec.

    Pour ce deuxième volet de l'étude, les objectifs principaux étaient...

  • 16 août 2010

    La maladie de Lyme est la maladie transmise par les arthropodes la plus commune dans l’hémisphère nord. Le vecteur est une tique, Ixodes scapularis, et l’agent causal, une bactérie, Borrelia burgdorferi. Au Canada, un premier site où une population d’I. scapularis s’est établie a été identifié à Long Point en Ontario en 1991. Depuis 1997, une dizaine d’autres sites ont été ajoutés à la liste.

    Dans le but éventuel de développer un système d’alerte quant au risque de maladie de Lyme, l’objectif de cette étude est d’évaluer la validité (sensibilité et spécificité) de quatre méthodes de surveillance.

    Au Québec, le Laboratoire de santé publique du Québec de l’Institut national de santé publique du Québec gère un programme de surveillance passive du vecteur depuis 1990. En...

  • 12 janvier 2010

    Ce court document portant sur la prévention de la transmission de la maladie de Lyme précise la nature de cette maladie, sa prévalence, son mode de transmission et les précautions à prendre pour l'éviter.

  • 10 février 2009

    Ixodes scapularis est un vecteur important de maladies telles que l’anaplasmose (Anaplasma phagocytophilum) et la maladie de Lyme (Borrelia burgdorferi). Cette tique se retrouve dans des forêts d’arbres feuillus et son cycle naturel implique plusieurs espèces réservoirs (ex. : souris du genre Peromyscus, cerfs de Virginie).

    La maladie de Lyme est une maladie à déclaration obligatoire au Québec. Elle se présente généralement en 3 stades distincts, plus ou moins juxtaposés ou entrecoupés de périodes de latence. Le signe le plus précoce est une rougeur à l’endroit de la piqûre, aussi appelée érythème migrateur, accompagnée de fièvre, de fatigue et de douleurs musculaires. Des symptômes plus tardifs peuvent se manifester comme des lésions cutanées étendues ainsi que des problèmes...

Pages

Souscrire à Maladie de Lyme