Niveaux de risque d’acquisition de la maladie de Lyme au Québec

Les critères de surveillance utilisés pour attribuer les niveaux de risque ont été développés et validés par le groupe d’experts sur les maladies transmises par les tiques de l’INSPQ. Ces critères ont fait l’objet d’un consensus entre le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), les Directions de santé publique (DSPu) concernées et l’INSPQ (INSPQ, 2019).

Les niveaux de risque se basent sur les données de la surveillance intégrée de la maladie de Lyme, ce qui inclut les données de :

  • la surveillance des cas humains acquis au Québec et déclarés à la santé publique entre 2004 et 2019;
  • la surveillance acarologique active (tiques recueillies dans le cadre d’activités de collecte sur le terrain à l’aide de la méthode standardisée de la flanelle) entre 2010 et 2019;
  • la surveillance acarologique passive (tiques retrouvées sur des humains et transmises volontairement par les médecins au Laboratoire de santé publique du Québec) entre 2009 et 2019.

Les critères de surveillance ont été développés à l’échelle de la municipalité (INSPQ, 2019).

Les niveaux de risque par municipalité sont mis à jour annuellement en fonction des nouvelles données de surveillance.

Critères pour définir le niveau de risque d’acquisition de la maladie de Lyme dans les municipalités du Québec

Niveau de risque1 Source de données Critères de surveillance Échelle d’analyse Condition
Significatif (zone endémique) Surveillance humaine Au moins 3 cas de maladie de Lyme acquis localement au cours des 5 dernières années2 Municipalité OU;
Surveillance acarologique passive Au moins 23 soumissions de tiques Ixodes scapularis d’origine humaine au cours des 5 dernières années2 Municipalité OU;
Surveillance acarologique active Trois stades de la tique Ixodes scapularis (larve, nymphe, adulte) collectés en un an, dont au moins une nymphe positive à Borrelia burgdorferi Municipalité OU;
Présent Surveillance humaine 2 cas de maladie de Lyme acquis localement au cours des 5 dernières années2 Municipalité OU;
Surveillance acarologique passive Entre 11 et 22 soumissions de tiques Ixodes scapularis d’origine humaine au cours des 5 dernières années2 Municipalité OU;
Surveillance acarologique active Au moins une tique Ixodes scapularis collectée Municipalité OU;
Possible Surveillance humaine Aucun ou 1 cas de maladie de Lyme acquis localement au cours des 5 dernières années Municipalité OU;
Surveillance acarologique passive Aucune à 10 soumissions de tiques Ixodes scapularis d’origine humaine au cours des 5 dernières années Municipalité OU;
Surveillance acarologique active Aucune tique Ixodes scapularis collectée Municipalité OU;
- Aucune donnée de surveillance Municipalité OU;

1 Lorsqu’une municipalité a atteint un niveau de risque, elle le maintient jusqu'à ce que de nouvelles connaissances (ou nouveaux critères) justifient la modification du niveau de risque.
2 Critère non valide pour les municipalités où la taille de la population est supérieure à 100 000 habitants. Pour ces villes, la surveillance acarologique active doit être réalisée pour définir le niveau de risque, lorsque des cas de maladie de Lyme y ont été acquis ou lorsqu’il y a des conditions environnementales favorables (données issues de la surveillance acarologique passive).

Précisions

Pour les municipalités dont les critères de surveillance n’atteignent pas les seuils des niveaux de risque significatif ou présent, on considère que le risque d’acquisition de la maladie de Lyme est possible, en raison de la présence possible de tiques transportées par les oiseaux migrateurs (tiques adventices).

Le risque n’est pas uniforme à l’intérieur d’une municipalité et varie en fonction du type d’environnement rencontré. Les tiques Ixodes scapularis sont principalement présentes dans les boisées et les herbes hautes.

Objectifs de la détermination des niveaux de risque

Ces niveaux de risque d’acquisition de la maladie de Lyme permettent de :

  • classifier les cas déclarés par les DSPu;
  • soutenir les DSPu dans leur gestion du risque.

Ces informations ne doivent en aucun cas servir à elles seules à des fins d’exclusion de la maladie chez un patient – elles permettent seulement de renseigner les professionnels de la santé sur les secteurs à risque d’acquisition de la maladie de Lyme dans les régions du Québec. Il est essentiel de distinguer le suivi médical sous la responsabilité du médecin et l’utilisation des données aux fins de surveillance.

Tous les médecins au Québec sont encouragés à déclarer aux autorités de santé publique les patients qui présentent des symptômes compatibles avec une maladie de Lyme, peu importe à quel niveau de risque se situe le lieu d’exposition probable aux tiques.

Prophylaxie post-exposition (PPE)

Les critères de surveillance utilisés pour la recommandation de la PPE ont été développés et validés par le groupe d’experts sur les maladies transmises par les tiques de l’INSPQ.

Bien que la recommandation de PPE se base sur les mêmes sources de données que pour les niveaux de risque d’acquisition de la maladie de Lyme, d’autres critères d’analyse et de surveillance sont utilisés.

Également, l’unité géographique sur lequel repose les analyses et les recommandations de PPE est le territoire du Centre local de services communautaires (CLSC). La recommandation de PPE s’applique donc à toutes les municipalités du CLSC visé.

Ainsi, il est possible que la PPE ne soit pas recommandée pour des municipalités à risque significatif, si le taux d’incidence est faible et si le taux d’infection des tiques est inférieur à 20 % dans le secteur (CLSC) où se situe cette municipalité. De même, la PPE pourrait être recommandée pour une municipalité à risque possible si elle est localisée à l’intérieur d’un secteur où le taux d’incidence est élevé ou que le taux d’infection des tiques est égal ou supérieur à 20 %.

De plus, l’INSPQ utilise les critères validés par le groupe d’experts pour élaborer des recommandations sur les secteurs géographiques visés par la PPE. Des recommandations complémentaires, basées sur les connaissances locales, peuvent avoir été émises par les DSPu régionales. Veuillez consulter la page web du MSSS pour connaitre la liste exhaustive des municipalités où la PPE est offerte.

Critères pour la recommandation de PPE par territoire de Centre local de services communautaires (CLSC)

Recommandation PPE Source de données Critères de surveillance Échelle d'analyse Condition
Oui Surveillance humaine Moyenne de 3 cas acquis par an sur une période de 3 ans OU 10 cas acquis par 100 000 habitants sur une période de 3 ans CLSC OU;
Surveillance acarologique passive Au moins 10 tiques adultes d’origine humaine soumises sur une période de 3 ans ET un taux d’infection ≥ 20 % ET au moins une municipalité à niveau de risque significatif CLSC OU;
Surveillance acarologique active Au moins 30 tiques (nymphes et adultes) soumises sur une période de 3 ans ET un taux d’infection ≥ 20 % ET au moins une municipalité à niveau de risque significatif CLSC OU;
Non Toutes les autres municipalités d’un CLSC n’atteignant pas les seuils requis.

Référence

  • INSPQ (2019). Consensus d’experts sur la définition de zone endémique et sur les critères des niveaux de risque d’acquisition de la maladie de Lyme au Québec. 12 pages. Repéré à : https://www.inspq.qc.ca/publications/2567.