Mémoire

Climate change and heat vulnerabilities of Canadian workers: Focus on the Central and Western provinces of Canada

Global warming could have particularly severe impacts on Canada. It is estimated that temperatures in Canada increased at roughly twice the global mean rate over the 1948–2016 period, with a mean annual increase of 1.7°C compared to a global increase of 0.8°C. Periods of extreme heat have become more frequent and more intense in most provinces. Without appropriate preventive actions, these changes could lead to an increase in mortality and morbidity rates, affecting, among others, urban populations and the elderly as well as disadvantaged individuals and those with cardiovascular or respiratory diseases. The relationship between mortality and heat waves or high ambient temperatures is well documented. In Quebec, higher rates of ambulance transport, emergency room admissions and deaths have been reported during regional extreme heat waves than during comparison periods.

Although the effects of extreme heat on the health of the general population have been documented, knowledge on heat-induced mortality and morbidity among workers is limited. This study aims to address these knowledge gaps.

Changements climatiques et vulnérabilités à la chaleur des travailleuses et travailleurs canadiens – regard sur les provinces du centre et de l’ouest du Canada

Les impacts du réchauffement climatique pourraient s’avérer particulièrement importants pour le Canada. Le taux du réchauffement estimé pour le pays entre 1948 et 2016 se situe à environ deux fois la moyenne mondiale, soit une augmentation de 1,7 °C de la température moyenne annuelle pour l’ensemble du Canada par rapport à une augmentation de 0,8 °C à l’échelle mondiale. Les périodes de chaleur accablante sont devenues de plus en plus intenses et fréquentes dans la plupart des provinces sur cette période. Sans mesures préventives appropriées, ces changements pourraient être associés à une augmentation des taux de mortalité et de morbidité, entre autres chez les populations vivant en zone urbaine et vieillissantes, ainsi que chez les personnes défavorisées et celles souffrant de maladies cardiovasculaires ou respiratoires. La relation entre la mortalité et les vagues de chaleur ou les températures ambiantes élevées a été documentée. Au Québec, des taux plus élevés de transports ambulanciers, d’admissions à l’urgence et de décès ont été rapportés pendant les vagues régionales de chaleur extrême que pendant des périodes de comparaison.

Quoique les effets de la chaleur extrême sur la santé de la population générale aient été documentés, les connaissances en matière de mortalité et de morbidité dues à la chaleur sont limitées pour les travailleurs et travailleuses. Cette étude visait à combler cette lacune.

Bill 64: Firearms Registration Act

The issues related to access to firearms go well beyond the use of these weapons in criminal activities. Access to firearms is an important risk factor for suicide, homicide, particularly spousal homicide, and accidental death.

Most firearm-related deaths are not linked to criminal activities and involve long guns

Between 2009 and 2013, an average of 127 people died in Québec annually due to firearm-related suicide. This is 5 times the number of victims of firearm-related homicide. Suicide is the leading cause of firearm-related deaths in Québec. In most cases, the suicides are committed in the victim’s home using a long gun. Most victims of firearm-related deaths are male, except in intrafamilial homicides. Firearm-related deaths occur throughout Québec, but the risk of firearm-related suicide is higher in rural areas than in urban or peri-urban ones.

The scientific literature shows that the presence of firearms in the home is a risk factor for death

Projet de loi no 64 : Loi sur l’immatriculation des armes à feu - Mémoire déposé à la Commission des institutions

Les enjeux liés à l’accès aux armes à feu vont bien au-delà de leur utilisation dans le cadre d’activités criminelles. L’accessibilité aux armes à feu constitue un facteur de risque important de suicide, d’homicides, notamment d’homicides conjugaux, et de décès accidentels.

La majorité des décès attribuables aux armes à feu ne sont pas liés à des activités criminelles et impliquent des armes longues.

Entre 2009 et 2013 au Québec, en moyenne 127 personnes sont décédées annuellement à la suite d’un suicide par arme à feu. C’est 5 fois plus que le nombre de victimes d’homicides par ce moyen. Le suicide est la première cause de décès par arme à feu au Québec. Dans la majorité des cas, ils sont commis au domicile de la victime, à l’aide d’une arme longue. La plupart des victimes de décès par arme à feu sont des hommes sauf dans le cas des homicides intrafamiliaux. Les décès par arme à feu surviennent sur l’ensemble du territoire québécois, mais le risque de suicide par…