Évaluation d’un signalement d’agrégats de maladies dont une origine environnementale est suspectée

Les directions de santé publique (DSP) régionales et parfois le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) reçoivent de plus en plus de signalements d’agrégats spatio-temporels de maladies. La même situation est observée partout en Amérique du Nord. L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) est à cet effet fréquemment interpellé afin de soutenir les DSP dans l’évaluation des agrégats de maladies.

Les objectifs épidémiologiques d’une démarche d’évaluation d’un agrégat spatio-temporel sont de déterminer s’il existe un excès statistiquement significatif de cas dans la population observée, et de déterminer s’il existe une ou plusieurs causes au regroupement des cas, autres que le hasard.

C’est dans ce contexte que le Comité méthodologique en analyses statistiques et épidémiologiques de l’INSPQ a mandaté les auteurs afin de formuler cet aide-mémoire concernant les démarches d’évaluation des agrégats de maladies d’origine environnementale suspectée.

La détection d’agrégats peut s’appliquer à différents contextes et pour différents objectifs (p. ex. : agrégats d’accidents routiers). Toutefois, ce document s’intéresse plus particulièrement à l’évaluation de signalements d’agrégats de maladies chroniques (incluant le cancer) dont une origine ou une source d’exposition environnementale est suspectée.

L’évaluation et la prise en charge des agrégats sont complexes et requièrent généralement une approche multidisciplinaire (médecine, épidémiologie, toxicologie, statistique, géographie, géomatique, démographie, sciences sociales, économie…).

L’évaluation d’agrégats spatio-temporels est un vaste champ d’études, lui-même niché dans le plus vaste domaine de l’épidémiologie spatiale (Carpenter, 2011).

La démarche d’évaluation d’agrégats a tout avantage à suivre une série d’étapes standardisées. Il s’agit ainsi d’une approche scientifique, nécessairement couplée à la gestion du risque (Cortin et collab., 2016) et d’un plan de communication.

Dans un premier temps, le présent aide-mémoire résume les étapes d’une évaluation d’agrégats, telles que définies dans le Guide méthodologique pour l’évaluation et la prise en charge des agrégats spatio-temporels de maladies non infectieuses de l’Institut de veille sanitaire (InVS) (Germonneau, Tillaut et Gomes Do Espirito Santo, 2005). Les mises à jour des lignes directrices des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis (CDC, 2013; CDC et The National Public Health Information Coalition, 2013) ainsi qu’en Australie (Department of Health, Western Australia, 2016), qui sont spécifiques aux agrégats de cancer, ont aussi été utilisées.

Dans un deuxième temps, sans pour autant constituer une revue de la littérature, l’évaluation d’un signalement d’agrégats spatio-temporels est complétée par la description de quelques méthodologies statistiques utiles à leur détection.

Finalement, plusieurs références bibliographiques sont fournies et permettront aux lecteurs d’approfondir certains éléments techniques qu’il serait trop long de présenter en détail dans cet aide-mémoire.

Évaluation d’un signalement méthodologie d’agrégats de maladies dont une origine environnementale est suspectée

Author(s): 

Committee: 

Subject(s): 

Publication type: 

ISBN (electronic): 

978-2-550-80636-3

Santécom record: