Bilan de la recherche en santé publique au Québec (1999-2004)

Ce rapport présente les résultats du bilan de la recherche en santé publique, subventionnée entre 1999 et 2004 au Québec. Il s'agit du premier bilan de la sorte réalisé au Québec et au Canada. Il a été dressé à partir d'un cadre conceptuel élaboré spécifiquement dans le but de délimiter le champ de la recherche en santé publique.

La recherche en santé publique a été définie comme l'ensemble des activités de recherche reliées à la santé et au bien-être de la population et à leurs déterminants qui visent la production, l'intégration, la diffusion et l'application de connaissances scientifiques, valides et pertinentes à l'exercice des fonctions de santé publique. À cette définition relevant d'une conception large de la santé publique correspondent des critères d'inclusion et d'exclusion permettant de sélectionner les recherches en santé publique et de les distinguer des autres recherches sociales et en santé. Les recherches en santé publique ont été catégorisées en fonction de thématiques, en lien avec les fonctions essentielles et de soutien définies dans le Programme national de santé publique 2003-2012 (PNSP), ainsi que selon les domaines précisés dans le programme.

La base de données sur la recherche en santé publique a été constituée à partir de la Banque de la recherche sociale et en santé (BRSS) du ministère de la Santé et des Services sociaux. Cette base comprend 1 508 projets, ce qui représente 13,6 % des projets de recherche répertoriés dans la BRSS entre 1999 et 2004. Elle fournit des informations sur les thématiques et domaines d'intervention ainsi que sur le financement et la gestion de ces recherches.

L'examen des résultats laisse tout d'abord voir que, bien que des thématiques et des domaines d'intervention prédominent dans la recherche en santé publique, celle-ci n'en demeure pas moins assez diversifiée. Cette diversité ne concerne pas seulement les contenus mais caractérise aussi le financement, les milieux gérant les recherches et l'affiliation des chercheurs.

Les projets de recherche en santé publique apparaissent légèrement moins financés que les autres projets répertoriés dans la BRSS : le montant moyen des subventions y est moins élevé et la somme consacrée à leur financement est proportionnellement moins élevée que leur nombre par rapport aux autres projets de la BRSS.

Mais c'est avant tout par le cadre de financement que la recherche en santé publique se distingue des autres recherches répertoriées dans la BRSS. D'une part, il y a davantage de projets financés par le palier provincial – où les subventions sont plus modestes – et d'autre part, les subventions importantes y sont moins fréquentes. Dans le reste de la BRSS, c'est en effet le palier fédéral qui finance le plus de projets et qui investit le plus. En examinant plus en détail les sources de financement, il apparaît que leur contribution à la recherche en santé publique est inégale. Ainsi, le CQRS-FQRSC et le CRSH ont une participation financière plus importante en santé publique que dans les autres projets de la BRSS; alors qu'à l'inverse, les IRSC contribuent proportionnellement davantage aux autres projets répertoriés dans la BRSS. Il faut de plus souligner qu'une subvention moyenne de ce dernier organisme est environ deux fois plus élevée que celle provenant du FRSQ, du CQRS/FQRSC ou du CRSH.

L'autre grand constat relatif au cadre de financement est la place occupée par le soutien à la relève. En effet, pour plus du quart des projets, les subventions sont accordées sous forme de bourses, ce qui représente près de 13 % des montants totaux alloués. Le financement des bourses diffère toutefois de celui des subventions à la recherche. En effet, dans l'octroi des bourses, c'est le palier provincial qui joue un rôle prépondérant, tant pour le nombre de bourses accordées que pour les montants totaux alloués, notamment par l'intermédiaire du FRSQ. Le montant moyen d'une bourse est inférieur à celui des autres subventions à la recherche mais il est loin d'être négligeable. Ces constats se vérifient également pour les autres projets de la BRSS. De légères différences s'observent toutefois à ce chapitre : le CQRS-FQRSC et le CRSH participent davantage au financement de la recherche en santé publique, pour les bourses comme pour les subventions de recherche. La situation contraire prévaut pour les IRSC, ceux-ci investissant davantage dans les autres projets répertoriés dans la BRSS, et ce pour tous les types de financement.

Ces divers constats, qui précisent la situation particulière de la recherche en santé publique au Québec, permettent de mieux cerner les enjeux associés au développement et au soutien de ce champ de recherche. Le bilan effectué devrait donc s'avérer un outil et une référence permettant d'alimenter la réflexion et les démarches des divers acteurs engagés dans le soutien et le développement de la recherche en santé publique au Québec.

Autor(es): 

Tema(s): 

Tipo de publicación: 

ISBN (electrónico): 

978-2-550-49748-6

ISBN (impresión): 

978-2-550-49749-3

Registro Santécom: