Mental health

  • August-03-22

    This paper provides a comparative analysis of several mental health indicators and determinants by language of instruction. All data discussed in this analysis is from the Québec Health Survey of High School Students 2016–2017.

    For most of the indicators analyzed, there is no disparity between students in English and French high schools. When there is a gap between the two groups, it can be to the disadvantage of students taught in either language.

    For example, a greater proportion of students in English high schools reported that they:

    • Had been medically diagnosed with depression
    • Had been medically diagnosed with an eating disorder
    • Did not feel healthy
    • Slept less than recommended during the school week
    • ...
  • April-12-22

    Ce rapport présente les résultats de l’analyse d’entrevues de groupe qui ont été réalisées à l’hiver 2021 afin de documenter l’expérience de gestionnaires et de médecins œuvrant dans le réseau de la santé et des services sociaux durant la pandémie de la COVID-19. L’objectif principal de la démarche était de guider les acteurs de ce réseau vers le développement de stratégies préventives appropriées en vue de protéger la santé mentale des personnes appartenant à ces deux groupes. Voici, de façon synthétique, ce que les analyses nous ont appris.

    Les risques psychosociaux du travail

    Alors que les risques psychosociaux du travail (RPS) sont de mieux en mieux documentés chez le personnel soignant, il en est...

  • April-01-22

    Ce document porte sur une analyse comparative selon la langue d’enseignement de quelques indicateurs de santé mentale et de ses déterminants. Les données analysées proviennent de l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2016-2017.

    Pour la plupart des indicateurs analysés, on ne retrouve pas d’écart entre les jeunes du secondaire dont la langue d’enseignement est l’anglais et ceux dont la langue d’enseignement est le français. Et pour les indicateurs pour lesquels on note un écart entre les deux groupes, cet écart est tantôt en défaveur des jeunes qui étudient en anglais, tantôt en défaveur des jeunes qui étudient en français. 

    Ainsi, les jeunes du secondaire dont la langue d’enseignement est l’anglais sont proportionnellement plus nombreux...

  • January-31-22
     

    Faits saillants

    • Selon les données pour l’année 2019, 1128 personnes se sont enlevé la vie au Québec. C’est un taux brut de suicide de 13,3 par 100 000 personnes.
    • Le taux de suicide semble atteindre un plateau après avoir diminué...
  • August-30-21

    Ce qu'il faut retenir

    • Les infrastructures extérieures à vocation récréative sont bénéfiques pour la santé physique, notamment parce qu’elles fournissent un environnement propice à l’activité physique à différents groupes de la population.
    • Les infrastructures extérieures à vocation récréative offrent des possibilités d’activités plaisantes et facilitent les interactions sociales, pouvant ainsi contribuer à la santé mentale et au bien-être.
    • Une réflexion s’impose sur la manière de construire les infrastructures extérieures à vocation récréative. Celle-ci doit s’articuler autour d’une planification en fonction du contexte hivernal ou bien par des infrastructures flexibles et évolutives (dans l’espace et dans le temps, selon les besoins et les tendances...
  • June-21-21

    Depuis longtemps, la santé physique et la santé mentale occupent une place importante dans le réseau de la santé. Plus récemment, la santé cognitive est devenue un sujet d’intérêt en gérontologie. Les démences de type Alzheimer, qui constituent la majorité des troubles neurocognitifs majeurs, augmentent avec l’avancement en âge. Le nombre et la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus croissent rapidement au Québec, reflet, entre autres, du vieillissement de la forte cohorte des baby-boomers. Actuellement, il n’existe pas de traitement curatif pour ces maladies. Toutefois, il serait possible d’agir en amont pour prévenir ou retarder certaines atteintes cognitives et ainsi diminuer leurs impacts.

    Dans le cadre du Plan d’action 2018-2023 Un Québec pour tous les âges issu...

  • May-04-21

    Au Québec, entre le 12 juillet 2020 et le 16 janvier 2021, 23 142 travailleurs de la santé ont eu un diagnostic de COVID-19. En date du 22 février 2021, 5 330 de ces travailleurs et 1 515 travailleurs non atteints de la COVID-19 (groupe témoin) ont rempli le questionnaire de l’enquête épidémiologique sur les travailleurs de la santé atteints par la COVID-19. Ce rapport présente les résultats de l’analyse portant sur la détresse psychologique et les risques psychosociaux liés au travail qui y sont associés.

    Principaux résultats 

    • Près de la moitié (48,1 %) des 5 330 participants à l’étude atteints de la COVID-19 durant la deuxième vague, rapporte une détresse psychologique élevée ou très élevée pendant le mois précédant l’enquête (50,9 % chez les femmes et 38,2 %...
  • February-10-21

    L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) salue l’initiative du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de mener des consultations concernant les effets de la pandémie sur la santé mentale de la population québécoise et souligne l’importance de mobiliser l’ensemble de la société autour de cet enjeu important.

    Depuis mars 2020, l’INSPQ mène une veille signalétique sur la COVID-19 afin de recenser la littérature scientifique et grise sur les impacts psychosociaux de la pandémie de COVID-19 et dégager plusieurs pistes d’action adaptées au contexte de crise sanitaire. Ces dernières ont été regroupées dans ce mémoire afin de contribuer aux réflexions entourant le prochain Plan d’action interministériel en santé mentale. Par ces pistes d’action, l’INSPQ...

  • February-01-21
     

    Faits saillants

    • Selon les données provisoires pour l’année 2018, le taux brut de suicide était de 12,6 par 100 000 personnes au Québec (n = 1 054 suicides). En 2016 et 2017, ce taux était respectivement de 13,4 et 12,8 par 100 000 ...
  • October-29-20

    Une synthèse des connaissances a été menée sur l’impact d’une crise sanitaire ou économique sur les comportements suicidaires. Elle suggère que des facteurs de risque de suicide reconnus peuvent être aggravés et que certaines populations sont plus vulnérables au suicide en contexte de pandémie. En conclusion quelques pistes d’action sont proposées.

    Facteurs de risques et population vulnérables associés à une crise sanitaire

    Consommation d’alcool : une modification de la consommation d’alcool, comme la consommation solitaire à domicile, pourrait favoriser les décompensations psychiatriques et le passage à l’acte chez des individus déjà porteurs d’une vulnérabilité suicidaire.

    Isolement : La diminution des contacts sociaux...

Pages

Subscribe to Mental health