Lesiones no intencionales

  • 21 Enero 2005

    Cette recherche porte sur la relation entre le fait d'être exposé au bruit en milieu de travail ou d'avoir une perte auditive permanente résultant d'une exposition au bruit et la sécurité routière. Les données utilisées proviennent de l'appariement entre des données audiométriques de l'INSPQ et des données de sécurité routière de la Société d'assurance automobile du Québec. La cohorte étudiée compte 78 008 conducteurs et conductrices. La capacité (ou acuité) auditive et le niveau de bruit en milieu de travail constituent les variables d'expositions. L'accident de la route où la personne examinée est conducteur, l'accident où la personne est un piéton de même que les infractions au Code de la sécurité routière survenus dans les cinq années suivant le dernier examen auditif sont...

  • 19 Enero 2005

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes existe depuis 1995. Il est formé d’un ensemble d’institutions du réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal, Montérégie, Capitale Nationale et Bas-Saint- Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l’Institut national de santé publique du Québec (voir annexe 1). En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels. Ces activités couvrent un ensemble de champs d’intervention, soit la promotion de la sécurité et la prévention des...

  • 19 Enero 2005

    The Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention, established in 1995, comprises institutions in the Québec public health network, i.e. four regional public health branches (Montréal, Montérégie, Capitale Nationale and Bas-Saint-Laurent), the Direction générale de la santé publique in the ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, and the Institut national de santé publique du Québec (see Appendix 1). Within their respective mandates, these organizations run promotional activities on safety and the prevention of intentional and unintentional injuries. These activities cover various fields of intervention such violence and suicide prevention as well as safety promotion and injury prevention in urban environments, in transportation, in...

  • 12 Noviembre 2004

    Entre juillet 1997 et juin 2001

    Nombre de cas de traumatismes dans la banque du SCHIRPT-HEJ : 18 347

    Pourcentage de cas d’origine récréative et sportive : 27,6 %

    Victimes de traumatismes d’origine récréative et sportive (TORS)

    Sexe : 72 % sont des hommes ou des garçons

    Âge : 65 % ont moins de 25 ans

    Sports les plus souvent pratiqués au moment du traumatisme :

    • Vélo 16,1 %
    • Surf des neiges 10,4 %
    • Hockey 8,5 %
    • Ski alpin et acrobatique 7,2 %
    • Soccer 4,6 %

    Diagnostic le plus fréquent pour 7 des 16 sports ou activités :

    no 1 : Fracture membre supérieur (en patins à roues alignées, surf des neiges, patinage libre, vélo, planche à roulettes, sports équestres...

  • 14 Julio 2004

    Pour l’ensemble des traumatismes survenus dans les balançoires, les glissoires, les trampolines et autres appareils de jeux :

    Entre juillet 1997 et juin 2001

    Nombre de cas d’origine récréative ou sportive dans la banque du SCHIRPT-HEJ : 5 069

    Pourcentage de cas survenus dans les balançoires, les glissoires, les trampolines et les autres appareils de jeux notamment les trapèzes : 5,1 %

    Sexe des victimes : 51,4 % de filles

    Âge des victimes : 69,3 % entre 6 et 11 ans

    Blessures : 51,8 % de fractures, huit fois sur dix au membre supérieur, 4 traumatismes à la colonne vertébrale dont 2 lésions neurologiques à la moelle épinière (trampoline et balançoire), 6 commotions cérébrales

    Suivi médical : 33,5 % d’...

  • 26 Enero 2004

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes est formé d'un ensemble d'institutions du Réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal-Centre, Montérégie, Québec et Bas-St-Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l'Institut national de santé publique du Québec. En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels.

     

  • 26 Enero 2004

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes est formé d'un ensemble d'institutions du Réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal-Centre, Montérégie, Québec et Bas-St-Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l'Institut national de santé publique du Québec. En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels.

  • 26 Enero 2004

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes est formé d'un ensemble d'institutions du Réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal-Centre, Montérégie, Québec et Bas-St-Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l'Institut national de santé publique du Québec. En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels.

  • 26 Enero 2004

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes est formé d'un ensemble d'institutions du Réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal-Centre, Montérégie, Québec et Bas-St-Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l'Institut national de santé publique du Québec. En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels.

     

  • 13 Agosto 2003

    L'Institut avait pour mandat d'évaluer les risques de brûlures et de légionelloses associés à l'eau chaude du robinet dans les résidences privées, au Québec et de proposer des mesures permettant de réduire ces deux risques.

    Au terme d'une analyse de la littérature scientifique et des données disponibles au Québec, l'Institut croit tout aussi important de prévenir les cas de brûlures causés par l'eau chaude du robinet (BECR) que les cas de légionelloses. Ces problèmes ont des conséquences assez comparables d'un point de vue de santé publique et dans les deux cas, il existe des mesures de prévention reconnues efficaces ou prometteuses.

    Deux études récentes menées par l'Institut permettent d'estimer que les brûlures causées par l'eau chaude du robinet (BECR) occasionnent...

Páginas

Suscribirse a Lesiones no intencionales