Vaccination

Information essentielle, à retenirEn faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves.

Photo : Jean-Marc Hébert

La vaccination est une des mesures les plus efficaces pour protéger la santé des enfants. Elle permet de prévenir plusieurs maladies graves.

Le système immunitaire du corps humain produit de façon naturelle des anticorps. Ceux-ci luttent contre les milliers de microbes contenus dans l’air, dans les aliments, dans l’eau ou sur les objets. Les vaccins stimulent le système immunitaire. Ils aident l’enfant à fabriquer ses anticorps contre la maladie sans qu’il subisse les effets négatifs de la maladie elle-même.

Tous les enfants devraient recevoir les vaccins recommandés, même les enfants en bonne santé et qui ont une bonne alimentation. L’enfant allaité a besoin d’être vacciné lui aussi, même si l’allaitement maternel protège contre plusieurs infections.

En plus d’être efficaces, les vaccins sont très sécuritaires. Si vous avez des questions ou des inquiétudes concernant la vaccination, vous pouvez en parler avec un professionnel de la santé ou consulter le site Web suivant : sante.gouv.qc.ca/dossiers/vaccination.

Où et quand faire vacciner votre enfant?

Information essentielle, à retenirIl est recommandé de commencer la vaccination dès l’âge de 2 mois pour tous les enfants, y compris les prématurés. Ceci assure la meilleure protection au moment où l’enfant en a le plus besoin et évite que les retards s’accumulent dans le calendrier de vaccination.

Dans tous les CLSC, vous pouvez faire vacciner votre enfant gratuitement. Dans certains bureaux de médecin, il peut y avoir des frais pour la vaccination. Votre enfant peut continuer à voir son médecin au bureau mais être vacciné au CLSC sans frais, si vous le désirez.

Il est recommandé de commencer la vaccination dès l’âge de 2 mois pour suivre le calendrier régulier. L’enfant prématuré, lui aussi, doit recevoir son premier vaccin dès l’âge de 2 mois (2 mois après sa naissance).

Comme il est important de respecter le calendrier de vaccination, il est suggéré de prendre rendez-vous le plus tôt possible afin d’éviter les retards. L’enfant doit recevoir plusieurs doses de certains vaccins : il pourra ainsi fabriquer des anticorps en quantité suffisante pour combattre la maladie. Vous offrez à votre enfant la meilleure protection en le faisant vacciner dès qu’il a atteint l’âge recommandé au calendrier de vaccination.

Si plusieurs injections sont nécessaires lors d’une même visite, il est recommandé de toutes les donner afin de protéger plus rapidement votre enfant contre les infections. Cette méthode n’augmentera pas la fréquence et la gravité des effets indésirables. De plus, elle permettra de diminuer le nombre de visites à la clinique ou au CLSC.

Réactions possibles aux vaccins

Les vaccins sont très sécuritaires. La plupart du temps, ils ne causent aucune réaction indésirable. Quelquefois, ils peuvent entraîner des réactions sans gravité et passagères, comme une fièvre légère, de la rougeur et de l’inconfort à l’endroit du corps où a été faite l’injection. Pour diminuer la rougeur et l’inconfort, appliquez une compresse d’eau froide. Une petite bosse peut apparaître : elle est sans danger et disparaîtra en quelques semaines.

Les vaccins actuels sont très bien tolérés. Il n’est pas recommandé de donner une dose d’acétaminophène ou d’ibuprofène avant l’injection.

Si votre enfant semble se sentir mal ou fait de la fièvre après avoir reçu un vaccin, l’acétaminophène peut le soulager. L’ibuprofène peut aussi être utilisé s’il a plus de 6 mois (voir Médicaments contre la fièvre). Si votre enfant pleure de façon anormale ou qu’il vous inquiète, suivez les conseils que vous avez reçus lors de la vaccination. Au besoin, consultez un professionnel de la santé ou Info-Santé. Dans le cas du vaccin RRO (rougeole, rubéole, oreillons), la fièvre peut apparaître de 5 à 12 jours après la vaccination.

Les réactions allergiques graves sont très rares. Si une telle réaction devait survenir, elle débuterait dans les minutes qui suivent la vaccination. C’est pourquoi il est recommandé de rester sur place au moins 15 minutes après que l’enfant ait reçu le vaccin. S’il a une réaction, le médecin ou l’infirmière pourra la traiter tout de suite.

Calendrier régulier de vaccination chez les enfants jusqu’à 6 ans

Âge de l’enfant Vaccin recommandé

2 mois

vaccin DCaT-HB-VPI-Hib
vaccin pneumocoque
vaccin rotavirus

4 mois

vaccin DCaT-HB-VPI-Hib
vaccin pneumocoque
vaccin rotavirus*

6 mois

vaccin DCaT-VPI-Hib
vaccin contre la grippe (influenza)**

12 mois

vaccin RRO
vaccin méningocoque C
vaccin pneumocoque

18 mois

vaccin DCaT-HB-VPI-Hib
vaccin RRO-Var

4-6 ans

vaccin dcaT-VPI
vaccin varicelle

* Selon le produit commercial utilisé, une 3e dose peut être requise à 6 mois.
** À partir de 6 mois à l’automne et l’hiver. Ce vaccin doit être administré chaque automne jusqu’à l’âge de 2 ans. Il pourrait également être recommandé après l’âge de 2 ans dans certaines situations.

Protection offerte par les vaccins

Nom du vaccin Maladies visées par le vaccin

vaccin DCaT-HB-VPI-Hib
ou
vaccin DCaT-VPI-Hib
ou
vaccin dcaT-VPI

  • diphtérie (D ou d)
  • coqueluche (Ca ou ca)
  • tétanos (T)
  • poliomyélite (VPI)
  • infections graves à Hæmophilus influenzæ de type b (Hib)
  • hépatite B (HB)

vaccin pneumocoque

  • infections graves à pneumocoque (méningite, bactériémie, pneumonie)

vaccin rotavirus

  • gastroentérite à rotavirus

vaccin RRO-Var
ou
vaccin RRO
ou
vaccin varicelle

  • rougeole (R)
  • rubéole (R)
  • oreillons (O)
  • varicelle (Var)

vaccin méningocoque C

  • infections graves au méningocoque C (méningite, méningococcémie)

vaccin contre la grippe (influenza)

  • grippe (influenza)

Contre-indications

Peu de raisons empêchent un enfant de recevoir un vaccin. Un rhume, une otite, un nez qui coule ou la prise d’antibiotiques ne sont pas des raisons pour retarder la vaccination.

Si votre enfant est malade au point d’être fiévreux, irritable ou de pleurer anormalement, emmenez-le quand même à son rendez-vous, et discutez-en avec le professionnel de la santé.

Information essentielle, à retenirApportez le carnet de vaccination à chaque visite de santé, que ce soit pour une vaccination ou non. Certains parents aiment l’avoir toujours à portée de la main, par exemple dans le sac à couches.

Carnet de vaccination

Ce document important permet de suivre la vaccination de votre enfant. Il faut l’apporter lorsque celui-ci reçoit un vaccin. La dose et la date y sont inscrites par le professionnel qui le vaccine. Il est aussi utile d’avoir le carnet en main au cours des visites de santé. On peut y noter les mesures de croissance (poids, taille) et d’autres renseignements liés à la vaccination et à la santé de votre enfant. Conservez le carnet de vaccination avec soin : il sera utile à votre enfant toute sa vie.