Salud ocupacional

  • 29 Julio 2010

    Cette évaluation du risque a été effectuée pour répondre à la demande de Dre Louise Soulière, directrice de santé publique et de l'évaluation à l'Agence de la santé et des services sociaux de l'Estrie.

    L'objectif de ce travail est de vérifier si les travailleurs œuvrant dans les entrepôts de produits en caoutchouc de l'Estrie sont à risque de contracter un cancer à cause de la présence de nitrosamines dans l'air ambiant et, dans l'hypothèse d'un risque non nul, proposer une limite maximale d'exposition à ne pas dépasser afin de rendre ce risque négligeable.

    La méthodologie poursuivie consiste à estimer l'exposition aux nitrosamines des travailleurs œuvrant dans ces entrepôts, à évaluer le potentiel cancérogène pour l'humain des principales molécules de nitrosamines...

  • 3 Junio 2010

    L'Institut national de santé publique du Québec a reçu du ministère de la Santé et des Services sociaux le mandat de rédiger un avis sanitaire portant sur les enrobés bitumineux contenant de l'amiante chrysotile.

    Pour aider à préparer cet avis, le présent document résume la littérature épidémiologique publiée sur les maladies reliées à l'exposition à l'amiante survenues chez les travailleurs exposés à l'amiante ajouté au bitume pour le recouvrement des chaussées. Les maladies ici retenues sont les cancers du poumon et du larynx, les mésothéliomes de la plèvre et du péritoine et l'amiantose. Nous avons aussi présenté les résultats sur les cancers de la plèvre, car la majorité d'entre eux sont des mésothéliomes.

    Très peu d'articles ont été publiés sur le sujet. Le contenu...

  • 22 Diciembre 2009

    Les recommandations formulées dans le présent document proviennent d'avis d'experts et se fondent sur l'épidémiologie et les connaissances actuelles sur la souche émergente de la grippe A(H1N1) 2009. Elles tiennent compte de celles produites par le Comité sur les infections nosocomiales, rédigées pour les milieux de soins, et de celles des Centers for Disease Control and Prevention, adaptées aux soins dentaires. Elles tiennent également compte des travaux et des recommandations de l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail qui portent spécifiquement sur les bioaérosols en cabinet dentaire. Ces recommandations pourraient être révisées au besoin, en fonction de l'évolution de la situation épidémiologique.

    Le contexte pandémique actuel de même...

  • 11 Diciembre 2009

    Les mesures recommandées dans ce document ont été formulées à la lumière des données scientifiques disponibles à ce jour concernant le virus de grippe A(H1N1) 2009. Elles seront ajustées selon l'évolution de la situation épidémiologique et des nouvelles connaissances sur ce virus.

    Ce document fait état des recommandations proposées par le Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) au regard des mesures de prévention et de contrôle des infections qui doivent être mises en place dans les milieux de soins aigus, les cliniques ambulatoires et les soins à domicile afin de minimiser l'impact de grippe pandémique H1N1 sur la clientèle, les travailleurs de la santé et les services de soins offerts à la population lors d'une vague pandémique. Le présent...

  • 1 Diciembre 2009

    Cette recherche s'inscrit dans le Programme de développement de la surveillance et des connaissances sur les maladies de l'amiante en lien avec le plan d'action gouvernemental d'utilisation accrue de l'amiante au Québec. Elle vise le jumelage des cas de mésothéliome de la plèvre et d'amiantose reconnus comme des maladies professionnelles pulmonaires par le Comité spécial des maladies professionnelles pulmonaires (CSMPP), aussi appelé Comité spécial des présidents, entre 1975 et 2003, aux nouveaux cas de cancer inscrits au Fichier des tumeurs du Québec (FiTQ) entre 1975 et 2002 et aux nouvelles hospitalisations avec un diagnostic d'amiantose enregistrées dans le système Med-Écho entre 1988 et 2003.

    Entre 1975 et 2003, 444 cas de mésothéliome de la plèvre ont été reconnus comme...

  • 5 Octubre 2009

    Ces dernières années, des cas de maladies professionnelles survenus au Québec ont amené un questionnement face à la possibilité de les dépister précocement. Des discussions importantes ont alors eu lieu entre les experts et les parties patronales et syndicales des entreprises québécoises concernées quant à la performance des tests et aux avantages de l'instauration d'activités de dépistage. Lors de ces discussions, l'absence de critères explicites et de démarche claire adoptés par les gestionnaires et les professionnels du Réseau de santé publique en santé au travail (RSPSAT) a contribué à alimenter la controverse et à rendre difficile une prise de décision consensuelle sur l'utilisation des tests chez les travailleurs exposés en milieu de travail.

    Suite à ces événements, le...

  • 15 Septiembre 2009

    Cette étude est la suite d'un premier projet décrivant les nouveaux cas de maladies professionnelles pulmonaires reliées à l'exposition à l'amiante au Québec entre 1988 et 1997. L'information sur les travailleurs ayant l'une ou l'autre de ces maladies entre 1998 et 2003 a été recueillie. Le présent rapport décrit les résultats de l'ensemble des deux périodes, soit de 1988 à 2003.

    Tous les travailleurs ayant une amiantose, un mésothéliome et un cancer du poumon relié à l'exposition à l'amiante reconnus comme des maladies professionnelles pulmonaires par le Comité spécial des maladies professionnelles pulmonaires (CSMPP), aussi appelé Comité spécial des Présidents, ont été inclus dans l'étude. L'information sur les travailleurs vus entre 1998 et 2003 a été recueillie dans leurs...

  • 30 Julio 2009

    Depuis la publication des recommandations du comité sur le sujet en titre, l’OMS a rehaussé le niveau d’alerte à la pandémie à la phase 6 devant l’évolution de la transmission à travers le monde. Des précisions doivent donc être apportées aux indications de prophylaxie antivirale post-exposition des travailleurs de la santé au virus de la grippe A(H1N1) et aux mesures de prévention et contrôle à appliquer avec ceux qui auraient été exposés lors de leur travail. Le présent document complète et apporte des précisions aux avis et recommandations du CINQ « Prophylaxie antivirale postexposition à un cas probable ou confirmé d'infection liée à la souche émergente de grippe A(H1N1) d'origine porcine en milieux de soins » du 15 mai 2009. Les recommandations du présent document ont préséance...

  • 27 Julio 2009

    Le démantèlement de matériaux à base d'amiante peut générer des concentrations importantes de fibres dans l'air. L'exposition à l'amiante se mesure généralement dans la zone respiratoire du travailleur. La concentration de fibres dans l'air peut dépendre de plusieurs déterminants tels que la teneur en amiante dans le matériau, la matrice dans laquelle sont dispersées les fibres, la friabilité du matériau, les techniques de désamiantage, etc. La relation entre la concentration de fibres dans l'air et les caractéristiques du matériau n'est pas bien documentée. Peu d'information est disponible sur l'exposition des travailleurs aux fibres dans le secteur de la construction au Québec, d'où l'importance d'identifier les principaux paramètres permettant d'améliorer la surveillance...

  • 16 Julio 2009

    La Politique d'utilisation accrue et sécuritaire de l'amiante chrysotile au Québec préconise l'utilisation accrue d'amiante dans divers secteurs d'activité économique, notamment dans celui de la fabrication d'enrobés bitumineux. Dans ce contexte, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a demandé à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) de préparer un avis sanitaire sur les enrobés bitumineux contenant de l'amiante (EBCA).

    Pour ce faire, l'INSPQ a effectué une revue de la littérature sur la production et l'utilisation actuelle de ces produits au Québec. L'INSPQ a également passé en revue les données disponibles sur l'exposition à l'amiante engendrée par les EBCA et les conditions nécessaires à leur production, leur utilisation et leur...

Páginas

Suscribirse a Salud ocupacional