Accouchement vaginal après  une césarienne

Les femmes qui ont déjà eu une césarienne peuvent envisager de donner naissance par voie vaginale lors d’un accouchement suivant. Chez les femmes qui se préparent à un accouchement vaginal après une césarienne (AVAC), environ trois sur quatre ont un accouchement vaginal réussi.

Avantages et risques de l’AVAC

Les avantages de l’accouchement vaginal sont nombreux : l’absence de risque de complications liées à une chirurgie; un contact immédiat et soutenu avec le bébé dès sa naissance; une mobilité accrue et un temps de récupération moins long.

L’accouchement vaginal après une césarienne comporte cependant un très faible risque de rupture utérine, c’est-à-dire la séparation de l’incision utérine faite lors de la césarienne précédente. Dans ce cas, il faut faire une césarienne d’urgence. La rupture utérine est rare, mais elle peut avoir des conséquences graves pour la mère et le bébé.

La césarienne planifiée comporte elle aussi des risques de complications (voir Césarienne).

Décision concernant l’AVAC

Si vous avez eu une césarienne lors de votre dernier accouchement, vous vous demandez peut-être comment vous allez mettre votre bébé au monde cette fois-ci : par voie vaginale ou par césarienne?

Pour prendre cette décision, votre médecin ou votre sage-femme évaluera votre situation et vous renseignera sur les facteurs qui peuvent augmenter ou réduire vos chances de réussir votre accouchement par voie vaginale. Lors de ces discussions, n’hésitez pas à communiquer vos préférences et vos besoins devant les options possibles pour vous.

Dans certaines circonstances, l’accouchement vaginal est contre-indiqué et ne vous sera pas recommandé.

Sachez aussi que les plans peuvent parfois changer en cours de route. Par exemple, il se peut que la décision d’accoucher par voie vaginale soit réévaluée en cours de grossesse et que le professionnel de la santé vous recommande finalement une césarienne. Il se peut aussi que le travail débute avant la date prévue de la césarienne planifiée et que votre médecin et vous arriviez à la conclusion qu’il est possible que vous accouchiez par voie vaginale.

Préparation à un AVAC

La préparation à un AVAC est la même que pour tout accouchement vaginal. Vous pouvez, par exemple, suivre des cours de préparation à l’accouchement ou vous familiariser avec des méthodes de soulagement de la douleur.

La présence d’une personne importante pour vous ou d’une accompagnante (qu’on appelle aussi « doula ») à vos côtés pendant le travail et la naissance du bébé peut vous aider. Les recherches démontrent que ce soutien facilite le déroulement de l’accouchement et diminue la possibilité d’avoir une césarienne. Rappelez-vous aussi qu’il est possible d’avoir une péridurale durant le travail.