Bulletin d'information toxicologique ()

Volume 34, Numéro 2

17 mars 2015
Martin Laliberté

Depuis plusieurs années, les intoxications accidentelles représentent une cause majeure de morbidité et de mortalité au Canada. Selon une étude réalisée en 2004, les coûts directs et indirects liés aux intoxications accidentelles sont évalués à 771 millions de dollars annuellement. Au Canada en 2005, les intoxications constituaient la troisième cause de décès accidentels après les accidents de la circulation et les chutes. Il est difficile d’évaluer de façon précise l’importance du problème, car les données sur les intoxications accidentelles ne font pas actuellement l’objet d’une analyse systématique, et aucune législation n’oblige la déclaration des intoxications accidentelles sur l’ensemble du territoire canadien.

17 mars 2015
Denis Yahiaoui, Sophie Gosselin

Le traitement de la dépendance à l’alcool à l’aide des benzodiazépines est connu depuis plusieurs années. Cependant, l’utilisation chronique des benzodiazépines induit des effets indésirables tels que le développement d’une dépendance subséquente à cette classe de médicaments ainsi que le développement de déficits cognitifs. Mason et collab. ont publié une étude randomisée de 12 semaines à double insu dont le but était de mesurer l’impact de l’usage de la gabapentine comme traitement sur les taux d’abstinence, de réduction d’abus d’alcool ainsi que sur les symptômes d’insomnie, de dysphorie et de ceux liés à l’envie de consommer. Lors de cette étude, les auteurs ont employé un placebo et deux dosages de gabapentine sur cent cinquante patients adultes ayant développé une dépendance à l’alcool. Les résultats positifs rapportés dans cette étude concernant plusieurs symptômes associés au sevrage alcoolique permettent de considérer la gabapentine comme une option thérapeutique en remplacement des benzodiazépines dans les cas de sevrage léger.

18 novembre 2014
Sophie Gosselin

Dans certaines situations cliniques, telles les ingestions massives d’acétaminophène, les données actuelles montrent que l’administration de n-acétylcystéine selon le protocole habituel ne serait pas suffisante dans tous les types d’ingestion de ce produit. Le présent article résume les travaux du groupe EXTRIP ainsi que ses recommandations concernant l’utilisation de l’épuration extracorporelle dans le traitement de l’intoxication par l’acétaminophène comprenant une atteinte mitochondriale.

18 novembre 2014
Pierre-André Dubé

Cet article résume les faits saillants de l’énoncé de position sur l’élargissement de l’accès à la naloxone aux États-Unis.

18 novembre 2014
Marjorie Friesen

Étant donné les ruptures d’approvisionnements en phentolamine, l’utilisation de la nitroglycérine topique comme solution thérapeutique de rechange pour les cas de lésions attribuables à une vasoconstriction causée par l’administration de vasopresseurs s’avère intéressante. Ces lésions sont dans la majorité des cas le résultat d’une injection accidentelle s’étant produite avec un auto-injecteur d’épinéphrine ou d’une extravasation de vasopresseurs. Dans le cas d’injections accidentelles s’étant produites avec des auto-injecteurs d’épinéphrine, plusieurs études de cohortes, de séries de cas et d’études de cas suggèrent que la nitroglycérine topique permet d’obtenir une disparition complète des symptômes. Les données sur l’usage de la nitroglycérine topique lors d’une extravasation de vasopresseurs sont plus limitées. Les cas relevés, tous des cas d’extravasation de dopamine qui touchent presque qu’exclusivement des nouveau-nés, démontrent aussi un bénéfice clinique avec la nitroglycérine topique. Cependant, son efficacité comparativement à celle de la phentolamine reste inconnue. De plus, les questions au sujet de la dose optimale à utiliser, de la forme à privilégier et du délai maximal d’administration à respecter demeurent sans réponse.

18 novembre 2014
Suhail Sami Jouni, Emmanuel Bebawi, Jean-Philippe Adam

Cet article rapporte le cas d’une patiente âgée de 19 ans qui a été rapidement conduite à l’urgence à la suite de l’ingestion volontaire d’acide valproïque. La dose potentiellement ingérée par cette jeune femme est estimée à 11 250 mg, soit 225 mg/kg. Quant à ses dosages sériques d’acide valproïque, ils étaient respectivement de 1 788 μmol/L 2 h postingestion et de 3 348 μmol/L 8 h postingestion. Le dosage sérique d’ammoniaque s’est élevé jusqu’à 110 μmol/L. À ce moment, la patiente est devenue somnolente et hémodynamiquement instable. Son état a nécessité une réplétion volumique puis l’administration de vasopresseur. Un traitement avec de la lévocarnitine intraveineuse a ensuite été entamé. Après 24 heures, la jeune femme était suffisamment stable pour être transférée en garde préventive à l’unité de psychiatrie où son état clinique et psychique a continué de s’améliorer, puis elle a obtenu son congé de l’hôpital 4 jours après le début de son hospitalisation. Un suivi étroit avec le psychiatre a été fixé à l’externe. Une intoxication par de l’acide valproïque peut occasionner une dépression du système nerveux central lorsque la concentration sérique dépasse 1 260 μmol/L. À ce moment, les dosages sériques d’acide valproïque et les signes vitaux doivent être suivis de façon étroite. Après révision de la littérature médicale, il semble que l’utilisation de la lévocarnitine à une dose de charge de 50 à 100 mg/kg, suivie de 15 mg/kg toutes les 4 heures aurait permis une amélioration de l’état clinique des patients selon quelques rapports de cas. Ce traitement doit être envisagé si : le dosage sérique d’ammoniaque est élevé, il y a une dépression du système nerveux central ou le dosage d’acide valproïque est supérieur à 3 000 μmol/L.

10 juin 2014
Nicholas Ouellet, Pierre-André Dubé

L’accumulation des médicaments à domicile est une problématique répandue qui a des conséquences sur la sécurité et la santé humaine et animale. Cette publication fera état de différentes initiatives de retour des médicaments au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde; des méthodes utilisées par le public pour se débarrasser des médicaments périmés ou inutilisés; et de la sécurité et de l’impact écologique de l’élimination des médicaments non désirés. Au Canada, deux initiatives canadiennes ont été mises sur pied récemment, et la plupart des provinces possèdent un programme de retour des médicaments. Au Québec, il n’y a pas de programme officiel, mais les pharmaciens et les médecins vétérinaires doivent s’assurer de la récupération sécuritaire des médicaments périmés ou inutilisés aux fins de destruction. Plusieurs méthodes sont employées par les patients pour se défaire de leurs médicaments, comme les jeter dans la toilette, le lavabo ou la poubelle, ou bien les retourner à la pharmacie. Les deux premières méthodes peuvent entraîner une présence accrue d’ingrédients actifs issus des médicaments dans l’environnement. L’impact de ces ingrédients actifs sur la santé humaine n’a toutefois pas été documenté à ce jour, mais les risques ne sont pas nuls. La méthode de destruction appropriée doit prendre en compte la sécurité humaine et animale en premier, mais elle doit aussi considérer l’impact environnemental. Dans cette optique, un programme de retour des médicaments québécois est tout indiqué.

10 juin 2014
Pierre-André Dubé, Monique Dorval

Les erreurs thérapeutiques suivant l’ingestion non intentionnelle de capsules de tiotropium destinées à être administrées par inhalation sont plus fréquentes qu’on pourrait le croire. En effet, le Centre antipoison du Québec a reçu 455 appels à ce propos de 2008 à 2013, et la majorité des patients étaient des femmes âgées de 65 ans et plus. Malgré le fait que l’ingestion de ces capsules ne comporte pas un risque significatif de toxicité, il ne faut pas oublier qu’elle peut causer un échec thérapeutique et augmenter les coûts de santé.

10 juin 2014
Dafnée Brisebois-Tremblay, Pierre-André Dubé

La Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé, en avril 2014, un nouveau dispositif pour l’administration de naloxone visant à renverser une intoxication potentiellement fatale par les opioïdes. Cet auto-injecteur facilite la prise en charge des intoxications aiguës et incite à réfléchir sur la possibilité de prescrire la naloxone en prévention chez les individus à risque, tels les consommateurs de drogues illicites et les patients prenant des médicaments opioïdes pour des douleurs chroniques. Plusieurs programmes ont été mis sur pied aux États-Unis et au Canada afin d’encadrer la distribution de naloxone à des fins préventives. Un tel usage implique la formation non seulement du patient, mais également de ses proches qui seront chargés de lui administrer l’antidote s’ils sont témoins d’une situation d’urgence. Une intoxication par les opioïdes peut avoir des conséquences importantes pour la santé, voire causer la mort si elle n’est pas rapidement prise en charge. L’approbation d’un auto-injecteur de naloxone au Canada permettrait d’agir rapidement et de sauver des vies.

25 février 2014
Luc Londéi-Leduc, Alexandre Larocque

Les agents de contrôle de foule sont caractérisés par la production d’une sensation d’inconfort extrême sans toutefois entraîner une mortalité ou une morbidité importante. Leurs effets irritants s’exercent principalement au niveau ophtalmique, respiratoire, muqueux et cutané. Au Québec, les deux principaux agents utilisés sont le o-chlorobenzylidène malononitrile (gaz lacrymogène) et l’oléorésine de Capsicum (poivre de Cayenne). Cet article revoit le mécanisme d’action, les signes et symptômes, la décontamination ainsi que le traitement de l’exposition à ces deux agents de contrôle de foule.

Pages

Le Bulletin d’information toxicologique (BIT) est une publication conjointe de l’équipe de toxicologie clinique de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et du Centre antipoison du Québec (CAPQ). La reproduction est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite. Les articles publiés dans ce bulletin d'information n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs et non celle de l'INSPQ ou du CAPQ.

ISSN : 1927-0801