Mesures d’adaptation à la chaleur, confort thermique et qualité de l’air intérieur dans l’habitation

  • Les vagues de chaleur, responsables d’un grand nombre de décès et autres effets à la santé, requièrent l’adoption par la population de mesures d’adaptation dans leur habitation.
  • Diverses mesures visent à assurer le confort thermique des occupants lorsqu’il fait chaud et humide. Certaines mesures sont associées à l’habitation, telles que l’aération naturelle, la ventilation mécanique et la climatisation. D’autres mesures s’adressent à l’individu comme l’hydratation, la prise de douche, l’accès à des endroits frais que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du bâtiment.
  • L’adoption de ces diverses mesures d’adaptation par la population varie selon des facteurs physiques, dont l’âge et l’état de santé, des facteurs psychologiques, sociaux, communautaires et environnementaux. Ces facteurs influencent  la vulnérabilité à la chaleur.
  • Très efficace pour contrer les effets sanitaires liés à la chaleur, la climatisation peut aussi limiter l’entrée de polluants de l’air extérieur si l’appareil est bien entretenu et utilisé de manière optimale ce qui permet d’éviter les contaminations de nature microbiologique. En contrepartie, la climatisation pourrait avoir des impacts sur la thermorégulation des individus, sur l’environnement immédiat comme contributeur aux îlots de chaleur et à l’échelle mondiale comme producteur de gaz à effets de serre.
  • L’aération naturelle en soirée et non pendant le jour, permet d’abaisser la température à l’intérieur. Toutefois, considérant l’étanchéité accrue de l’enveloppe des bâtiments pour améliorer l’efficacité énergétique et le confort thermique, l’apport d’air par infiltration dans les habitations diminue si les fenêtres sont fermées. Une telle situation entraîne la nécessité de compenser par la ventilation mécanique pour ne pas nuire à la qualité de l'air intérieur.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-76057-3

Notice Santécom: