Chaleur extrême

  • 10 septembre 2013

    Les objectifs de ce bilan sont d'estimer l'impact sanitaire des vagues de chaleur extrême de la saison estivale 2012 et de décrire les actions préventives réalisées par les directions de santé publique (DSP) à la suite d'avertissements de chaleur accablante et de chaleur extrême. Les actions préventives des DSP ont été documentées à partir d'un sondage réalisé chez les responsables du dossier chaleur dans les DSP. Par ailleurs, l'estimation des impacts sanitaires est basée sur les températures observées. Pour estimer les impacts sanitaires, on compare les taux bruts de décès, d'hospitalisations, d'admissions à l'urgence et de transports ambulanciers pendant les vagues de chaleur extrême de 2012 à ceux des périodes de comparaison à l'aide des intervalles de confiance à 95 %. L'analyse...

  • 20 novembre 2012

    Le Plan d'action 2006-2012 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec intitulé Le Québec et les changements climatiques, un défi pour l'avenir, met à contribution plusieurs ministères et organismes québécois. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) est responsable du volet santé de l'Action 21 visant l'instauration des mécanismes qui serviront à prévenir et à atténuer les impacts des changements climatiques sur la santé. Ce dernier a confié à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), en novembre 2007, le mandat de gestion du volet santé de l'Action 21, y compris la coordination de l'ensemble des projets répartis dans six champs d'action, le soutien professionnel au MSSS et les relations avec les partenaires. Réalisé conjointement...

  • 31 juillet 2012

    L'objectif de ce bilan est d'estimer l'impact sanitaire des vagues de chaleur extrême de la saison estivale 2011. L'étude compare les taux bruts de décès, d'hospitalisations, d'admissions à l'urgence, de transports ambulanciers, d'appels au service Info-Santé pour Chaleur accablante et pour Maladies liées à la chaleur pendant les vagues de chaleur extrême de 2011 à ceux des périodes de comparaison (2008, 2009 et 2010) à l'aide des intervalles de confiance à 95 %.

    Comparativement au bilan 2010, celui-ci présente plusieurs modifications méthodologiques à la suite de consultations avec les directions de santé publique (DSP), notamment en ce qui concerne la définition des vagues de chaleur, des périodes d'impact sanitaire, des périodes de référence et le regroupement...

  • 13 juin 2012

    Depuis plusieurs années, les chaleurs extrêmes ou canicules sont de plus en plus étudiées par les professionnels de la santé afin d’analyser leur impact sur la population et la santé publique. Ces canicules font l’objet de recherches scientifiques rigoureuses donnant lieu à plusieurs publications. Plus récemment, la canicule de 2003 en Europe a causé la mort de 14 802 personnes en France, 7 000 en Allemagne, 4 200 en Espagne, 4 000 en Italie, 2 045 en Grande-Bretagne, 1 400 aux Pays-Bas, 1 300 au Portugal et 150 en Belgique. Ce bilan très lourd a soulevé de nombreuses questions quant à la prévention et au manque de préparation du système de santé en ce qui a trait aux chaleurs extrêmes. En théorie, l’augmentation du risque de troubles de la santé liés à la chaleur, allant d’un simple...

  • 29 juin 2011

    L'objectif principal du bilan saisonnier de la surveillance des impacts sanitaires des vagues de chaleur est d'évaluer la relation entre les indicateurs retenus dans le Système de surveillance et de prévention des impacts sanitaires des événements météorologiques extrêmes (SSUPREME) et les avertissements de chaleur accablante et extrême émis. L'étude vise également à comparer la fréquence hebdomadaire des indicateurs retenus dans le SSUPREME par région sociosanitaire (RSS) à celle des fréquences hebdomadaires des années précédentes.

    Les données utilisées sont principalement extraites du SSUPREME. De plus, les données de mortalité quotidienne qui proviennent de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) sont utilisées afin de mesurer les impacts des vagues de chaleur sur la...

  • 10 février 2011

    Depuis plusieurs années, les chaleurs extrêmes, ou canicules, sont de plus en plus étudiées par les professionnels de la santé afin d’analyser leur impact sur la population et la santé publique. Ces canicules font l’objet de recherches scientifiques rigoureuses donnant lieu à plusieurs publications. Plus récemment, la canicule de 2003 en Europe a causé la mort de 14 802 personnes en France, 7 000 en Allemagne, 4 200 en Espagne, 4 000 en Italie, 2 045 en Grande-Bretagne, 1 400 aux Pays-Bas, 1 300 au Portugal et 150 en Belgique. Ce bilan très lourd a soulevé de nombreuses questions quant à la prévention et au manque de préparation du système de santé en ce qui a trait aux chaleurs extrêmes. En théorie, l’augmentation du risque de troubles de la santé liés à la chaleur, allant d’un simple...

  • 7 septembre 2010

    À la suite de plusieurs événements de canicule récents dans le monde, notamment celui de l'été 2003 en France, plusieurs pays se sont intéressés à l'établissement de systèmes d'alerte afin de prévenir les mortalités reliées à ces événements. Ce type de systèmes se base sur des indicateurs météorologiques à partir desquels des seuils doivent être déterminés. Ces seuils sont généralement établis pour la température, et leurs valeurs correspondent aux températures entraînant une surmortalité importante. Au Québec, ces systèmes sont basés sur une étude réalisée en 2005 par la Direction de la santé publique de Montréal (DSPM) et portant sur la région de l'île de Montréal, alors que le Québec présente différents climats. Plusieurs régions sociosanitaires manifestaient de l'intérêt à examiner...

  • 30 avril 2010

    Les données scientifiques s’accumulent : le climat change, principalement en raison de l’activité humaine, et cette situation met directement en péril la santé des individus. De fait, le réchauffement progressif de la planète et les événements météorologiques extrêmes qui en découlent s’attaquent aux fondements de la santé publique, puisqu’ils peuvent avoir des répercussions sur des éléments aussi cruciaux pour la santé que l’air, l’eau, les denrées alimentaires, le logement ou l’absence de maladie. En outre, les changements climatiques s’arriment de plus en plus à l’expérience quotidienne de monsieur et madame Tout-le-monde, si bien qu’au Québec 24 % des 5 088 personnes interrogées lors d’un sondage téléphonique en 2005 disaient déjà que les événements météorologiques extrêmes...

  • 26 juin 2008

    Cette étude, réalisée dans le cadre de l'évaluation nationale Santé et changements climatiques : Évaluation des vulnérabilités et de la capacité d'adaptation au Canada qui a été coordonnée par Santé Canada, a été financée par le ministère de la Santé et des Services sociaux, Santé Canada et le consortium Ouranos.

    Elle visait à contribuer à la mise en place d'adaptations aux conditions climatiques à venir, comme le prévoit le plan d'action québécois sur les changements climatiques 2006-2012, et à apporter quelques éléments de réponse, notamment à des questions relatives à l'adaptation aux vagues de chaleur.

  • 22 février 2007

    Nous présentons dans ce rapport des modèles statistiques qui quantifient la relation entre la mortalité toute cause et le climat pour quelques villes et régions du Québec méridional. Les données sanitaires et météorologiques de la période 1981-1999 sont utilisées pour établir ces résultats.

    Ces modèles sont jumelés aux projections climatiques à long terme (en 2020, 2050, et 2080) établies par le consortium Ouranos afin d'estimer les variations de la mortalité future (dues aux changements climatiques) pour certaines villes (> 100 000 habitants) et régions sociosanitaires du Québec. On suppose pour établir ces scénarios que l'effet du climat sur la mortalité reste constant dans le futur (pas d'adaptation au niveau de la population). Deux hypothèses d'évolution des émissions de...

Pages

Souscrire à Chaleur extrême