Césarienne

La césarienne est une opération chirurgicale majeure qui est pratiquée dans les cas où le bébé ne peut pas sortir par voie vaginale. Elle est envisagée s’il y a des risques pour votre santé ou celle de votre bébé.

L’opération consiste à couper le ventre et l’utérus de la mère pour en sortir le bébé. La coupure est habituellement horizontale, au-dessus de la ligne des poils du pubis.

La césarienne se déroule généralement sous anesthésie péridurale ou par blocage rachidien. Le blocage rachidien ressemble à la péridurale, mais le médicament est injecté dans une région différente de la colonne vertébrale, par une aiguille seulement (sans cathéter) et en une seule dose. Il permet une anesthésie plus rapide. Dans les deux cas, ce n’est que le bas du corps qui est anesthésié, et la mère est consciente. L’anesthésie générale est pratiquée dans de rares cas.

La césarienne peut être planifiée à l’avance ou être décidée pendant le travail si des imprévus surviennent. Dans la majorité des cas, le conjoint ou une personne choisie par la mère peut être présent lors de la césarienne, qui se déroule à l’hôpital.

Raisons d’avoir recours à la césarienne

Au Québec, près d’une femme sur quatre accouche par césarienne. Plusieurs raisons peuvent entraîner le recours à la césarienne. Ces raisons peuvent être liées à la mère, au bébé ou au travail comme tel. Voici quelques exemples de situations.

Césarienne planifiée :

  • placenta placé directement sur le col (placenta prævia);
  • certains cas de présentations par le siège (ex. : bébé se présente les pieds en premier);
  • césarienne antérieure jumelée à des conditions obstétricales non favorables à un accouchement vaginal.

Césarienne non prévue :

  • le bébé est dans une position qui ne permet pas un accouchement sécuritaire;
  • l’état de santé du bébé est préoccupant;
  • le travail ne progresse pas suffisamment;
  • la mère présente des problèmes médicaux majeurs.

Conséquences possibles de la césarienne

La majorité des césariennes se déroulent bien, mais comme toute chirurgie, la césarienne peut avoir des conséquences.

À court terme, les effets de la césarienne sont les suivants :

  • douleurs abdominales et pelviennes qui peuvent nécessiter l’usage de médicaments;
  • hospitalisation plus longue, environ de 3 à 4 jours;
  • difficulté à uriner (utilisation d’une sonde);
  • besoin de la présence d’une personne dans la chambre d’hôpital pour donner un coup de main lors des 24 premières heures;
  • récupération plus longue que pour un accouchement vaginal.

Puisqu’il s’agit d’une intervention chirurgicale, la césarienne peut entraîner certaines complications : une admission aux soins intensifs, une infection, des saignements, une thrombophlébite, des blessures aux organes internes et une réadmission à l’hôpital après la naissance du bébé.

À plus long terme, la césarienne pourrait avoir des répercussions sur les grossesses futures, en augmentant la possibilité de troubles du placenta (placenta prævia). Le risque de rupture utérine est aussi possible, mais il est faible.

Peu de conséquences importantes pour le bébé sont associées à cette chirurgie. Certains bébés peuvent être blessés lors des manipulations effectuées durant la césarienne. De même, une détresse respiratoire légère est plus fréquente chez les bébés nés par césarienne. Un bébé né par césarienne est susceptible d’avoir une température corporelle plus basse. La pratique du contact peau à peau avec sa mère ou son père contribue à améliorer cette situation.

Se remettre d’une césarienne

À l’hôpital

Vous aurez la possibilité de commencer l’allaitement et de pratiquer le contact peau à peau avec votre bébé dès sa naissance ou, selon votre état, plus tardivement. Le début de l’allaitement peut parfois être plus difficile à la suite d’une césarienne, notamment à cause de la douleur ressentie et de la gêne dans les mouvements. Le soutien de votre entourage et des professionnels de la santé durant cette période vous aidera à surpasser ces difficultés.

À l’hôpital, on vous encouragera à marcher, à boire et à manger de façon progressive lorsque les effets de l’anesthésie seront partis et que vous vous sentirez mieux. Bouger après la césarienne aide à récupérer plus facilement. Vous aurez également des pertes sanguines vaginales (lochies) (voir Soins physiques de la mère). Pendant la période où vous aurez des lochies, utilisez des serviettes hygiéniques et non des tampons.

Vous serez incommodée par une douleur à l’endroit de l’incision et par un engourdissement de la peau dans cette même région. Leur présence et leur durée varient d’une femme à l’autre. Des médicaments pour soulager la douleur pourront vous être prescrits par votre médecin. L’incision guérira au cours des semaines suivant la naissance.

Habituellement, un bébé né par césarienne ne requiert pas de soins particuliers.

Avant votre départ de l’hôpital, un professionnel de la santé vous informera des soins à apporter à votre plaie et vous donnera des conseils adaptés à votre situation. Vous aurez aussi des conseils sur les soins à donner à votre bébé. N’hésitez pas à poser toutes vos questions.

De retour à la maison

Dans les 2 semaines après une césarienne, il est suggéré de vous reposer, mais de ne pas rester au lit. Durant cette période, vos activités devraient se limiter à vous occuper de votre bébé, à faire vos soins personnels et à bouger le plus possible pour favoriser une bonne récupération. La présence d’une personne qui peut vous donner un coup de main durant cette période sera utile.

Le bain et la baignade sont possibles lorsque les saignements et les pertes vaginales ne sont plus abondants. Quelques semaines sont nécessaires avant de pouvoir reprendre toutes vos activités, comme conduire un véhicule, soulever des poids lourds, pratiquer certaines activités physiques ou un sport ou avoir des relations sexuelles.

La récupération et l’énergie varient d’une femme à l’autre et d’un jour à l’autre. Elles dépendent de plusieurs facteurs, par exemple des demandes de votre bébé, de votre sommeil et de l’aide disponible. L’important est de vous écouter et de ne pas en faire trop.

Il est aussi possible que le recours à une césarienne puisse vous faire vivre différentes émotions, parfois contradictoires. Ainsi, certaines femmes pourraient être soulagées d’avoir un bébé en santé, mais se sentir déçues ou insatisfaites de leur accouchement. À l’inverse, d’autres femmes pourraient être contentes d’avoir mis un terme à un travail épuisant et inefficace.

Chaque expérience est unique, et ce que l’on ressent peu de temps après une césarienne ou un accouchement difficile peut aussi évoluer avec les années.

Quand consulter?

Après une césarienne, une fois à la maison, consultez rapidement un médecin si :

  • vous observez des signes indiquant la présence possible d’infection à la plaie (ex. : rougeurs, écoulements);
  • vous avez un des problèmes présentés dans la rubrique Soins physiques de la mère.

Thrombophlébite : Inflammation d’une veine associée à la formation d’un caillot.