Médicaments contre la douleur

Information essentielle, à retenir Vous pouvez discuter à l’avance des diverses façons de contrer la douleur avec la personne qui fait votre suivi de grossesse. Vous pouvez aussi poser vos questions à la personne qui s’occupe de vous à la salle d’accouchement.

Dans les centres hospitaliers, on peut soulager la douleur avec certains médicaments. Les méthodes qui peuvent vous être offertes sont la péridurale, les narcotiques, le protoxyde d’azote et le bloc des nerf honteux. Ces méthodes sont définies ci-après.

Informez-vous à l’avance pour savoir quelles méthodes sont offertes à votre lieu de naissance.

Chaque personne réagit différemment aux médicaments. N’hésitez pas à poser vos questions à la personne qui fait votre suivi de grossesse ou qui s’occupe de vous à la salle d’accouchement.

Péridurale

L’anesthésie péridurale (péridurale ou épidurale) est la méthode la plus efficace pour soulager la douleur de l’accouchement. Elle consiste à placer un tube souple (cathéter) entre deux vertèbres du bas du dos et à y injecter une solution contenant un anesthésique local. Cette solution permet d’engourdir les nerfs du ventre, et partiellement ceux des jambes.

La péridurale fait diminuer ou disparaître la douleur du travail, mais permet de continuer à avoir des contractions. Cependant, elle peut diminuer les contractions et vous empêcher de bouger comme avant, ralentissant ainsi la descente du bébé.

Si vous voulez avoir une péridurale, une évaluation sera d’abord faite pour vérifier, entre autres, que vous ne présentez pas de contre-indication à ce type d’anesthésie.

À savoir …

Il est préférable de ne pas faire la péridurale trop tôt, afin de s’assurer que le travail est bien amorcé. À l’opposé, il est possible que vous n’ayez pas le temps de la recevoir et d’être soulagée avant la poussée.

Un soluté devra vous être installé avant la mise en place de la péridurale et être maintenu jusqu’à ce qu’elle arrête de faire effet. De plus, vous serez probablement reliée à un moniteur foetal en continu, en particulier si on vous donne aussi des médicaments pour stimuler les contractions (voir Stimulation du travail).

Dans certains hôpitaux, il est possible de marcher et d’aller à la salle de bain même si vous êtes sous péridurale. Informez-vous auprès de votre professionnel de la santé.

Si vous avez de la difficulté à uriner, il se peut toutefois que vous ayez besoin d’une sonde urinaire.

Sous péridurale, il est parfois plus difficile de savoir comment pousser. C’est pourquoi on peut avoir davantage besoin d’utiliser des instruments comme la ventouse ou le forceps pour aider le bébé à sortir. La péridurale n’augmente pas le risque d’avoir une césarienne.

Narcotiques

Les narcotiques sont des analgésiques donnés par injection, dans les muscles ou les veines. Ils diminuent la sensation de douleur, sans toutefois la soulager complètement. Ils sont principalement utilisés dans les premières phases du travail, lorsque le niveau de douleur est encore bas. Plus la douleur augmente, plus la dose de narcotiques nécessaire pour la soulager est grande.

Les effets secondaires possibles des narcotiques augmentent également avec la dose. Les narcotiques peuvent vous rendre somnolente, vous donner des nausées et affecter votre fréquence cardiaque. Le bébé peut aussi ressentir certains de ces effets. Pour cette raison, on évite l’administration de narcotiques en fin de travail.

Il arrive parfois que le bébé demande une surveillance médicale pendant quelques heures après sa naissance, le temps qu’il élimine les narcotiques de son système. Cependant, ces médicaments n’ont d’effets à long terme ni pour la mère ni pour le bébé.

Protoxyde d’azote

Le protoxyde d’azote, aussi appelé « gaz hilarant », est administré dans un masque dans lequel la femme respire. Il soulage partiellement la douleur pendant le travail. Le protoxyde d’azote peut causer des nausées et des étourdissements, mais est en général bien toléré.

Bloc des nerfs honteux

Le bloc des nerfs honteux est une analgésie faite un peu avant la poussée. Il vise à diminuer la douleur du périnée et du vagin pendant l’accouchement. À l’aide d’une longue aiguille, on passe par le vagin pour injecter un anesthésiant dans les deux nerfs honteux.


Périnée : Partie du corps située entre le vagin et l’anus.

Sonde urinaire : Tube souple qui permet de vider l’urine de la vessie. La sonde se rend jusqu’à la vessie par l’urètre.

Travail : Processus par lequel le bébé passe de l’utérus au monde extérieur, grâce notamment aux contractions utérines.