L'ostéoporose est une affection du squelette se caractérisant par une perte de résistance osseuse prédisposant aux fractures. La prévalence de cette maladie chronique est élevée universellement, et le Canada ne fait pas exception. Elle affecte 15,8 % des femmes et 6,6 % des hommes âgés de 50 ans et plus. Les fractures de fragilisation sont la principale manifestation clinique de l'ostéoporose. Le fardeau associé à ces fractures est important en raison de la mortalité, de la morbidité et des coûts substantiels pour le système de santé. Ces fractures se manifestent principalement à partir de l'âge de 50 ans où elles représentent 81 % de l'ensemble des fractures chez les femmes. Malgré leurs conséquences, jusqu'à 80 % d'entre elles ne seraient pas prises en charge adéquatement.

L'ostéoporose et les fractures associées représentent un problème important de santé publique d'autant plus que le nombre de personnes âgées ne cesse d'augmenter dans la population québécoise. En 2009, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) recommandait l'intégration de la surveillance de l'ostéoporose et des fractures au volet « Maladies chroniques » du Plan ministériel de surveillance multithématique (PMSM) afin d'élaborer et de mettre en œuvre la surveillance de cette problématique au Québec.

Dans le but de renseigner sur la nature et l'ampleur des fractures au Québec, l'unité Surveillance des maladies chroniques et traumatismes de l'INSPQ publie ce premier rapport de surveillance des fractures pour la période 1997-1998 à 2011-2012. L'objet principal de ce rapport est de communiquer les plus récentes mesures d'incidence des fractures ostéoporotiques, ainsi que leur évolution temporelle au sein de la population québécoise âgée de 50 ans et plus. Les taux d'incidence de ces fractures selon l'âge, le sexe, la défavorisation matérielle et sociale, la zone de résidence et la région sociosanitaire sont également présentés afin de déterminer leur influence sur l'incidence des fractures de fragilité.

Comme le suggèrent les résultats de cette analyse, les fractures associées à l'ostéoporose sont nombreuses et constituent un problème important de santé publique, affectant chaque année un nombre imposant d'individus. Outre les fractures de la hanche, les fractures périphériques sont également fréquentes et sont un fardeau important imposé au système de santé. Bien qu'on observe une diminution des taux d'incidence de fractures à plusieurs sites au cours de la période étudiée, le nombre de fractures à certains sites ostéoporotiques majeurs, tel bassin, hanche/fémur et épaule/humérus, a augmenté significativement en raison du vieillissement de la population. Conséquemment, la demande grandissante de services de santé associée aux traitements de ces fractures entraîne déjà une charge de plus en plus importante sur le système de santé. De plus, compte tenu du fardeau, en termes de morbidité, mortalité et de coûts, que ces fractures représentent sur le système de santé et sur la population québécoise, des efforts pour réduire ce problème de santé doivent être maintenus.

Les données de bases issues de cette analyse permettront de suivre l'évolution de ce problème. Dans un avenir proche, des travaux seront entrepris à l'INSPQ afin d'évaluer l'impact de ces fractures sur la mortalité et l'utilisation des ressources médicales ainsi que leur évolution temporelle. Ces informations permettront d'augmenter notre capacité en matière de surveillance de l'ostéoporose et des fractures associées, un élément essentiel à une meilleure compréhension de l'importance populationnelle de cette problématique. Ainsi, la surveillance pourra se rapprocher davantage de son objectif fondamental, soit de documenter l'évolution de cette problématique dans le but de soutenir la prévention, la planification et l'organisation des soins et ainsi contribuer à l'amélioration de l'état de santé de la population et de l'efficacité du système de santé.

Autor(es): 

Tema(s): 

Colección: 

Tipo de publicación: 

ISBN (electrónico): 

978-2-550-72952-5

ISSN (electrónico): 

1922-1762

Registro Santécom: