Dépression

Après l’accouchement, il arrive que les nouvelles mères et les nouveaux pères vivent un épisode de dépression. La dépression est souvent exprimée de façon différente chez les femmes et chez les hommes.

Chez la femme

Après l’accouchement, jusqu’à 2 femmes sur 10 pourraient vivre un épisode de dépression.

Pendant une dépression, la femme est habituellement d’humeur triste ou ressent une perte d’intérêt et de plaisir généralisée dans ses activités quotidiennes. On peut observer également certains des signes suivants :

  • Une diminution ou une augmentation de l’appétit
  • Des troubles du sommeil (ex. : la femme dort trop, a de la difficulté à dormir ou en est incapable même si le bébé dort)
  • Une agitation ou un ralentissement psychomoteur (ex. : elle a un débit de parole plus lent)
  • De la fatigue ou une perte d’énergie
  • Une anxiété excessive et de l’irritabilité
  • Un sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive (ex. : elle a l’impression de ne pas être un parent adéquat ou de ne pas être capable de créer un lien affectif avec son bébé)
  • Une difficulté à se sentir attachée à son enfant, des sentiments d’ambivalence ou de désintérêt envers l’enfant
  • Une difficulté de concentration ou de l’indécision
  • Des pensées de mort, des idées suicidaires

Certains de ces signes peuvent être confondus avec des modifications normales qui surviennent après la naissance de l’enfant (ex. : fatigue reliée aux interruptions du sommeil pour les soins du bébé).

Contrairement au baby blues, qui est passager, les changements dans le comportement et l’humeur associés à la dépression sont présents presque tous les jours, pendant au moins deux semaines.

Chez l’homme

Jusqu’à un homme sur 10 pourrait vivre une dépression pendant la période qui suit l’accouchement.

Les hommes vivent les mêmes sentiments que les femmes pendant une dépression. Toutefois, ils pourraient exprimer leur détresse de façon différente.

Par exemple, ils pourraient être plus agressifs ou irritables, avoir des sautes d’humeur et ressentir des malaises physiques comme des maux de ventre ou de tête, ou encore avoir de la difficulté à respirer. Certains hommes pourraient aussi adopter des comportements hyperactifs (se réfugier dans le travail ou le sport et y consacrer un nombre très important d’heures) ou avoir une consommation excessive d’alcool ou de drogues.

Chercher du soutien

Des traitements existent pour traiter la dépression. Si vous observez ces changements chez vous ou chez votre partenaire, consultez un professionnel de la santé. Vous pouvez aussi vous adresser à votre CLSC ou à un psychologue, ou encore contacter Info-Social au 811.