Composition du lait humain

La composition du lait change tout au long de l’allaitement, pour s’adapter aux besoins de votre bébé et selon son âge.

Le lait maternel est composé de protéines, de sucres et de tous les types de gras dont votre bébé a besoin. Il contient, entre autres, des acides gras oméga-3 qui contribuent au développement de son cerveau et de sa vision. À l’exception de la vitamine D (voir La vitamine D : une vitamine à part!), il fournit à votre bébé la dose exacte de vitamines et de minéraux nécessaires à son développement. De plus, il contient des enzymes qui facilitent sa digestion.

Le lait maternel contient des anticorps qui aident votre bébé à lutter contre les infections et à développer son système immunitaire. Il renferme des bonnes bactéries qui le protégeraient tout au long de sa vie.

À ce jour, on a identifié plus de 200 composantes dans le lait humain. Certains facteurs influencent la composition du lait maternel et son goût.

Ce qui influence la composition du lait

Alimentation de la mère

Information essentielle, à retenirSi vous êtes végétalienne (c’est-à-dire que vous ne mangez aucun produit d’origine animale, ni viande, ni poisson, ni œufs, ni produits laitiers) et que vous allaitez, vous devriez prendre un supplément de vitamine B12.

Boire beaucoup de liquide n’augmente pas la quantité de lait que vous produisez. Pendant la période d’allaitement, vous aurez naturellement plus soif qu’à l’habitude. Écoutez votre soif – vous n’avez pas besoin de vous forcer à boire beaucoup. Toutefois, si vous voyez que votre urine est foncée ou brouillée, c’est que vous ne buvez pas assez.

Aucun aliment n’augmente la production de lait maternel. Mangez de façon régulière et en quantité suffisante. Vous pouvez aussi prendre des collations, selon votre appétit.

Certains mets modifient légèrement le goût du lait que vous produisez, mais votre nourrisson s’y adaptera. Certaines études suggèrent qu’une alimentation variée chez la mère pendant l’allaitement aide les bébés à développer leurs goûts alimentaires.

La majorité des mères qui allaitent peuvent manger ce qu’elles veulent, incluant les aliments qui étaient à risque pendant la grossesse (sushi, charcuteries et fromage).

Si vous avez l’impression que votre bébé réagit à un aliment que vous mangez, lisez Allergies chez le bébé allaité.

Consommez des aliments riches en protéines, en fer, en calcium et en vitamine D. Vous pouvez consulter une nutritionniste.

Poisson

Le poisson a sa place au menu. Toutefois, certaines espèces absorbent des polluants qui passent ensuite dans le lait maternel et peuvent nuire au bébé. Pour profiter des bénéfices associés à la consommation de poisson tout en diminuant les risques d’exposition aux contaminants comme le mercure, voir Poisson et fruits de mer.

Café, thé, chocolat, boissons et tisanes

La caféine passe dans le lait maternel. Si vous en consommez beaucoup, cela peut rendre votre bébé nerveux et irritable jusqu’à ce qu’il l’ait éliminée de son système. On trouve la caféine dans le café, le thé, les boissons énergisantes, certaines boissons gazeuses et dans le chocolat.

Il est déconseillé de prendre des boissons énergisantes pendant l’allaitement parce qu’elles contiennent aussi d’autres substances qui pourraient être dangereuses pour votre bébé.

Les autres produits (café, thé, etc.) peuvent être consommés avec modération, soit environ deux tasses de boisson avec caféine par jour.

Les produits décaféinés, les boissons à base de céréales ou les tisanes peuvent être de bons substituts.

Alcool

Information essentielle, à retenirChaque consommation ou verre d’alcool prend de 2 à 3 heures à être éliminé du sang ou du lait.

L’alcool bu par une mère qui allaite passe autant dans son lait que dans son sang. Chaque consommation demande de 2 à 3 heures pour être éliminée du sang et du lait. Le temps requis pour éliminer l’alcool varie selon le poids de la femme. Quand il n’y a plus d’alcool dans le sang, il n’en reste plus dans le lait du sein pour la prochaine tétée.

Le bébé allaité ne reçoit qu’une très petite partie de l’alcool bu par sa mère. Toutefois, un bébé l’élimine plus lentement qu’un adulte et son organisme est plus sensible aux effets de l’alcool.

Évitez de consommer une grande quantité d’alcool pendant l’allaitement, car cela peut nuire à la production de lait et diminuer la quantité de lait bu par le bébé. Cela peut aussi avoir des effets nuisibles sur le développement moteur et les habitudes de sommeil du nourrisson.

Les mères qui allaitent leur bébé peuvent consommer un verre d’alcool de temps en temps. Les avantages de l’allaitement maternel sont plus grands que les risques d’une consommation d’alcool légère et occasionnelle (par exemple, deux consommations par semaine ou moins). Il n’a pas été démontré qu’une telle consommation nuisait au bébé allaité.

Une mère qui prend un verre d’alcool peut choisir de diminuer la quantité d’alcool transmis à son enfant :

  • vous pouvez allaiter votre bébé juste avant de prendre un verre;
  • ou attendre de 2 à 3 heures par consommation avant de donner le sein. Ensuite, à la prochaine tétée, vous pourrez lui donner le sein comme à l’habitude.

Si vous prenez plus d’une consommation : vous pouvez utiliser du lait maternel exprimé à l’avance (congelé ou réfrigéré) pour nourrir votre bébé dans la période où il y a de l’alcool dans votre lait. Vous devrez peut-être exprimer du lait pour soulager l’engorgement des seins. Ce lait devra être jeté, car il contient plus d’alcool.

Pour connaître le temps qu’il faut pour éliminer l’alcool en fonction de votre poids, visitez le site www.meilleurdepart.org/resources/alcool/pdf/desk_reference_fre.pdf.

Si vous avez des questions au sujet de la consommation d’alcool pendant l’allaitement, vous pouvez en parler à un professionnel de la santé.

À savoir...

Au Canada, une consommation ou un verre d’alcool = 13,6 g (17 ml) d’alcool pur

Taille d'une consommation standard

1 verre de bière = 340 ml ou 12 oz (5% d'alcool). 1 verre de vin = 140 ml ou 5 oz (12% d'alcool). 1 verre de vin fortifié = 85 ml ou 3 oz (ex: Porto. 20% d'alcool). 1 shooter ou 1 verre de spiritueux = 45 ml ou 1,5 oz (40% d'alcool).

Illustrations : Maurice Gervais

Tabac

Comme durant la grossesse, le tabac est nocif pour vous et votre bébé pendant l’allaitement.

Le tabac peut nuire à la production du lait. De plus, la nicotine du tabac passe dans le lait maternel et peut entraîner des pleurs, de l’irritabilité et de l’insomnie chez l’enfant allaité. Essayez de ne pas fumer juste avant la tétée.

Consultez votre médecin si vous souhaitez utiliser des aides pharmacologiques, comme des timbres ou de la gomme de nicotine, pour cesser de fumer.

Toutefois, même si vous fumez, l’allaitement offre plusieurs bienfaits pour vous et votre enfant, dont celui d’aider à le protéger contre les infections respiratoires.

Cannabis et autres drogues

Il est recommandé de ne pas prendre de drogues et de ne pas s’exposer à leur fumée secondaire pendant l’allaitement.

On ne connaît pas l’effet sur le bébé de la consommation de la marijuana et des autres dérivés du cannabis par la mère qui allaite, mais il est préoccupant.

Les autres drogues comme l’amphétamine, la cocaïne, l’héroïne, le LSD et le PCP passent dans le lait maternel et sont dangereuses pour votre bébé.

Médicaments

La plupart des médicaments se retrouvent dans le lait, mais en très faible quantité. Certains médicaments sont un meilleur choix parce que l’on possède plus d’information sur leur utilisation pendant l’allaitement.

Plusieurs médicaments peuvent être utilisés pendant l’allaitement, comme l’acétaminophène, l’ibuprofène et la plupart des antibiotiques.

Les décongestionnants qui contiennent de la pseudoéphédrine peuvent diminuer la production de lait. Il est préférable de discuter avec un pharmacien qui pourra vous recommander un autre produit.

Consultez un professionnel de la santé avant de prendre un médicament ou un produit de santé naturel. Certains médicaments peuvent diminuer la production de lait ou causer d’autres problèmes.

Il est très rare de devoir arrêter l’allaitement à cause d’un traitement. Si un professionnel de la santé vous conseille d’arrêter l’allaitement pour prendre un médicament, voici ce que vous pouvez faire :

  • Lui dire que l’allaitement est important pour vous et votre bébé.
  • Lui demander s’il est possible qu’il prescrive un autre médicament qui peut être pris pendant l’allaitement.

Exposition à des contaminants

Au Québec, la présence de polluants environnementaux n’est généralement pas un problème pour l’allaitement.

Pendant l’allaitement, lorsqu’une femme respire ou touche à certains produits domestiques contenant des substances chimiques, ces substances peuvent être transmises en faible quantité au bébé par son lait. Cela pose un problème uniquement si l’exposition est régulière et prolongée, par exemple au travail.

Dans la vie courante, les produits et traitements suivants sont utilisés de façon occasionnelle et ne posent pas de problèmes :

  • Chez la coiffeuse : produits coiffants, coloration et permanente.
  • Chez le dentiste : anesthésie locale, obturation, traitement de canal.
  • À la maison : peinture ou vernis au latex, produits nettoyants pour la maison.

Si vous travaillez dans un endroit où vous êtes exposée à certains contaminants comme les solvants, les encres ou les teintures, qui peuvent être dangereux pendant que vous allaitez, vous pouvez bénéficier d’un changement de tâche ou d’un retrait préventif (voir Programme Pour une maternité sans danger). Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de votre médecin.


Anticorps : Substances fabriquées par le corps pour lutter contre les maladies. Aussi appelés immunoglobulines.

Exprimer : Extraire ou tirer le lait du sein de la mère.

Système immunitaire : Ensemble d’organes et de mécanismes qui permettent au corps de se défendre contre les infections.