Infectious disease

  • July-10-19

    Contexte

    Ce rapport de l’Enquête québécoise sur la vaccination contre la grippe saisonnière, le pneumocoque, le zona et sur les déterminants de la vaccination présente les résultats d’une enquête populationnelle réalisée en 2018 au Québec. Des données ont été recueillies sur les couvertures vaccinales contre la grippe, contre le pneumocoque et contre le zona et sur les attitudes et les perceptions sur la vaccination. Rappelons que les groupes ciblés par le programme de vaccination 2017-2018 contre la grippe étaient les personnes âgées de 60 ans ou plus, les enfants en bonne santé âgés de 6 à 23 mois, les personnes âgées de 2 ans ou plus atteintes d’une ou plusieurs maladies chroniques, les personnes qui, dans le cadre de leur travail ou de leurs activités...

  • May-14-19

    La recherche de N. gonorrhoeae aux sites urogénitaux s’effectue le plus souvent par un test d’amplification des acides nucléiques (TAAN). Dans certaines situations, une culture est aussi recommandée. Bien qu’aucune trousse de TAAN ne soit actuellement homologuée par Santé Canada pour l’analyse des échantillons extragénitaux, les laboratoires du réseau peuvent accepter ces échantillons, en émettant un commentaire « sous réserve ».

    Des espèces saprophytes de Neisseria sp (autres que N. gonorrhoeae) peuvent être présentes dans les échantillons, particulièrement ceux prélevés au pharynx. Ces espèces possèdent des acides nucléiques homologues à N. gonorrhoeae, ou ont subi des échanges génétiques avec N. gonorrhoeae; elles peuvent donc...

  • July-31-18

    Pour l’année 2016

    • Les pneumocoques de sérotypes 22F, 15A, 19A et 3 furent, par ordre décroissant, les plus fréquemment isolés durant l’année 2016.
    •  Aucune diminution notable de l’incidence des cas causés par le sérotype 3 n’est constatée dans les différents groupes d’âge bien que ce sérotype figure dans les vaccins VPC‑13 et VPP‑23. On remarque toutefois pour la première fois au total significativement moins de cas en 2016 que la moyenne des cas des 5 années précédentes chez les 5 ans et plus.
    • L’incidence du 19A semble stagner depuis 2014 tant chez les adultes (hôpitaux sentinelles) que chez les enfants (tous les laboratoires).

    Données chez les enfants de moins de 5 ans

    • L’évaluation de l’impact...
  • July-04-17
    • Zika virus emerged in the Americas in 2015 and has since expanded its geographical range significantly. Currently, the virus is transmitted locally in 35 countries of the Caribbean, Central America and South America.

    • Zika virus infection is benign: 70 to 80% of patients have no symptoms, whereas 20% have a fever and rash accompanied by arthralgia and myalgia, conjunctivitis, headache, retro-orbital pain and fatigue.

    • Zika virus infection can cause neurological complications, including Guillain-Barré syndrome.

    • Zika virus infection during pregnancy causes congenital defects, including newborn microcephaly.

    • Zika virus infection is transmitted by mosquitoes of the genus Aedes: in America...

  • August-23-16

    En mai 2013, le directeur de santé publique de l’Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) de la Mauricie-et-du Centre-du-Québec a demandé à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) un avis sur la gestion de la présence de la bactérie Legionella spp. dans les réseaux d’eau potable des hôpitaux. Il n’existe actuellement aucune ligne directrice ni réglementation au Québec ou au Canada quant à la présence et au suivi de cette bactérie dans les réseaux d’eau potable, ainsi qu’à l'interprétation des résultats lorsqu’elle est détectée.

    Dans ce contexte, le présent avis vise à fournir à l’ensemble des centres hospitaliers du Québec un document servant à orienter la surveillance, la prévention et le contrôle de Legionella spp. afin de prévenir...

  • June-29-16
    • Le virus Zika a émergé dans les Amériques en 2015 et connaît une expansion géographique importante. Actuellement, le virus se transmet localement dans 35 pays des Caraïbes, de l’Amérique centrale et du Sud.
    • L’infection à virus Zika est bénigne : 70 à 80 % des cas ne présentent aucun symptôme, 20 % présentent de la fièvre et des éruptions cutanées accompagnées d’arthralgie et de myalgie, de conjonctivite, de céphalées, de douleurs rétro-orbitaires et de fatigue.
    • L’infection à virus Zika peut engendrer des complications neurologiques, notamment le syndrome de Guillain-Barré.
    • L’infection à virus Zika occasionne des anomalies congénitales chez la femme enceinte, qui se manifestent notamment par des microcéphalies chez les nouveau-nés.
    • L’...
  • June-08-16

    Les plans gouvernementaux sur la prévention et le contrôle des infections nosocomiales de 2010‑2015 et de 2015-2020 (MSSS, 2011a; MSSS, 2015) incluent le développement et le déploiement d’un système de surveillance des événements indésirables en retraitement des dispositifs médicaux (RDM). Dans cette perspective, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) s’est vu confier le mandat de collaborer au développement et à la mise en place d’un registre national de signalement (déclaration et analyse) d’incidents et d’accidents liés au RDM.

    Rappelons qu’un incident réfère à la dérogation à une norme reconnue de RDM, sans toutefois que le dispositif n’ait été utilisé à l’endroit d’un usager (INSPQ, 2014) alors qu’un accident décrit toute utilisation à l’endroit d’un...

  • April-26-16

    Ce rapport présente les résultats du second volet d’une enquête téléphonique dont l’objectif était d’évaluer différents aspects liés à l’acceptabilité de la campagne de vaccination ciblée contre le méningocoque de sérogroupe B (vaccin 4CMenB) dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ce volet de l’enquête a été réalisé en février 2015, auprès de répondants ayant consenti, au moment du premier volet de l’enquête en mai 2014, à être contactés de nouveau. Ces répondants étaient des parents d’enfants âgés entre 2 mois et moins de 16 ans ainsi que des jeunes adultes âgés de 16 ans à moins de 21 ans. Les principales mesures incluaient la décision vaccinale concernant le méningocoque de sérogroupe B, les raisons de vaccination et de non-vaccination, la présence de manifestations cliniques...

  • March-21-16

    Afin de réduire une incidence d’infections invasives à méningocoque de sérogroupe B plus élevée dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean que dans le reste du Québec, une campagne de vaccination ciblant les jeunes de 2 mois à 20 ans a été menée dans cette région à partir de mai 2014.

    Pour évaluer en temps réel l’apparition de manifestations cliniques inhabituelles (MCI) après la vaccination avec le nouveau vaccin à quatre composantes (4CMenB), la surveillance a été rehaussée en ajoutant une surveillance active à la surveillance passive déjà existante au Québec (ESPRI). Cette surveillance active a été faite principalement par questionnaire électronique envoyé aux parents d’enfants vaccinés qui avaient fourni une adresse courriel.

    • Globalement, le vaccin contre le...
  • March-09-16

    Les éclosions de maladies d’origine hydrique ne sont pas très fréquentes au Québec. Respectivement, 5 et 13 éclosions ont été recensées en 2013 et 2014. Ces fréquences varient d’une année à l’autre, mais aucune tendance ne peut être dégagée depuis 2005. Les éclosions sont majoritairement de nature infectieuse, et le plus souvent associées à un usage récréatif de l’eau. Au total, 144 personnes ont été impliquées dans une éclosion d’origine hydrique en 2013 et 2014, ce qui correspond à un nombre moyen de 8 personnes par éclosion. Cependant, une seule éclosion, dans un spa, a affecté 45 personnes en 2014. Les données de 2005 à 2014 indiquent que les éclosions dans un spa sont fréquentes. Ainsi, une campagne de sensibilisation pour l’entretien des spas publics pourrait être envisagée.

Pages

Subscribe to Infectious disease