Comment introduire les aliments?

Ordre d'introduction

Information essentielle, à retenirLa clé, c’est de servir en premier des aliments riches en fer, et de continuer avec des aliments nutritifs et variés.

L’ordre d’introduction des aliments varie selon les coutumes et la culture de chaque pays.

La clé, c’est de servir en premier des aliments riches en fer, et de continuer avec des aliments nutritifs et variés (voir Commencez par des aliments riches en fer).

Notez cependant que le lait de vache ne devrait pas être introduit avant l’âge de 9 à 12 mois.

Un mot sur les allergies alimentaires

Les aliments les plus susceptibles de causer des allergies sont les oeufs (voir Les oeufs), les arachides, les noix (voir Les beurres d'arachide et de noix), les poissons et les fruits de mer (voir Le poisson) et les aliments contenant de la protéine de lait de vache (voir Le lait et les produits laitiers).

Dans le passé, il était recommandé d’attendre que les bébés aient un certain âge avant de leur offrir les aliments plus susceptibles de causer des allergies. Nous savons maintenant que retarder l’introduction de ces aliments ne prévient pas les allergies, même chez les enfants qui sont plus à risque de développer une allergie alimentaire.

Un enfant court plus de risques de développer une allergie alimentaire si :

  • un membre de sa famille immédiate (mère, père, frère ou sœur) souffre d’un trouble allergique.
  • l’enfant souffre d’eczéma significatif (eczéma présent la majorité du temps).

Parlez-en à votre médecin.

Nouveaux aliments

On suggère souvent d’introduire seulement un nouvel aliment à la fois au menu de bébé et d’attendre environ deux ou trois jours avant d’en ajouter un nouveau. S’il survient une réaction d’inconfort ou d’allergie, il sera plus facile de déterminer quel est l’aliment en cause.

Une fois qu’il a goûté à un nouvel aliment, observez votre bébé. Pour connaître les signes de réaction allergique et les mesures à prendre, voir la section Comment reconnaître les allergies.

Lorsque vous introduisez de nouveaux aliments, continuez à offrir régulièrement à votre bébé les aliments qu’il connaît déjà.

N’insistez pas s’il refuse un aliment pendant quelques jours. Vous pourrez tenter de le réintroduire plus tard. Il faut parfois présenter un aliment à plusieurs reprises (jusqu’à 10 fois, ou même plus) avant qu’un bébé l’accepte. C’est ainsi que le bébé apprend à aimer certaines saveurs.

Il est préférable de ne pas donner d’aliments contenant du sel ou du sucre ajouté à votre bébé avant l’âge d’au moins 1 an. Ainsi, il développera son goût pour les aliments tels qu’ils sont, au naturel.

Quantité et fréquence

Information essentielle, à retenirQuand votre bébé commence à manger des aliments, la fréquence des boires peut rester la même. La quantité de lait qu’il boit ne diminuera probablement pas beaucoup.

 

Information qui donne du réconfort, de la confiance Il est possible qu’au moment où il commence à manger par lui-même, votre bébé mange moins. N’insistez pas. Le moment du repas sera plus agréable pour toute la famille et il apprendra à connaître son appétit. Faites-lui confiance : il sait lui-même quand il n’a plus faim.

 

Information essentielle, à retenirVotre bébé peut commencer graduellement à manger des aliments mous écrasés à la fourchette ou des aliments présentés en petits morceaux.

Photo : Pascale Turcotte

Votre bébé a un petit estomac. Il a donc besoin de manger de petites portions, plusieurs fois par jour.

Son appétit est le meilleur guide : vous pouvez vous y fier pour connaître la quantité de nourriture dont il a besoin. Cette quantité dépend de sa consommation de lait et varie en fonction de son rythme de croissance.

Quand votre bébé commencera à manger des aliments, il continuera probablement à boire à peu près autant de lait. Vers 8 ou 9 mois, il commencera à en boire moins, graduellement.

Au début, votre bébé doit s’ajuster : il mangera probablement quelques petites cuillérées, une fois ou plus au cours de la journée. Peu à peu, la quantité de nourriture et le nombre de repas et de collations augmenteront.

Par exemple, vous pourrez commencer par lui offrir deux ou trois repas par jour. Selon la quantité d’aliments qu’il mangera, vous pourrez ajouter des collations entre les repas.

Vers l’âge de 1 an, votre enfant pourra adopter un horaire plus régulier pour les repas (déjeuner, dîner, souper) et les collations (entre les repas et le soir, au besoin).

Appétit

Tout comme celui d’un adulte, l’appétit d’un bébé peut varier d’un jour à l’autre. Il est normal qu’un bébé mange parfois moins. Il peut aussi ne pas aimer certains aliments ou certaines textures.

En observant votre bébé, vous apprendrez à connaître son appétit. S’il s’intéresse à la nourriture que vous lui offrez, c’est qu’il a encore faim, et vous pouvez continuer à le nourrir sans hésitation. Par contre, s’il ferme la bouche, boude, repousse la cuillère, tourne la tête, pleure ou joue avec sa nourriture, il vous montre qu’il a assez mangé.

Texture

Quand il commence à manger des aliments, vous pouvez donner à votre bébé de la nourriture en purée lisse.

Certains bébés acceptent dès le début les purées plus épaisses, moins lisses, passées rapidement au mélangeur ou écrasées à la fourchette. Cet apprentissage peut être plus difficile pour d’autres bébés. Modifiez alors graduellement la texture d’un repas à l’autre.

D’autres bébés accepteront rapidement des aliments finement hachés ou en petits morceaux. Vous n’avez pas besoin d’attendre que votre bébé ait des dents pour lui en proposer; ses gencives lui permettent déjà de mâcher. D’ailleurs, les bébés adorent mâchouiller.

L’objectif est de progresser, de sorte que, vers l’âge de  an, votre bébé puisse manger des aliments présentés dans des textures variées. Cependant, faites attention aux aliments qui comportent des risques d’étouffement (voir Les risques d’étouffement – à surveiller jusqu’à 4 ans).

Haut-le-cœur

Lorsque votre bébé commence à manger, il est possible qu’un peu de nourriture se rende au fond de sa gorge sans être avalée. Cela peut provoquer un haut-le-cœur, comme s’il allait vomir.

Votre bébé toussote et recrache alors l’aliment proposé. Ne vous inquiétez pas, c’est un réflexe normal (réflexe nauséeux) qui le protège des étouffements.

Cependant, si cette réaction survient chaque fois qu’il mange, pendant plusieurs jours, consultez un médecin.

Information essentielle, à retenirÀ environ 1 an, votre enfant devrait être capable de manger des aliments présentés dans des textures variées.

Photo : Nicolas Delaître

Information essentielle, à retenirVotre bébé a besoin de temps pour développer son goût et accepter les changements.

Photo : Marie-Ève Bolduc

Autonomie

Les bébés adorent porter les objets et la nourriture à leur bouche. Dès que possible, laissez votre bébé manger une partie de son repas avec ses doigts tout en le surveillant. C’est plus salissant et souvent plus long, mais combien plus amusant! Encouragez-le, car il est en train d’apprendre à se nourrir seul. Il devient plus autonome!

Premiers repas

L’expérience des premiers repas peut être aisée pour certains bébés et difficile pour d’autres. Pour lui faciliter la tâche, choisissez un moment où votre bébé est de bonne humeur.

Pour manger, votre bébé doit faire des mouvements très différents de ceux qu’il faisait pour téter. Cet apprentissage lui prendra un certain temps. C’est en faisant des essais pendant plusieurs semaines qu’il développera ses habiletés et ses goûts.

Votre bébé peut prendre son lait avant ou après les aliments. Vous pouvez aussi partager le boire en deux.

Refus de manger

Si votre bébé refuse de manger, il n’est peut-être pas prêt. En cas de doute, voir Comment savoir si votre bébé est prêt?

Vous croyez qu’il est prêt, mais il refuse de manger? Essayez de nouveau aux repas suivants, pendant un ou deux jours. Vous pouvez aussi lui offrir un autre aliment : peut-être qu’il n’aime pas l’aliment que vous lui avez servi.

Votre bébé a plus de 6 mois et refuse toujours de manger après plusieurs tentatives? Consultez un professionnel de la santé.


Trouble allergique : Problème lié à une allergie, par exemple : allergie alimentaire, asthme, eczéma, rhinite allergique.