Chutes chez les aînés

Les chutes sont responsables de 9 167 décès survenus au Québec entre 2000 et 2011, ce qui correspond en moyenne à 764 décès par année. Les personnes âgées de 65 ans et plus représentent 90,3 % de ces décès1. On attribue également aux chutes 189 259 hospitalisations pour les années 2006-2007 à 2013-2014, soit une moyenne de 23 657 hospitalisations par année. Les personnes âgées de 65 ans et plus représentent 65,3 % de l’ensemble de ces hospitalisations2. Si elles surviennent à tout âge dans des circonstances différentes, les chutes entrainent des conséquences plus graves chez les personnes de 65 ans et plus que chez les jeunes et les adultes de moins de 65 ans. Au Québec, un million d’aînés de 65 ans et plus vivent à domicile et le tiers fera une chute au cours de l’année3.

Les hospitalisations et les décès annuels attribuables aux chutes chez les aînés résultent très souvent de fractures de la hanche ou de traumatismes crâniens. La moitié des aînés qui survivent à une fracture de la hanche ne retrouvent jamais complètement leurs capacités fonctionnelles4. C’est pourquoi la chute est un important prédicteur de perte d’autonomie et de l’hébergement institutionnel. Ces événements sont évitables en agissant sur les facteurs de risque caractéristiques de cette population. Parmi ces facteurs, mentionnons la diminution de la force et de l’équilibre, une médication non appropriée, l’environnement domiciliaire comportant des dangers, la dénutrition, les troubles visuels et l’hypotension orthostatique. Ces facteurs peuvent être modifiés par le repérage, le dépistage, une évaluation professionnelle et un plan d’intervention adapté.

Au Québec, les orientations ministérielles adoptées en 2004 proposent un continuum de services en prévention des chutes pour les aînés de 65 ans et plus vivant à domicile4. Les services correspondent aux besoins selon que le risque de chute est faible, modéré ou élevé. En vertu de ces orientations, trois types d’interventions ont été élaborés, soit :

  • L’intervention multifactorielle non personnalisée : Il s’agit du programme intégré d’équilibre dynamique (PIED) qui est offert aux aînés à faible risque de chute vivant dans la communauté afin de les aider à maintenir la force musculaire et l’équilibre5.
  • L’intervention multifactorielle personnalisée (IMP) : Ce programme vise à agir d’une manière individuelle sur les facteurs de risque de chutes chez les aînés tels que l’environnement domiciliaire et les médicaments. Il cible les aînés inscrits aux services de maintien à domicile ayant une plus grande perte d’autonomie et à risque plus élevé de chutes6.
  • L’intervention préventive en milieu clinique ou pratique clinique préventive (PCP) : Elle consiste à dépister et agir sur des facteurs de risque de chutes dans le cadre d’activités cliniques auprès de personnes de plus de 65 ans. Ces interventions ciblent l’ensemble des aînés, surtout ceux à risque modéré ou élevé de chutes7.

À 65 ans, une majorité de cette population vivra encore 20 ans et pourrait rester active, autonome et profiter d’une qualité de vie positive si des services préventifs leur sont accessibles. La priorité face au vieillissement est le maintien de l’autonomie. Les chutes sont un prédicteur de perte d’autonomie. Il faut donc s’y attaquer puisqu’elles sont évitables grâce à des interventions qui ont démontré leur efficacité.

Pour en savoir plus

Références

  1. Gagné, M. (2015). Décès attribuables à une chute. Fichier des décès du registre des évènements démographiques (2000-2011). Bureau d’information et d’études en santé des populations, Institut national de santé publique du Québec. Demande spéciale.
  2. Gagné, M. (2015). Hospitalisations attribuables à une chute. Fichier Med-Écho (2005-2006 à 2013-2014). Bureau d’information et d’études en santé des populations, Institut national de santé publique du Québec. Demande spéciale.
  3. Bisizi, M-S. (2012). Portfolio thématique : Chutes chez les aînés. Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, Direction de santé publique, Surveillance de l’état de santé de la population, [en ligne],
    http://extranet.santemonteregie.qc.ca/sante-publique/surveillance-etat-s...
  4. Ministère de la santé et des Services sociaux du Québec (2004). La prévention des chutes dans un continuum de services pour les aînés vivant à domicile. Cadre de référence. Direction générale de la santé publique, Ministère de la santé et des Services sociaux.
    http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2004/04-232-...
  5. Trickey, F., Parisien, M., Laforest, S., Genest, C., Robitaille, Y. et Adopo, E. (2011). Programme intégré d'équilibre dynamique [PIED]. Guide d'animation, Édition 2011. La prévention des chutes dans un continuum de services pour les aînés vivant à domicile. Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.
  6. Bégin, C., Boudreault, V. et Sergerie, D. (2009). La prévention des chutes dans un continuum de services pour les aînés vivant à domicile, Guide d’implantation IMP- 2e édition 2009. Institut national de santé publique du Québec.
    http://www.inspq.qc.ca/publications/643
  7. Gagnon, C. et Lafrance, M. (2011). Prévention des chutes auprès des personnes âgées vivant à domicile. Analyse des données scientifiques et recommandations préliminaires à l’élaboration d’un guide de pratique clinique. Institut national de santé publique du Québec. https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1241_PrevChutesPersAgeesAnalyseRecomm.pdf