La maladie de Lyme et les maladies transmises par les tiques

Les maladies transmises par les tiques sont définies comme des infections causées par des agents pathogènes transmis lors de piqûres de tiques. La maladie de Lyme, la babésiose et l’anaplasmose en sont des exemples.

Surveillance de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est causée par la bactérie Borrelia burgdorferi. Au Québec, elle est transmise par la piqûre d’une tique Ixodes scapularis infectée.

L’INSPQ est mandaté par le ministère de la Santé et des Services sociaux pour proposer un programme de surveillance intégrée de la maladie de Lyme au Québec.

Ce programme de surveillance permet de suivre l’évolution des risques d’acquisition de la maladie de Lyme au Québec afin de soutenir les autorités de santé publique dans leur gestion des risques. Il permet également de renseigner sur les secteurs à risque d’acquisition de la maladie afin de rehausser la vigilance des professionnels de la santé et du public.

Le programme de surveillance intégrée de la maladie de Lyme au Québec est composé :

  • d’une surveillance des cas humains de maladie de Lyme déclarés à la santé publique;
  • d’une surveillance acarologique passive (tiques retrouvées sur des humains et transmises au Laboratoire de santé publique du Québec volontairement par les médecins) sur l’ensemble du territoire québécois;
  • d’une surveillance acarologique active (tiques recueillies dans le cadre d’activités de collecte de tiques sur le terrain à l’aide de la méthode standardisée de la flanelle) dans les 10 régions sociosanitaires où l’établissement de la tique Ixodes scapularis a déjà été documenté sur leurs propres territoires ou sur ceux des régions limitrophes.

Cartographie du risque d’acquisition de la maladie de Lyme

 

Dernière mise à jour : juin 2020, réalisée à l'aide du logiciel QGIS (version 2.18)


Légende : Critères de surveillance des niveaux de risque d'acquisition de la maladie de Lyme dans les municipalités du Québec

Niveaux de risque Critères de surveillance
Significatif
(zone endémique)
  • Au moins 3 cas de maladie de Lyme acquis localement au cours des 5 dernières années*; OU
  • Au moins 23 soumissions de tiques Ixodes scapularis d’origine humaine au cours des 5 dernières années, obtenues par la surveillance passive*; OU
  • Trois stades de la tique Ixodes scapularis (larve, nymphe, adulte) collectés en un an, lors d’activités de surveillance active, dont au moins 1 nymphe positive à Borrelia burgdorferi.
Présent
  • 2 cas de maladie de Lyme acquis localement au cours des 5 dernières années*; OU
  • Entre 11 et 22 soumissions de tiques Ixodes scapularis d’origine humaine au cours des 5 dernières années, obtenues par la surveillance passive*; OU
  • Au moins 1 tique Ixodes scapularis collectée lors des activités de surveillance active.
Possible

Il existe un risque possible d’acquisition de la maladie de Lyme dans toutes les régions du Québec dû à la présence de tiques transportées par les oiseaux migrateurs (tiques adventices).

* Critère non valide pour les villes > 100 000 habitants.

Source de données : surveillance des cas humains confirmés et probables de la maladie de Lyme acquis au Québec et déclarés à la santé publique (2004-2019); surveillance acarologique active (2010-2019); Surveillance acarologique passive (2009-2019).

Consultez la Carte de risque d’acquisition de la maladie de Lyme pour 2020 en format PDF.

Consultez la Liste des municipalités et leurs niveaux de risque pour 2020 en format PDF.


Niveaux de risque et prophylaxie postexposition (PPE)

Les niveaux de risque d'acquisition de la maladie de Lyme par municipalité au Québec présentés dans la cartographie sont mis à jour annuellement.

Objectif

Les niveaux de risque permettent la classification des cas déclarés aux directions de santé publique et l'interprétation de ces données aide les autorités dans leur gestion du risque.

  • Bien que ces informations puissent renseigner les professionnels de la santé sur les secteurs à risque d’acquisition de la maladie de Lyme dans les régions du Québec, elles ne doivent en aucun cas servir à elles seules à des fins d’exclusion de la maladie chez un patient.

Critères de surveillance

Les critères utilisés pour attribuer les niveaux de risque d’acquisition de la maladie de Lyme par municipalité diffèrent de ceux utilisés pour cibler les territoires de Centre local de services communautaires (CLSC) où la prophylaxie postexposition (PPE) est recommandée. Ces critères ont été validés par le groupe d’experts sur les maladies transmises par les tiques de l’INSPQ.

PPE

Pour 2020, la PPE est recommandée pour certains territoires de CLSC situés en Estrie, en Outaouais, en Montérégie et en Mauricie et Centre-du-Québec.

Des recommandations provenant des DSPu régionales, basées sur des connaissances locales, peuvent différer des recommandations émises par l’INSPQ. Pour connaître la liste exhaustive des territoires de CLSC et des municipalités où la PPE est offerte, consulter la page du MSSS.

Pour plus d’information sur la PPE, veuillez consulter :

Pour plus d’information sur la maladie de Lyme

Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS)

Laboratoire de santé publique du Québec de l'INSPQ

Outils et formations en ligne