La promotion des produits du tabac dans les points de vente a pris une importance grandissante suite aux restrictions de plus en plus sévères imposées aux formes traditionnelles de publicité telles que les commandites, l’affichage à l’extérieur d’un point de vente, et la publicité dans les médias écrits (Carter, 2003; Dewhirst, 2004; Feighery et collab., 2008; Pollay, 2007). Elle vise à assurer la meilleure visibilité possible aux produits du tabac en les présentant à des endroits stratégiques, sur des étalages attrayants de grande dimension, et en les accompagnant d’affiches voyantes (Dewhirst, 2004; Feighery et collab., 2003; Lavack & Toth, 2006; Pollay, 2007).

Des études confirment que la promotion des produits du tabac dans les points de vente est associée à l’initiation au tabagisme chez les adolescents (Hanewinkel et collab., 2010; Henriksen et collab., 2010; Slater et collab., 2007), qu’elle peut ébranler la motivation des ex-fumeurs et des fumeurs qui tentent de cesser de fumer (Germain et collab., 2010; Hoek et collab., 2010) et qu’elle peut inciter les achats impulsifs chez de nombreux fumeurs (Paynter & Edwards, 2009; Tremblay & Gervais, 2005; Wakefield et collab., 2008). De plus, l’exposition massive des cigarettes dans les points de vente transmet l’impression que le tabagisme est plus répandu qu’il ne l’est en réalité, et la présence de produits du tabac à côté des friandises reflète une image faussement bénigne du produit, très loin de son caractère nocif (Tremblay & Gervais, 2005). C’est pourquoi des organismes internationaux comme l’Organisation mondiale de la Santé (Organisation mondiale de la Santé, 2003), la Banque mondiale (Banque mondiale, 1999) ou les Centers for Disease Control and Prevention (2001) appuient les initiatives de réglementation sévère et d’interdiction de la publicité et de la promotion du tabac.

Toutes les provinces et territoires canadiens, de même que plusieurs pays ont adopté des lois pour restreindre totalement ou partiellement la promotion et l’étalage des produits du tabac dans les points de vente (Ontario Tobacco Research Unit, 2010). En juin 2005, le Québec adoptait la Loi modifiant la loi sur le tabac et d’autres modifications législatives, dans laquelle on retrouve un article interdisant l’étalage des produits du tabac ou de leur emballage à la vue du public dans tout point de vente. Ces dispositions sont entrées en vigueur le 31 mai 2008.

Peu d’études ont documenté l’ampleur et les caractéristiques de la promotion des produits du tabac dans les points de vente au Canada (Cohen et collab., 2008; Lovato et collab., 2007). Une étude menée en Ontario a démontré que la promotion des produits du tabac dans les points de vente était omniprésente avant l’implantation de la loi ontarienne qui l’interdisait partiellement en mai 2006 (Cohen et collab., 2008). Cette promotion était particulièrement élevée dans les dépanneurs sous bannière, dans les points de vente situés près d’une école et dans les quartiers de niveau socioéconomique plus faible. Par contre, après l’implantation de l’interdiction totale de l’étalage et de la promotion des produits du tabac en mai 2008, la promotion était pratiquement absente (Dubray et collab., 2009; Planinac et collab., 2009).

L’objectif principal de cette étude est de décrire les caractéristiques de la promotion des produits du tabac qui prévalaient dans un échantillon de points de vente du Québec en mai 2008, quelques semaines avant l’entrée en vigueur de l’interdiction d’étalage et de promotion de ces produits. On désirait également savoir si la promotion était plus importante dans les lieux situés près d’une école et dans les quartiers de niveau socioéconomique plus faible. La présente recherche a également été l’occasion de dresser un portrait de la promotion des loteries dans les points de vente, et fait l’objet d’une publication spécifique (Papineau et collab., 2011).

Author(s): 

Subject(s): 

Publication type: 

ISBN (electronic): 

978-2-550-63162-0

ISBN (print): 

978-2-550-63161-3

Santécom record: